HELIOSPHERE et CITYSPHERE, les ballons-vidéo


Qu’est-ce que les ballons-vidéo ?

C’est un nouveau système de projection d’images vidéo ou infographique dans des ballons.

HELIOSPHERE© est un ballon géant gonflé à l’air ou à l’hélium dans lequel sont projetées des images grâce à un système de projection embarqué.

CITYSPHERE© est un ballon de petit diamètre dans lequel est projeté une image vidéo à 360 ° L’image est visible sur toute la sphère.

heliosphere

Fiche profil / produit

Produits :

– Ballons-vidéo air ou hélium (rétroprojecteur sphérique)

Secteurs industriels :

– Fabricant et prestataire projection d’images (vidéo, informatique, diapositive)

– Fabricant et prestataire d’effets spéciaux visuels

– Fabricant et prestataire de gonflables, ballons éclairants

– Fabricant de supports publicitaires

Principe

La projection d’image s’effectue dans un ballon fabriqué en toile de rétroprojection.

Elle est faite de l’intérieur du ballon sur 180° ou 360°. Le système de projection est intégré au ballon.

Le ballon peut être gonflé à l’air (posé ou suspendu) ou à l’hélium (ballon captif).

Les images projetées peuvent être vidéo ou informatique.

Concurrence

Rétroprojection ou projection sur écran plat.

Avantages

– Projection nette sur 180° ou 360 ° du ballon,

– Ensemble compact, léger et facilement déplaçable,

– Mise en œuvre aisée en grande hauteur,

– Projection d’images en extérieur jusqu’à 30 mètres de hauteur (version hélium),

– Aspect attractif de la sphère,

– Grand choix de ballon : de 0,8 mètres à 7 mètres de diamètre.

Applications

– Diffusion originale d’images vidéo ou informatique en extérieur et en intérieur.

– Diffusion d’images en extérieur et en hauteur (ballon captif hélium)

– Projection d’annonces publicitaires, textes, d’événement en direct, séquences vidéo, animations 2D ou 3D, diaporama.

Marchés potentiels

– Communication événementielle,

– Ecrans publicitaires,

– Concerts, spectacles, sons et lumières,

– Salons, expositions,

– Centres commerciaux,

– Musées,

– Night club.

Contexte économique du produit

Le public est en attente de nouvelles technologies de communication (NTIC).

Jusqu’à présent, les projections d’images s’effectuent habituellement sur une surface plane (écrans de projection, téléviseurs, moniteurs, écrans plasma et LCD) ; les ballon-vidéos sont un nouveau style d’image.

Je suis le détenteur du brevet français N° FR9813972 et du brevet européen N°EP99402631.8 concernant ce système de projection d’images.

Pour poursuivre le développement technique et commercial des BALLONS-VIDEO, je recherche des partenaires.

Si cela vous intéresse, si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter :

Patrick JOSEPH
28, rue de Touraine
78370 PLAISIR – France
Tél: + 33.1.30.55.55.78
Fax: + 33.1.30.54.66.56
E-mail: pjoseph@quasarsvision.com

Plus d’informations et de photos sur le site : www.quasarsvision.com

Nouveau régime légal des dessins et modèles en France


(Ordonnance n°2001-670 du 25 juillet 2001)

Le droit français des dessins ou modèles a été sensiblement modifié par l’ordonnance n° 2001-670 du 25 juillet 2001.

Conditions de protection

La protection d’un dessin et modèle est désormais soumise à deux conditions : nouveauté et caractère propre.

1 – Nouveauté

Un dessin ou modèle est nouveau s’il n’a jamais été divulgué au public avant le dépôt.

Toutefois un dessin ou modèle divulgué pourra être considéré comme nouveau si :

Le dessin ou modèle n’a pu être raisonnablement connu, selon la pratique courante des affaires dans le secteur intéressé, des professionnels agissant dans la communauté européenne avant la date de dépôt.

La divulgation est le fait du créateur et n’est pas antérieure de plus d’un an au dépôt.

Attention : La divulgation par le créateur détruit désormais la nouveauté.

2 – Caractère propre

Un Dessin ou Modèle présente un caractère propre lorsque l’impression visuelle d’ensemble qu’il suscite chez l’observateur averti diffère de celle produite par tout dessin ou modèle divulgué avant la date de dépôt.

Durée

La protection est désormais acquise pour une période de 5 ans renouvelable par périodes de 5 ans, jusqu’à un maximum de 25 ans.

Seuls les dépôts effectués avant le 1er octobre 2001 conservent la durée antérieurement prévue de 25 ans.

Bateau à moteur réalisé d’un élément flottant et d’un véhicule motorisé.


BREVET D’INVENTION N° 1.174.554

Inventeur : Jules – Lucien DURAND, résidant en France.

Demandé le 6 mai 1957, à 14H26, à Paris.

Délivré le 3 novembre 1958 – Publié le 12 mars 1959.

Résumé :

La réalisation d’un bateau à moteur par l’association d’un élément flottant et d’un véhicule motorisé fait l’objet de la présente invention. Elle permet l’évolution de l’embarcation dans des conditions particulièrement satisfaisantes.

brevet-durand

L’embarcation spécialement aménagée n’est cependant qu’un flotteur. Elle reçoit le véhicule moteur qui lui transmet propulsion et direction.

Le véhicule moteur qu’il soit automobile ou motocycle, se présente sous un aspect normal n’ayant subi aucune modification ni préparation.

Il prend place en marche avant sur le châssis de l’embarcation présentée au quai par l’arrière.

Deux fers à U parallèlement assemblés et d’une longueur correspondant à celle du véhicule moteur constitue le châssis. L’écartement entre ces deux fers sera déterminé par la voie du véhicule.

L’arrière du châssis, mobile dans le sens ascendant, se trouve pour les manœuvres d’embarquement à hauteur du pont. Il est relié dans sa partie avant par un dispositif articulé prenant point sur le fond du bateau.

Le véhicule moteur ayant pris place sur le châssis à l’extrémité duquel il s’appuiera, repose alors sur un plan incliné de l’ordre de 10°.

La descente de la partie arrière du châssis sera assurée par un système fixé à fond de cale analogue au cric de levage utilisé dans l’automobilisme. La manœuvre s’effectuant du pont, le même dispositif permettra la remontée lors du débarquement. Ce principe est appliqué ici afin d’obtenir, le châssis en position de marche, la stabilité optima de l’embarcation, abaissant par ce procédé le centre de gravité d’environ 50 centimètres. La position de marche s’entend horizontalement.

Un évidement dans le châssis à la hauteur des roues motrices, permet à celles-ci l’entrainement dans leur rotation de plusieurs cylindres, parallèlement disposés entre eux, sur lesquels elles reposent.

Le système de transmission comporte sur les cylindres un stiage limitant les risques de « patinage ». Leur longueur sera établie en rapport de la largeur hors-tout du véhicule moteur.

Un système de blocage, ou l’obturation des parties évidées dans le châssis est prévu, permettant les manœuvres de mise en place.

Un seul cylindre transmettra le mouvement.

A cet effet, il comportera à chacune de ses extrémités un pignon d’angle.

Deux pignons d’angle récepteurs, identiques aux pignons précités et d’un nombre de dents supérieur à ceux-ci, seront placés perpendiculairement et transmettront le mouvement aux flexibles désignés ci-après.

Le tout constituant le renvoi d’angle démultiplié, adapté ici afin d’éviter les allures trop élevées des hélices, les vibrations et les commodités d’aménagement. En partant du même principe, l’adaptation, le cas échéant d’un renvoi d’angle par friction pourra être appliqué.

Il se compose d’une roue adhérente solidaire du cylindre transmetteur, prenant contact sur un plateau perpendiculairement disposé. Ce plateau, rotatif par son axe, en bout duquel il est fixé, permettra par ses déplacements latéraux, des variations de régime favorisant le réglage de vitesse des hélices. La propulsion est assurée par deux hélices aquatiques disposées chacune d’un coté, coulissant sur un socle vertical solidaire du bateau.

Le relevage des hélices évite la détérioration possible des pales au moment de l’abaissement du niveau de flottaison provoqué par l’adjonction du véhicule moteur à bord.

Bloquées sur le socle dans la position « immergé », les hélices sont mues chacune par un câble flexible fonctionnant sous gaine, réceptionnant par leur extrémité supérieure le mouvement rotatif des renvois d’angle.

La direction de l’élément ainsi constitué sera obtenu par les roues avant du véhicule venant se loger chacune dans un guide pivotant qui transmettra par câble au gouvernail les impulsions du volant.

L’arrimage du véhicule moteur est prévu dans le sens de la marche par le butoir avant du châssis sur lequel il est fixé. Latéralement, la fixation par des guides à vis sans fin permettra, avant blocage, un réglage éventuel du véhicule moteur sur les cylindres.

Un prolongateur d’échappement d’un coté immergé, évacuera les gaz brulés.

Comme il ressort de ce qui a été exposé ci-avant, serait du domaine de la présente invention, toute construction flottante propulsée par un véhicule terrestre à moteur, à partir du moyen de système rotatif et de transmission souple. serait considéré comme tel, tout système comprenant roues à gorge ou cylindriques, petits cylindres accouplés, rouleaux et autre appellation.

En substance, il résulte du présent mémoire que, sans démontage aucun, un véhicule automobile, motocyclette ou motocycle peut, par ses moyens, transmettre à un élément à lui associé, les possibilités mouvantes et directrices qui lui sont propres.

D’une réalisation simple, l’application de l’invention permettra à tout bâtiment, aux dimensions se rapportant à son cas selon qu’il recevra automobile ou motocycle, l’évolution, le confort et les avantages du bateau à moteur.

L’embarcation pourra affecter tous les profils et dimensions désirables à partir du moment où elle permettra le logement du véhicule moteur dans les conditions indiquées ci-dessus.

Le transport sur route du bateau peut être envisagé par le véhicule moteur au moyen d’un chariot prévu à cet usage.

Pour assurer la remontée de l’embarcation et sa mise en place sur le chariot attelé au véhicule, un treuil sera improvisé par la levée d’une roue motrice.

A cet effet, l’adaptation circonstancielle sur cette roue d’un mandrin cylindrique permettra l’enroulement d’un câble accroché au bateau. Un bras amovible fixé temporairement en équerre en bout du timon du chariot et supportant une roulette de renvoi à chacune de ses extrémités, guidera le câble de traction.

Sans énoncer toutes les possibilités que présente l’association ainsi réalisée, tant sur le plan de diffusion automobile commercial et touristique qu’au service de la navigation, il importe de mentionner les ressources indubitables de la présente découverte.

Transports de voyageurs individuels ou collectifs. Transports de marchandises. Excursions fluviales. Agréments balnéaires et nautiques.

Enfin le système de transmission par câble flexible adapté ici, constitue une innovation permettant sans découpe ni perforation, l’utilisation de l’hélice aquatique.

Prendre contact avec Monsieur Michel DURAND

Par E-mail : cadsy@aol.com