L’un des pionniers de l’art video rend l’âme à l’âge de 74 ans


Nam June Paik, compositeur d’avant garde présenté comme l’inventeur de l’art vidéo est décédé à l’âge de 74 ans, selon son site web.

L’artiste originaire de Corée est mort dimanche soir de cause naturelle dans son appartement de Miami, en Floride, précise un communiqué diffusé sur son site.

Song Tae-ho, responsable d’une fondation culturelle sud-coréenne travaillant sur un projet de musée consacré à l’artiste, a souligné qu’il avait été informé de sa mort par le neveu du défunt, Ken Paik Hakuta, à New York.

Nan_June_Paik

Le compositeur d’avant garde Nam June Paik en 2004.

Paik a joué un rôle central dans l’utilisation de la vidéo comme forme d’expression artistique. Membre du mouvement artistique Fluxus, il a conjugué musique, images vidéo et sculptures.

Il a fait ses débuts dans le monde de l’art en Allemagne, en 1963, avec une exposition solo intitulée « Exposition of Music-Electronic Television », et a réalisé certaines de ses expériences en radio et en télévision.

En 1964, il a rejoint New York et a commencé à collaborer avec la violoncelliste Charlotte Moorman pour combiner vidéo et représentation. Paik a été salué au niveau international, notamment au musée Guggenheim à New York.

Une attaque en 1996 l’a laissé partiellement paralysé.

Source : AP

Quadripose, un nouveau dispositif innovant pour la pose de carreaux


Quadripose est un dispositif breveté I.N.P.I, « dispositif pour la pose de carreaux » de faïences ou de carrelages qui peut être utilisé a l’intérieur comme à l’extérieur en mur et sols.

Cette grille de pose à la particularité d’offrir une meilleure accessibilité d’exécution surtout pour le néophyte en la matière, bien que le professionnel averti peut constater qu’il permet d’effectuer sa jointure de finition sitôt la pose effectuée.

Quadripose

Ce process a été soutenu par l’A.N.V.A.R. et a été soumis à un essai de roulage lourd (cahier C.S.T.B n°3243), il dispose de son outillage d’extrusion ainsi que d’un fabriquant en région parisienne.

Le secteur visé est celui du bricolage, profilés de second œuvre bâtiment, outillage carreleurs, marchands de matériaux pour lesquels je puis concéder une licence de commercialisation, bien qu’il soit possible d’acheter le brevet.

La mise en œuvre du process est visible sur le site Web : quadripose.free.fr

Pour prendre contact avec l’inventeur :

Monsieur Daniel Freche

E-mail : quadripose@free.fr ou dan.freche@free.fr

Tél/Fax : 33 (0) 561 698 352
GSM : 33 (0) 613 364 126

Un brevet déposé pour la cape invisible


Un inventeur russe, Oleg Gadomsky, vient de déposer un brevet pour protéger son invention. Il s’agit d’une méthode de conversion des radiations optiques. En des mots plus simplistes, il s’agit d’un procédé pour rendre invisible des vêtements ou tout autres objets.

Pour l’instant, cela fonctionne seulement sur les objets statiques, car durant le mouvement, les fréquences de radiations changent, et donc perturbent le procédé.

Bientôt, la cape des ténèbres de Harry Potter sera une réalité !

Source : www.w3sh.com

Nouvelle BD : Van l’inventeur !


Van a la passion de l’invention. Il passe des heures dans son atelier-laboratoire à concevoir et créer les objets les plus étonnants : souliers à semelles rétractables, compacteur d’aliments, collecteur-trieur de bonbons, pneu de vélo increvable, pilule pour améliorer la mémoire, même un philtre d’amour que l’espiègle Beppo utilise à son plus grand avantage !

Créé par l’illustrateur montréalais Jacques Goldstyn, Van l’inventeur fait la joie des lecteurs du magazine Les Débrouillards depuis 1998. Cette bande dessinée est également reprise chaque mois par le magazine chinois White Antelope.

Van_Inventeur

Cet album comprend toutes les planches créées entre 1998 et mai 2003. En tout, 44 inventions et aventures aussi amusantes que surprenantes et intelligentes !

« Van représente l’esprit d’invention des jeunes, qui rêvent tous de créer des bidules et des machines pour régler les problèmes de tous les jours. » – Jacques Goldstyn

Source : www.lesdebrouillards.com

Inventeurs en herbe


Des lycéens de la France entière se retrouvent au Palais de la Découverte pour présenter leurs inventions.

Au début de l’année 2005, un groupe d’élèves du lycée de La Côtière (La Boisse) s’est fixé comme objectif de construire, de A à Z, une batterie capable de fonctionner à l’énergie solaire et d’alimenter de petits appareils électriques comme des téléphones portables. Encadrés par leur enseignant de Sciences de l’Ingénieur, ils ont conçu un panneau solaire et l’ont couplé à un accumulateur pour palier à l’absence de lumière. Pour optimiser la durée de vie de l’accumulateur, ils ont ensuite développé un montage électronique pour contrôler son niveau de charge.

Inventeur_herbe

Batterie fonctionnant à l’énergie solaire

En arrière-plan, on peut voir le panneau solaire (le rétroprojecteur simule une source lumineuse) et devant, l’accumulateur. L’ensemble alimente une balise lumineuse, d’ordinaire placée sur les lignes de moyenne tension et chargée de signaler les défauts de tension.

Sans attendre, les élèves ont présenté leur projet à la société Sorodhel Bardin et celle-ci leur a proposé de tester les performances de leur système pour alimenter des balises de signalisation. Ces balises, fixées sur les lignes moyenne tension et signalant tout défaut de tension par un flash lumineux et un message radio, sont alimentées par des piles d’une durée de vie de 7 ans. Leur batterie solaire s’est avérée efficace et l’accumulateur suffisant pour gérer la balise durant la nuit.

Aujourd’hui, ces élèves participent au Concours national des Olympiades de physique qui a lieu au Palais de la Découverte, à Paris. À leurs côtés, 24 équipes de lycéens (première et terminale) viendront de la France entière pour présenter leurs travaux de « recherche » devant un jury de scientifiques. Les lauréats de cette manifestation seront invités dans les laboratoires de recherche pour rencontrer les scientifiques dans leur quotidien.

XIIIe édition du Concours national des Olympiades de physique

jusqu’au 28 janvier 2006

Palais de la découverte
Avenue Franklin Roosevelt
Paris 8e

La remise des prix aura lieu le samedi 28 janvier à partir de 18 h.

Pour en savoir plus, connectez-vous sur le site des Olympiades de physique.

Source : www.scienceetviejunior.fr

L’Etat doit arbitrer un monde davantage créatif


Au Forum économique mondial de Davos, le Président de la Confédération a plaidé pour un monde plus créatif, mais soumis à des règles et arbitré par l’État.

Plutôt bien accueilli, le discours de Moritz Leuenberger s’inscrivait dans la thématique de cette 36e édition du WEF, autrement dit «L’impératif créatif».

Davos est le village de l’utopiste Spengler, naturalisé suisse et promoteur de traitements contre la tuberculose connus loin à la ronde il y a deux siècles.

Davos accueille aussi la fameuse Coupe Spengler de Hockey sur glace, qui met aux prises les meilleurs joueurs, chaque année dans la station grisonne.

Moritz

Mercredi soir, à Davos, Moritz Leuenberger a ouvert le Forum économique mondial (WEF).

Au cours de son discours d’ouverture devant les centaines de leaders réunis au WEF, le président de la Confédération a joué sur ce leitmotiv : la créativité nécessaire de l’utopiste et le besoin de règles et d’un arbitre, sur la glace comme au dehors.

Et quand il entend arbitre, Moritz Leuenberger pense État. «Nous avons besoin d’un État qui protège les espaces créatifs des menaces intérieures et extérieures».

A ses yeux,«une personne qui a faim ne peut pas être créative. Elle utilise toute son énergie pour survivre. C’est pourquoi l’État doit garantir et préserver la liberté d’opinion et l’État de droit».

Les solutions qui s’imposent

Contestant le jeu exclusif de l’offre et la demande (la fameuse «main invisible»), le président de la Confédération souligne la nécessité de l’arbitrage étatique «afin que la concurrence fonctionne dans l’intérêt de l’économie elle-même».

Sans cet arbitrage (environnemental, social, économique), les générations futures ne pourront pas exprimer leur créativité et trouver les solutions qu’impose le monde.

Son discours résolument humaniste et pro-État répondait au slogan de cette 36e édition du WEF, l’«impératif créatif». Un discours «plutôt bon», de l’avis d’un rédacteur du Time Magazine.

«Excellent, parfait !, confie le graphiste et peintre suisse Roger Pfund. Moritz Leuenberger a le «savoir dire» sans la grande gueule. Son charisme de réflexion est excellent. Il l’a prouvé là, bravo pour la Suisse !»

Discours un peu éclipsé

Une partie non-négligeable de l’audience semblait n’avoir écouté que d’une oreille les mots de Moritz Leuenberger suisse. Mais pas le président de l’agence de promotion du commerce brésilien.

Juan Quiros estime que le discours du ministre va dans le sens des pays en développement. «Il parle d’innovation et de créativité, ce type de discours va ouvrir une place pour nos pays dans un futur proche.»

Ancien ambassadeur de Suisse et spécialiste de la Chine et de son art, Uli Sigg, lui, est moins disert. «Un discours très large, très ambitieux…»

Cela dit, l’ambition était aussi au menu du discours-programme de la nouvelle chancelière allemande Angela Merkel. Très attendue, son intervention a sans doute un peu éclipsé celle de Moritz Leuenberger.

Auteur : Pierre-François Besson

Source : www.swissinfo.org

Le nombre des brevets états-uniens détenus par des entreprises québécoises a augmenté au cours de la dernière décennie


>En 2004, 840 brevets octroyés par le United States Patent and Trademark Office (USPTO) appartiennent à des entreprises québécoises, soit 80,8 % des 1 040 brevets ayant un titulaire québécois. Ces renseignements sont diffusés aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Montréal est la RMR canadienne qui détient le plus grand nombre de brevets octroyés par l’USPTO

En 2004, la région métropolitaine de Montréal a obtenu la propriété de 834 brevets, soit 25,9 % de l’ensemble des brevets de l’USPTO octroyés à des titulaires canadiens. En deuxième position, Toronto en a retenu 17,8 % (575 brevets). Depuis 1999, Montréal est titulaire de plus de brevets octroyés par l’USPTO que la capitale ontarienne.

Les brevets relatifs aux TIC détenus au Québec sont en croissance

La propriété intellectuelle des brevets de l’USPTO relatifs aux TIC a été en forte expansion au Québec au cours de la dernière décennie. En 2004, 459 brevets détenus au Québec relevaient de ce domaine, soit 44,1 % de l’ensemble. En 1993, seulement 44 brevets de l’USPTO détenus au Québec, soit 9,9 % de l’ensemble, étaient liés aux TIC.

L’Institut de la statistique du Québec produit et diffuse une information statistique pertinente, fiable et actuelle sur l’évolution socioéconomique du Québec et de la société québécoise. Il constitue le lieu privilégié de production et de diffusion de l’information statistique officielle pour les ministères et organismes du gouvernement, et il est responsable de toutes les enquêtes d’intérêt général.

Données sur Internet

Les données concernant les brevets octroyés par l’USPTO et les principaux points saillants sont consultables sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec dans la section «Économie du savoir» à l’adresse : www.stat.gouv.qc.ca/savoir

Source : communiques.gouv.qc.ca