L’inventeur de la mémoire Flash va toucher gros


Toshiba va devoir payer. L’inventeur de la mémoire « flash » a gagné son procès. Il touche un gros lot !

Fuijo Masuoka a finalement obtenu gain de cause. Le chercheur, qui revendique l’invention de la très populaire mémoire Flash, vient d’obtenir d’une cour de justice de Tokyo, le versement de 87 millions de yens (593.210 euros). Et c’est Toshiba, son ancien employeur, qui devra payer l’addition.

Le Nihon Keizai Shimbun écrit que Masuaoka voulait au départ 1.1 milliard de yens pour avoir inventer la mémoire Flash. Mais la sentence prononcée est néanmoins la troisième plus grosse sentence accordée pour une affaire de brevets déposés par un employé.

Masuoka, qui est aujourd’hui professeur à l’Université de Tohoku, a déposé 500 brevets pendant qu’il travaillait chez Toshiba. Le groupe l’a payé 6 millions de yens pendant qu’il travaillait pour eux pour transférer ses brevets.

Les brevets concernant la mémoire flash ne représentent que 41 brevets sur les 500 qu’il a transféré.

Source : www.silicon.fr

La Russie et la Chine élargissent leur coopération


La Russie et la Chine souhaitent élargir leur coopération dans la protection de la propriété intellectuelle, a déclaré jeudi à Pékin le directeur de Service fédéral russe des brevets (Rospatent) Boris Simonov.

« La Russie et la Chine ont des raisons de promouvoir leur coopération dans ce domaine », a noté M.Simonov qui conduit une délégation de Rospatent en Chine depuis lundi.

Rospatent et le département d’État chinois pour la propriété intellectuelle ont signé un mémorandum à l’issue des négociations bilatérales.

Les parties annoncent leur intention de procéder à un échange d’informations sur les législations nationales en matière de propriété intellectuelle, d’échanger leur expérience concernant l’expertise des demandes de brevet.

Par ailleurs, Moscou et Pékin ont convenu d’encourager les innovations et la commercialisation de la propriété intellectuelle.

La coopération dans la protection de la propriété intellectuelle, notamment des informations sur les brevets, permettra de promouvoir la coopération scientifique et technique entre les deux pays.

« Nous avons des technologies sérieuses qui intéressent la partie chinoise », a noté M.Simonov. Une bonne protection de ces technologies permettrait aux chercheurs russes de toucher des royalties qui serviraient à financer d’autres recherches.

Pendant sa visite en Chine, la délégation de Rospatent a également mené des négociations à la Cour populaire suprême et au ministère chinois du Commerce.

Source : fr.rian.ru

Un inventeur marocain propose l’arbitrage par GPS


Il nous vient de loin, de Belgique plus précisément. Lui, c’est Abdellah Hajjab, un inventeur marocain installé à Boom. Selon ce natif de Casablanca, il est temps de mettre fin aux aberrations que commettent généralement les arbitres dans différentes disciplines sportives. Comment ? Abdellah Hajjab a la réponse : «J’ai mis en place un système qui peut aider les arbitres à prendre les bonnes décisions en temps réel.»

En effet, grâce au logiciel de M. Hajjab et à l’aide du GPS – couramment utilisé pour être guidé en voiture -, l’arbitre pourrait savoir, entre autres, en temps réel, si un joueur est hors jeu ou si un ballon a franchi la ligne de but.

Abdellah_Hajjab_GPS

Abdellah Hajjab

Un système qui éviterait de perdre du temps en arrêtant le jeu, comme c’est déjà le cas avec la vidéo. «Tout d’abord, il faut délimiter l’aire de jeu en installant un positionneur sur le terrain. Cette puce électronique permettra de déterminer les dimensions du terrain».

Ensuite, il faut placer une puce dans le ballon et une autre sur chaque maillot des joueurs. Ces puces permettraient notamment d’identifier le joueur et son équipe.

Pas la peine de s’inquiéter, ces puces sont aussi petites que les cartes SIM que vous mettez dans votre GSM », nous explique Abdellah Hajjab.

Ce n’est pas tout. Dans le système de M. Hajjab, on doit se baser sur des coordonnées:  » Grâce au GPS, la puce fournit à l’ordinateur les coordonnées géographiques des joueurs. Le logiciel traite les informations et détermine si le joueur qui attaque est au-delà du joueur qui défend. Comme on dispose également des coordonnées du ballon et de celles du terrain, on peut dire quand la balle a franchi la ligne de but ou est sortie des limites de jeu. L’arbitre reçoit l’information, par oreillette, et décide de siffler ou non.  »

Pour l’instant, l’inventeur marocain, qui travaille sur ce projet depuis trois ans, se concentre sur le sport le plus populaire au monde, à savoir le football.

 » Les responsables belges ont apprécié le système, qui devrait être testé la saison prochaine en division1. J’ai également soumis mon invention à la Fifa. En fait, les responsables de cette instance sont en train de l’étudier.  » Avant d’ajouter :  » Si tout marche bien, on va s’orienter vers les sports nautiques dès l’année prochaine.  »

Certes, l’invention de ce jeune Marocain ne peut être que de bon augure pour le sport. Elle contribuerait fortement à éviter toutes sortes de litiges inhérents à un arbitrage qui laisse beaucoup à désirer.

Auteur : Fatima-Ezzahra Saâdane

Source : www.lematin.ma

Le MOOVIPOOL, le SPA électrique de plein air


Conseils d’utilisation

Le MOOVIPOOL est un bassin électrique de plein air, qui prodigue un hydro-massage de qualité professionnel, mobile, hygiénique, c’est le prêt-à-poser sur tous types de terrains plats : cailloux, gazon, terre battue, sol bétonné. IL ne nécessite aucune installation spécifique, aucune fondation, grâce à sa structure technique et sa margelle (brevetée) qui en fait le tour, le MOOVIPOOL bénéficie d’une stabilité et d’une solidité absolue. Placez MOOVIPOOL au sol, branchez le, il est prêt à fonctionner et à être utilisé.

Le MOOVIPOOL peut s’installer où vous le désirez, à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison, c’est un produit pour l’été qui s’insère facilement dans les jardins, dans les centres de bien-être, dans les résidences secondaires, dans les parcs de cure thermale, dans les parcs aquatiques, au bord des piscines, sur les terrasses des chambres d’hôtels, sur les bateaux de croisière, sur les yachts, les maisons de retraites. C’est un produit également pour l’hiver qui s’installe dans les vérandas, les hôtels, les salons de beauté, les salles de gym.

Moovipool_1

Le MOOVIPOOL, vue de haut

Caractéristiques innovantes

MOOVIPOOL répond à une demande croissante qui revendique le bien-être, à la maison ou en lieu public, en préservant l’hygiène personnelle et l’intimité de chacun.

MOOVIPOOL le spa électrique de plein air toutes saisons.

MOOVIPOOL est fonctionnel et hygiénique pour deux raisons : d’une part le nettoyage est garanti par un système interne de filtration en fin de cycle, bac et les tuyauteries sont désinfectés automatiquement. D’autre part l’eau du MOOVIPOOL ne sert que à une seule personne, contrairement aux spas (servant à de nombreuses personnes).

MOOVIPOOL est ergonomique, doté d’une coque pour recevoir le corps. Position assise, allongée ou totalement immergée, ce qui favorise la relaxation et le bien-être.

Moovipool_2

Le MOOVIPOOL, vue de face

MOOVIPOOL, Chargement d’eau par un tuyau raccordé à la robinetterie de l’habitation, ou manuellement.

Emission d’eau dans le bassin grâce à la pompe d’hydro-massage et les jets. le déchargement d’eau se fait par le même circuit d’alimentation, géré par la pompe d’hydro-massage, redirigé grâce aux vannes à commandes électriques, ce qui donne la possibilité d’arroser le jardin, de récupérer l’eau, ou la déverser directement dans les eaux usagées.

MOOVIPOOL est très tendance. Son design est étudié pour s’adapter à toute situation environnementale et sa forme arrondie sans angle lui donne une sécurité optimale. Il est couleur, réalisé en plusieurs pigmentations, vert, bleu, blanc, sable, de manière à être en harmonie avec le décor environnant et le goût personnel de chacun.

Moovipool_3

MOOVIPOOL est écologique, il est réalisé en SENOSAN et GREENSIR®, une résine polyuréthane qui respecte l’environnement et la santé. La coque en structure SENOSAN® SOLAR, 7mm d’épaisseur résistante aux UV. La margelle (brevetée) est incorporée dans la coque et garantie la stabilité et la solidité du bassin.

Elle assure également la sécurité du non enfoncement du MOOVIPOOL.

MOOVIPOOL est renforcée par une résine acrylique, brevetée par la société SIRAL (Italie), recyclable et écologique « GREENSIR® », une résine polyuréthane conçue pour éviter les émanations dangereuses pendant les chaleurs et odeurs gênantes de vitro-résines pendant l’utilisation du MOOVIPOOL.

Moovipool_4

Exemple d’utilisation du MOOVIPOOL

MOOVIPOOL est pratique, facile d’entretien, c’est le produit d’hydro-massage de qualité professionnelle, pour un usage quotidien est parfaitement compatible avec le mode de vie actuelle et le sens du bien-être.

Pour prendre contact avec l’inventeur :

Monsieur Patrice Lesueur

Ami et financier de l’inventeur :  Monsieur Bertrand Huvier

E-mail : patrice.lesueur@yahoo.fr

Galáctica : un festival international


Le salon Galáctica se tiendra près de Barcelone, du jeudi 14 au dimanche 17 septembre 2006. À cette occasion, le Salon International des Inventions et Nouveaux Brevets fêtera sa treizième édition. Galáctica est l’un des plus anciens salons d’Europe. C’est aussi l’un des plus fréquenté avec 20 000 visiteurs pour 200 inventeurs sur 4 jours. Surtout, c’est l’un des salons internationaux les moins onéreux pour l’exposant.

Galáctica fait l’objet, en Espagne, d’une forte couverture par les médias. Cet événement permet la rencontre entre grand public et innovateurs ainsi que professionnels, industriels ou investisseurs. En tant qu’inventeur, vous pourrez profiter de nombreuses opportunités pour nouer des contacts enrichissants au sein du milieu de l’innovation.

Depuis cinq ans, les délégations françaises conduites par TRANSTECH Aquitaine (au nom de la FNAFI) ont permis à de nombreux inventeurs de s’exporter sur le marché européen. Ils ont pu trouver des partenaires de développement espagnols et internationaux.

Chaque innovation exposée au concours sera candidate au Grand Prix International de l’Invention, qui prévoit les distinctions suivantes : 2 Galácticas d’Or décernés aux innovations les plus remarquables par leur développement d’un apport décisif dans leur domaine respectif ou dans leur champs d’application ; 10 Galácticas d’Argent décernés aux innovations qui se distinguent par leur caractère novateur et par leur notoriété, 1 Galáctica Junior décerné à l’innovation qui se distingue parmi celles présentées par les créateurs de moins de 18 ans ; 1 Galáctica Universitaire décernée à l’innovation qui se distingue parmi celles présentées par les étudiants universitaires, par les centres universitaires ou par les centres technologiques liés à l’université.

Ces prix seront décernés par un jury de professionnels et d’experts de différentes branches des sciences et techniques. La visite du jury sur le salon aura lieu dans la matinée du vendredi 15 septembre. De leur côté, différentes entités, de leur propre décision, bien qu’avec l’approbation du jury du Grand Prix International de l’Invention, décerneront d’autres distinctions.

Pour exposer en Espagne, les inventeurs doivent s’inscrire avant le 25 août auprès de TRANSTECH Aquitaine car les places seront limitées à une dizaine. Le tarif d’inscription proposé par TRANSTECH est plus avantageux que celui proposé par les organisateurs espagnols. Pour avoir le privilège de participer à la délégation officielle, le porteur de projet innovant doit obligatoirement adhérer à TRANSTECH ou à une association affiliée à la FNAFI (fédération nationale des associations françaises d’inventeurs).

TRANSTECH Aquitaine est un dispositif régional d’animation, de promotion, de validation des projets et d’accompagnement des initiatives innovantes. Depuis vingt ans, TRANSTECH Aquitaine répond au besoin spécifique des petits porteurs de projets innovants. L’association permet de créer un environnement propice à la création de nouvelles activités. Par la mise en réseau et la professionnalisation des acteurs concernés, elle favorise le développement économique, la création et la pérennisation des entreprises et la création d’emploi. Avec TRANSTECH, l’Aquitaine est la seule région en France capable de détecter et d’accompagner dans leur développement des projets innovants issus de simples inventeurs.

Contact : Julie Baraké

TRANSTECH Aquitaine : Partenaire de l’Innovation
19 Allée James Watt – Bât C – RDC
33700 Mérignac – FRANCE

Tél. : 33 5 56 51 39 18 – Fax : 33 5 56 48 22 70

Site Web : www.transtech.fr

E-mail : contact@transtech.fr

Auteur : TOURRIOL Edmond

Inde / Un prêtre catholique crée un biocarburant à succès


Dix kilos de graines de jatropa pour trois litres de biocarburant

Le P. Inacio Almeida, inventeur d’un biocarburant à partir de graines de jatropa, a retenu l’attention du gouvernement et d’investisseurs, le 17 juin dernier, dans l’État de Goa, en Inde, indique « Églises d’Asie », l’agence des Missions étrangères de Paris, dans son édition du 16 juillet (EDA 445, eglasie.mepasie.org).

Le P. Almeida est en effet intervenu au secrétariat d’État, à la demande du ministre-président, Pratapsing Rane, qui avait visité sa ferme quelques mois auparavant.

Le P. Inacio Almeida, membre de la société des Missionnaires de St François-Xavier, est connu comme « le prêtre du gasoil » depuis qu’il a mis au point la fabrication d’un carburant à partir d’une plante poussant en milieu aride.

Selon lui, l’État de Goa dispose de deux millions d’hectares de surfaces non cultivables, qui pourraient être utilisées pour la culture de la jatropa, permettant ainsi de créer des emplois dans les villages et de générer des recettes pour l’État. D’ici à trois ans, affirme-t-il, les finances publiques pourraient ainsi recevoir 5 milliards de roupies (85 millions d’euro).

La jatropa donne en effet des graines au bout de la troisième année de culture et dix kilos de graines mûres permettent de produire trois litres de biocarburant.

L’huile extraite de graines de jatropa (ou jatropha curcas) peut en outre servir à remplacer la bougie, à fabriquer du savon, voire à éloigner les insectes et les rats. Les tourteaux quant à eux peuvent remplacer le charbon pour la cuisson. Mélangé au gasoil, le jatropa peut également remplacer le gasoil pur.

Des tests ont été réalisés en décembre dernier, après la visite du président de l’Union Indienne, A.P.J Abdul Kalam, qui a encouragé le prêtre catholique à poursuivre ses recherches en biocarburant. Une automobile a ainsi roulé 500 km entre Pune (Etat du Maharashtra) et Panaji, capitale de Goa.

Beaucoup y voient déjà l’opportunité de développer un carburant à moindre coût, avec des retombées économiques et une croissance durables, dans le contexte international actuel de flambée des prix du pétrole. Des centaines d’habitants de l’ancienne enclave portugaise ont d’ailleurs déjà planté des graines de jatropa, une plante importée au XVIe siècle par les Portugais qui l’utilisaient comme délimitation de pâturage pour le bétail qui n’appréciait guère son odeur.

Manuel D’Costa, un industriel de Goa, a ainsi planté à titre expérimental plus de 2 000 jeunes pousses sur des décharges minières. En plus de ré-dynamiser l’espace, la plantation de jatropa « a le potentiel de devenir un biocarburant qui pourrait remplacer le gasoil », a-t-il ajouté. Selon le responsable forestier de Goa, le gouvernement a déjà planté dix hectares de jatropa

D’après différentes sources, l’Inde importe 70 % de ses besoins pétroliers, l’achat de l’or noir représentant 25 % de ses importations totales.

Source : www.zenit.org

L’Office européen des brevets appelle à un système des brevets fort au sein de la Communauté européenne


Suite à l’audition publique sur le même thème tenue à Bruxelles le 12 juillet 2006, l’Office européen des brevets (OEB) a appelé à un système des brevets fort en Europe. Selon l’Office, le système des brevets constitue un élément clé dans l’économie fondée sur la connaissance. Toutefois, il doit être adapté aux besoins des entreprises, et plus particulièrement des petites et moyennes entreprises, qui représentent la majorité des déposants, notamment dans les domaines technologiques de l’électronique, l’automatisation, les nécessités courantes de la vie, la chimie et l’optique.

L’OEB propose d’introduire un système de qualité à l’échelle européenne, mis en place par l’Office même afin de contrôler la qualité des brevets déposés et délivrés, en vue de préserver un critère élevé de brevets pour l’innovation en Europe. Le brevet communautaire demeure une question prioritaire.

L’Office s’attend à ce que la ratification du Protocole de Londres ait lieu prochainement, protocole que l’Office considère comme une étape importante vers un système peu coûteux car il pourrait réduire les coûts de traduction d’environ 45%. Aussi, l’EPLA (système de règlement des litiges en matière de brevets européens) devrait être adopté dès que possible afin de remplacer le système actuel de règlement des litiges nationaux.

Source : www.ipr-helpdesk.org