Handicap et innovation :  » l’État peut inciter « 


Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, est l’intervenante des Matinales organisées par la Mutualité française et la NR.

Le sujet de votre intervention de ce matin porte notamment sur l’innovation dans le domaine du handicap. Le champ est large ?

Ségolène Neuville. « Vous avez raison, le champ d’investigation et de réflexion autour de l’innovation et du handicap est large. Il peut par exemple concerner tous les nouveaux biens et services créés au départ pour les personnes handicapées, qui au final profitent à tous. C’est l’exemple de la télécommande qui, au départ, avait été créée pour que les personnes handicapées moteur puissent allumer leur télévision et qui, au final, profite à tous. Mais si le handicap peut être générateur d’innovation, l’innovation peut aussi, parfois, creuser des fossés, c’est le cas quand le handicap n’est pas pris en compte dès la conception. Je donne parfois un exemple qui fait sourire, mais avant l’invention du téléphone, les sourds étaient bien moins embêtés. »

En quoi l’État peut-il être incitateur en la matière ?

« L’État peut inciter les concepteurs, designers, industriels, distributeurs à s’emparer de la conception universelle. C’est d’ailleurs le projet que je prépare avec l’Institut national de la consommation (INC) : le but est d’intégrer des personnes handicapées dans les panels d’évaluation des nouveaux biens et services. J’ai par ailleurs une feuille de route commune avec Axelle Lemaire, ma collègue secrétaire d’État en charge du Numérique, pour que la conception universelle soit pleinement intégrée aux chantiers numériques. Par exemple, il faut que les sites internet de l’État soient accessibles et que tous, quel que soit leur handicap, puissent avoir accès à une information publique. »

Les besoins des personnes sont multiples et de nombreuses initiatives pour y répondre naissent dans les territoires. Là encore, comment les encourager  ?

« C’est mon rôle de faire connaître les nombreuses initiatives et de les fédérer, et plus globalement, c’est le rôle des pouvoirs publics que de repérer les initiatives qui viennent du terrain et de les porter au niveau national. Sur ce sujet, les associations et les acteurs sont dynamiques et je pourrais prendre comme exemple l’association «  Jaccede  » qui développe un dispositif de géolocalisation de collecte collaborative de données sur les lieux accessibles à tous. Ce projet, le président de la République l’a choisi pour être l’une de ses initiatives présidentielles et aujourd’hui grâce à cela, le projet est suivi par les ministères concernés. »

Vous parlerez également recherche dans votre intervention d’aujourd’hui. La France, si l’on en croit l’Observatoire national sur la formation, la recherche et l’innovation sur le handicap, a progressé depuis 2005, mais reste assez mauvais élève. Comment accélérer le mouvement  ?

« La recherche française sur le handicap doit être structurée pour parvenir à en faire une discipline cohérente comme sur le modèle des «  disabilities studies  » anglais ou américains. A ce titre, le handicap est présent dans plusieurs axes de la stratégie nationale de recherche qui est en cours de définition, c’est aussi l’un des axes du Comité interministériel du handicap. »

Globalement, quelle est votre priorité en matière de handicap ?

« Le fil directeur de mon action reste l’accès au droit commun avec trois priorités : l’accès à l’école, à l’emploi et la mise en accessibilité de notre société. »

Source : www.lanouvellerepublique.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.