Electroniques et Electriques

Le verre de récupération conducteur


Un produit orignal mis au point par un chercheur indépendant, René TEMEY. Les propriétés de ce matériau pourraient convenir au transport d’électricité en milieu corrosif et à haute température, micromotorisation, etc… .

verre-temey

Le secret de ce verre conducteur réside dans sa formulation : essentiellement du verre de récupération, sous forme de gobelets ou de verre plat, plus quelques oxydes métalliques ( cuivre et argent ).

Il en résulte un matériau doté d’une résistivité électrique qualifiée d’excellente par le laboratoire du CNRS ; bien que plus élevée que celle du cuivre, elle atteint 7.10 5 ^.cm à température ambiante.

De plus, la variation thermique de la résistivité entre – 200 et + 400°C se traduit par un coefficient de température positif, caractéristique d’un métal.

Il s’agirait du premier verre silicaté présentant une conductivité métallique même à température élevée ( on parle ici de conduction électrique ).

Il existait déjà des verres métalliques aux propriétés conductrices et magnétiques intéressantes, mais rarement au-delà de 160°C, où ils se recristallisent et s’oxydent.

Enfin, il serait intéressant de rechercher en direction de la supraconductivité, étant donné le comportement de ce verre aux basses températures.

Les applications pourraient concerner le transport du courant électrique en milieu corrosif ( les verres silicatés résistent à la plupart des agents chimiques ) et à haute température.

Bon conducteur électronique, le matériau doit également être un intéressant conducteur ionique; l’argent est très « mobile » dans une matrice silicatée.

Le matériau serait alors un candidat potentiel au stockage de l’énergie électrique sous forme d’électrolyte solide.

Reste à voir s’il est possible de remplacer ce métal par un autre, moins coûteux, tout en maintenant les propriétés étonnantes du matériau.

René TEMEY entrevoit des débouchés dans le revêtement des parois de cavités hyperfréquences d’accélérateurs de particules.

L’intérêt serait d’améliorer la qualité des faisceaux accélérés tout en réduisant la puissance électrique nécessaire.

De plus, en fonction des métaux ajoutés au verre de récupération, il est possible d’obtenir des champs magnétiques très intenses, ce qui pourrait intéresser la spectrométrie RMN, la microscopie électronique ….

Le matériau pourrait entrer dans la conception de micromoteurs divers, ou permettre d’enterrer les lignes d’EDF, sans craindre les problèmes de corrosion.

Son inventeur recherche des partenaires pour dépasser le stade de l’échantillon de laboratoire.

Pour prendre contact avec Monsieur René TEMEY par E – mail : peter@temey.com ou allez sur son site www.temey.com

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.