Il présente Flex sense, l’antivol à huîtres


Emmanuel_Parlier_2017

Emmanuel Parlier, docteur en océanologie biologique et scaphandrier, avec l’huître espionne.

Le stand de Flex Sense est l’un des plus discrets parmi les exposants du salon Promer, qui se déroule à Saint-Malo, jusqu’à ce jeudi 23 mars. Mais ses applications portent loin et rencontrent ici un écho certain.

Comment empêcher les malfrats de dérober des quantités considérables d’huîtres ? C’est la question que s’est posée Emmanuel Parlier, docteur en océanologie biologique et scaphandrier. Et il a peut-être trouvé la solution…

« Tout est parti d’une bouée intelligente et de notre start-up, créée en 2015, à La Roche-sur-Yon (Vendée). Cette bouée a dix-huit mois d’autonomie, réétalone automatiquement ses capteurs et permet à ses utilisateurs d’être alertés en temps réel par SMS et e-mail », explique l’inventeur.

Une huître espionne

La société Flex Sense a mis au point et testé positivement, pour les professionnels d’Oléron, des boîtiers ayant la taille et la forme d’une huître, faciles à dissimuler. Cette huître espionne alerte en temps réel, sur le smartphone dès qu’on déplace la poche ou que d’autres variations se produisent.

L’idéal pour surveiller à distance une exploitation, c’est d’en mettre toutes les trois à cinq poches. La location de l’huître antivol est de 10 € hors taxe par mois sur soixante mois, mais avec un tarif régressif passant à 8 €, puis 4 €, en fin de contrat.

Source : www.ouest-france.fr

L’inventeur de Tusson cherche des partenaires


Déjà triple vainqueur du concours Lépine, Olivier Romanillos vient de mettre au point un tire-valise adapté aux fauteuils roulants. Il est en lice pour le concours de La fabrique Aviva.

Olivier_Romanillos_2017

Après son attelage caddie-fauteuil roulant, Olivier Romanillos a inventé un tire-valise pour faciliter la vie des aidants.

Sur le parking du Leclerc de Ruffec, sa dernière invention marche comme sur des roulettes. Un tube tout bête qui s’accroche au fauteuil roulant pour tirer une valise en même temps qu’il pousse son épouse, Marie Romanillos, hémiplégique. Olivier Romanillos a de la suite dans les idées.

« La prochaine invention est le caddie poussette qui permettra à des parents équipés d’un landau ou poussette-canne de faire leurs courses sans soucis », lance l’inventeur de Tusson, qui s’est déjà fait remarquer avec son attelage, un caddie de supermarché accroché au fauteuil roulant grâce à des barres démontables. Mais aussi avec un plateau « trois paluches », qui fixe les couverts et permet à certaines personnes handicapées de manger seules, « sans en mettre partout. »

Des inventions primées trois fois aux concours Lépine en 2013 et 2014 et brevetée à l’Institut national de la propriété industrielle.

Celui qui était hier sur France 3 dans l’émission « 9h50 le matin » pour présenter ses inventions a aussi été sélectionné par La fabrique Aviva, qui récompense des idées entrepreneuriales utiles et innovantes à partir du vote des internautes. « Les deux cents premiers auront 1 million d’euros à se partager, glisse Olivier Romanillos, qui invite les Charentais à défendre son projet. Ils ont jusqu’au 11 avril pour voter. »

Un coup de pouce financier qui serait bienvenu pour l’entrepreneur, qui a fondé sa société, « Handicap Reflex », il y a deux ans à Tusson. Mais bute encore sur le financement.

« J’ai remporté trois fois le concours Lépine à Paris et Strasbourg, mais c’est comme le bac. C’est pas parce que tu l’as que tu trouves du travail ! », lance le bonhomme, qui a trouvé une entreprise dans les Pyrénées, « prête à produire ». « Mais pour se lancer, il faut un acheteur. Le moule pour l’attelage, c’est 50.000€. On ne les a pas. »

Une grande chaîne de supermarché, c’est là-dessus que mise l’entrepreneur. Avec l’idée de mettre à disposition des clients les cinq modèles d’attelage différents en même temps que les caddies. « J’offre l’exclusivité de mes produits. Pour un magasin comme Leclerc ou comme Auchan par exemple, c’est l’assurance de se démarquer des concurrents et de gagner une clientèle. »

Un AVC en 2012

Faciliter la vie des personnes en fauteuil, c’est le but d’Olivier Romanillos, dont la vie a changé en même temps que celle de son épouse en décembre 2012.

« Un accident vasculaire cérébral qui m’a laissée paralysée entièrement du côté gauche », raconte celle-ci. À l’hôpital, elle prétendait ne pas aimer le yaourt… « En fait, je ne pouvais pas le tenir, j’en mettais partout. Le plateau trois paluches m’a redonné une dignité. »

Une invention qui pourrait aider aussi des blessés de guerre.

« L’armée vient de lancer un concours ouvert aux militaires. Un ami, capitaine, va présenter mon invention », dit celui qui pense aussi aux aidants. Le tire-valise ? « C’est venu il a deux semaines, quand je me suis tapé six kilomètres entre les deux gares de Menton avec les valises et le fauteuil, tout en évitant les dos-d’âne et les voitures. La galère! »

Contact : info@handicap-reflex.fr ou 06 41 41 50 06. www.handicap-reflex.fr

Auteur : Céline AUCHER – Source : www.charentelibre.fr

Démarrage timide pour le lancement de la nouvelle émission de Valérie Damidot à 17h sur TF1 avec 1,1 million de téléspectateurs


damidot_tf1

Hier, à 17h00, TF1 lançait une nouvelle émission, présentée par Valérie Damidot et Paul Morlet.

Le lancement des « Français ont du génie » a attiré 1.155.000 téléspectateurs et 13,6  % de part de marché.

A noter que le programme est leader sur les femmes (22 % de pda) et sur les 25/49 ans (17 %).

Lundi dernier, le jeu « 4 mariages pour une lune de miel », qui occupait sa place, avait captivé 1.505.000 téléspectateurs et 17,3 % du public.

En moyenne, la semaine dernière, le programme avait réuni 1,4 million de téléspectateurs.

Présentation de l’émission

Dans « Les Français ont du génie », le duo va tout faire pour trouver la perle rare parmi trois inventeurs avec, pour critères, l’originalité et l’utilité.

Mais l’ultime note, la note satisfaction client, ce sera à un panel de consommateurs de l’attribuer ! J’achète ou je n’achète pas ? Il faudra à tout prix convaincre pour l’emporter !

Le vendredi, lors de la grande finale, les quatre meilleures inventions de la semaine s’affronteront devant un jury d’exception : Léon-Claude Duhamel, l’inventeur du K-Way, Sandra Le Grand, entrepreneure et conférencière à succès, et Sébastien Forest, fondateur d’Alloresto.

Lequel des quatre finalistes de la semaine va prouver que son invention est la plus innovante et la plus efficace ? Qui sera le créateur de la semaine et repartira avec la somme de 3 000 euros ?

Source : www.jeanmarcmorandini.com

Des chercheurs russes créent une matière qui rend le monde invisible


Nous pourrions bientôt devenir invisibles grâce à une matière «magique» inventée par des chercheurs russes. Outre cela, cette substance hors du commun rendrait transparent tout ce qui nous entoure, y compris les voitures et bâtiments.

Des scientifiques russes de l’institut de recherche Tekhnomash, faisant partie du groupe public Rostec, ont élaboré des matières uniques rendant totalement ou partiellement invisibles des objets grâce à leurs qualités surprenantes, lit-on dans le communiqué du holding Roselectronica appartenant, lui-aussi, à Rostec.

Ces matières à commande électrique, d’après les chercheurs, sont capables de « camoufler » des objets dans leur champ visuel. Elles ont le pouvoir d’imiter des couleurs, de les intensifier ainsi que de créer des représentations graphiques compliquées, y compris des feuilles qui bougent quand il y a du vent.

Cette invention a été possible grâce à des chocs électriques. En effet, ces matières ressemblent à des écrans de camouflage permettant de dissimuler entièrement un objet.

La technologie a été saluée par le holding Roselectronica.

« Les matières de synthèse ont d’énormes perspectives pour contrecarrer des armes de précision », a déclaré Igor Klotchko, le directeur général de l’entreprise.

M. Klotchko a ajouté que cette technologie serait efficace grâce à son camouflage visuel et non pas grâce à un camouflage thermique ou électromagnétique.

Il est à noter que des constructeurs et ingénieurs du monde entier tentent depuis longtemps de créer une « cape d’invisibilité » universelle pour des objets militaires. Pourtant, ceux qui ont réussi à le faire sont peu nombreux.

En 2012, des scientifiques de l’Université du Texas sont parvenus à créer « une cape d’invisibilité » composée de fibres de carbone. Le vêtement crée l’illusion que l’objet, sur lequel il est mis, est en train de disparaître.

Source : fr.sputniknews.com

L’OCDE met en garde contre le ralentissement des réformes


Les réformes destinées à augmenter la productivité marquent le pas dans de nombreux pays, ce qui augmente le risque d’un ralentissement de la croissance dans certains pays industriels, a déclaré l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vendredi.

« Le ralentissement inquiétant des réformes ayant une influence sur la productivité du travail, par exemple celles qui concernent l’innovation ou la politique de l’innovation, se révèle particulièrement préoccupant dans le contexte de l’érosion persistante des gains de productivité, qui sont essentiels à la progression des salaires et des niveaux de vie », dit l’OCDE dans son rapport annuel « Objectif Croissance ».

« Un ralentissement a été observé dans des pays qui s’étaient montrés des réformateurs particulièrement actifs au cours des deux années précédentes, comme le Mexique, la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne ou encore la Pologne, mais aussi dans plusieurs autres où, sur la même période, le rythme des réformes n’avait pas été aussi soutenu (Australie, Indonésie et Slovénie par exemple) », poursuit l’organisation.

Mais elle distribue aussi des bons points à plusieurs pays.

« L’intensité des réformes s’est en revanche accrue de manière sensible dans certains pays qui ne figuraient pas au nombre des réformateurs les plus énergiques au cours des deux années précédentes, tels que la Belgique, le Chili, la Colombie, Israël, l’Italie et la Suède mais aussi l’Autriche, le Brésil et la France », écrit-elle.

« En matière de réforme, la formule varie d’un pays à l’autre, mais on y retrouve à chaque fois des mesures visant à promouvoir le dynamisme des entreprises et la diffusion de l’innovation, à aider les travailleurs à faire face à la rotation rapide des entreprises et des emplois, et à mieux préparer les jeunes au marché du travail du futur », dit-elle. (Balazs Koranyi, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Source : http://fr.reuters.com

Cinq inventions de Léonard de Vinci qui auraient pu révolutionner l’histoire de la technologie


da-Vinci-inventions

Croquis de Léonard de Vinci d’une arbalète géante.

Léonard de Vinci est l’un des artistes les plus célèbres de l’histoire. Son génie ne se limitait cependant pas à l’art ; Léonard de Vinci était aussi un inventeur brillant dans les domaines de l’ingénierie civile, la chimie, l’hydrodynamique, l’optique, l’ingénierie mécanique, la pyrotechnique, l’anatomie et la physique.

Il a envisagé  de nombreuses inventions bien avant que la technologie ne les créent réellement. Nombre de ses conceptions allant de l’hélicoptère aux véhicules blindés, calculateurs, combinaisons de plongée et aux robots ne sont jamais arrivées au bout, de son vivant.  Si elles avaient été construites à son époque elles auraient pu révolutionner l’histoire de la technologie, mais il est clair que le monde n’était pas prêt pour Vinci.

Léonard de Vinci est né le 15 avril 1452 du notaire Piero de Vinci et de la paysanne Caterina à Vinci dans la région de Florence, en Italie. Léonard reçut son éducation dans le studio du célèbre peintre florentin Verrocchio. Dans sa jeunesse, beaucoup de sa vie active fut consacrée au service de Ludovico il Moro à Milan. Il a plus tard travaillé à Rome, à Bologne et à Venise, et il passa ses dernières années au service de François 1er en France dans la maison que ce dernier lui avait offert. Léonard fut de son vivant un peintre renommé. Parmi ses œuvres la Mona Lisa est son portrait le plus célèbre, et sa peinture murale de La Cène est la peinture religieuse la plus reproduite de tous les temps. Néanmoins, Léonard consacra au cours de sa vie bien plus d’heures à ses inventions, enregistra plus de 13 000 pages de notes et de croquis, dont une grande partie était inconnue avant sa mort le 2 mai 1519.

Bust-of-Leonardo-da-Vinci

Buste de Léonard de Vinci à l’âge mûr.

La machine volante

L’une des inventions les plus fameuses de Vinci est la machine volante, bien qu’elle consistait en fait en différents modèles, principalement basés sur le vol des chauves-souris, des cerfs-volants et des oiseaux. Ses dessins reflètent ses capacités d’observation et d’imagination, aussi bien que son désir profond de pouvoir s’envoler comme un oiseau.

sketch-leonardo-da-vinci-flying-machine

Croquis d’une machine volante envisagée par de Vinci.

L’un des dessins de Vinci consiste en un cadre en bois d’une envergure dépassant 10 mètres. Les « ailes » devaient être couvertes de soie fine pour créer une membrane légère mais robuste, comme les ailes d’une chauve-souris. Le pilote devait se plaquer contre un tableau au centre. Pour déplacer les ailes, le pilote devait tourner une manivelle déplaçant une série de nœuds et de poulies, amenant les ailes à battre. Les ailes étaient également modelées pour tourner alors qu’elles battent, démontrant l’inspiration venant de la nature chez Vinci.

Une légende rapporte que Léonard de Vinci aurait essayé la machine volante avec l’un de ses apprentis, et que l’apprenti serait tombé et se serait cassé la jambe. Il n’y a cependant pas de preuve d’un tel essai, et les experts indiquent que tandis que la machine volante aurait pu volé une fois dans les airs, une personne n’aurait jamais pu créer assez de puissance pour amener l’engin à décoller du sol.

« Le monde devrait attendre encore près de 400 ans pour qu’une machine puisse vraiment voler », indique LiveScience. « Ce n’est qu’en 1903 que les frères Wilbur et Orvilles Wright effectuèrent le premier vol réussi d’un avion motorisé. »

da-Vinci-sketch-of-a-flying-machine-1

L’un des croquis de machine volante de Vinci montre une ressemblance proche aux ailes d’une chauve-souris.

Le véhicule blindé

Beaucoup des inventions de Vinci tournaient autour de l’armurerie et des machines de guerre, probablement du fait qu’il recevait ses fonds du duc de Milan, responsable de la défense de Milan contre les Français. L’un des dessins de Vinci représente un véhicule blindé équipé d’armes et capable de se déplacer dans toutes les directions, que beaucoup ont qualifié de précurseur du char moderne.

« Le véhicule de Vinci a de nombreux canons légers arrangés sur une plate-forme circulaire avec des roues, lui permettant un déplacement à 360 degrés », écrit Da Vinci Inventions. « La plate-forme est couverte par une large plaque protectrice (à la manière d’une carapace de tortue), renforcée avec des plaquettes en métal, qui étaient inclinées afin de mieux dévier le feu ennemi. Il y a une tourelle de vision sur le dessus pour coordonner le feu des canons et le pilotage du véhicule. Le déplacement de la machine serait alimenté par huit hommes à l’intérieur du char qui tourneraient constamment des manivelles pour alimenter les roues. »

« Comme sa machine volante, la voiture blindée de Vinci n’a jamais été construite. Et ce n’est que 400 ans plus tard, durant la Première Guerre Mondiale, que les chars blindés sont devenus une composante des champs de bataille européens. »

da-vinci-armored-vehicle

Modèle du véhicule blindé de Vinci basé sur ses croquis.

La mitrailleuse

Une autre des armes de guerre de Vinci était le pistolet à 33 canons, qui était destiné à dépasser le problème du temps de recharge trop long des canons de l’époque. Sa conception tient en trois rangées de 11 canons chacun, tous connectés à une seule plate-forme tournante. Les canons pouvaient être chargés en même temps et tirer en roulement, éliminant le délai.

« Le modèle de l’engin à 33 canons de Léonard de Vinci est généralement vu comme la base de la mitrailleuse moderne », indique Da Vinci Inventions, « Une arme n’ayant pas vraiment été développée pour un usage commercial avant le XIXe siècle. »

da-vinci-multi-barrel-gun

Croquis du modèle du fusil à canons multiples de Vinci.

La combinaison de plongée

Alors que Léonard de Vinci travaillait à Venise, il a conçu le modèle d’une combinaison de plongée primitive, destinée à être utilisée pour détruire les vaisseaux ennemis entrant dans les eaux vénitiennes. La combinaison devait être faite en  cuir de porc traité avec de l’huile de poisson pour qu’elle soit hydrophobe. Le casque a une paire de lunettes en verre incrustée et un tube en bambou pour respirer avec des joints en cuir de porc attachés à l’arrière, connecté à un flotteur en liège et en bois. Recevant de l’air de la surface, la combinaison était conçue pour conserver de l’air dans une poche intérieure.

Une réplique a été construite pour un documentaire de la BBC se basant sur les dessins et les notes de Vinci. Lorsque les plongeurs ont essayé la combinaison, ils l’ont trouvé être un précurseur réussi à la combinaison de plongée moderne, le flotteur en liège agissant comme une chambre d’air comprimé lorsqu’il est submergé.

Ce ne sera que quelques 500 ans plus tard que le célèbre inventeur Jacques Cousteau et l’ingénieur Émile Gagnan ont inventé la combinaison de plongée moderne.

model-replica-of-da-Vinci-diving-suit

Réplique de la combinaison de plongée de Vinci.

Le robot humanoïde

L’étude de l’anatomie humaine de Léonard de Vinci l’a mené à la conception de l’un des premiers robots humanoïdes connus de l’histoire. Ce robot, habillé dans une armure médiévale allemano-italienne, aurait été conçu vers 1495 et présentation à une fête organisée par le duc de Milan. Il a été redécouvert sous la forme de croquis dans les années 1950.

Le chevalier robotique peut se tenir debout, s’asseoir, lever sa visière, ouvrir et fermer la bouche, et manœuvrer indépendamment ses bras. Le système robotique entier était dirigé par une série de poulies, de câbles, d’engrenages internes et de manivelles à main.

En 2002, le spécialiste en robotique Mark Rosheim a construit un modèle fonctionnel du chevalier robotique de Vinci. Il s’est montré être pleinement opérationnel, comme Léonard de Vinci l’avait prédit.

Model-of-a-robot-da-vinci-1

Modèle d’un robot basé sur les dessins de Léonard de Vinci.

Léonard n’a pas eu d’éducation formelle en latin, en mathématiques et en science et n’a jamais été à l’université. Cela veut dire que ses inventions ont été largement ignorées par les universitaires et les riches mécènes, et son génie est resté enfermé dans de simples croquis de ses carnets. Lorsque ces journaux ont été découverts, des analyses ont révélé que l’approche de la science de Léonard de Vinci consistait en une observation intense et en un enregistrement détaillé, ses outils d’investigation étant principalement ses yeux. De Vinci était un type de scientifique fondamentalement différent pour son temps, intégrant les arts dans sa théorisation et dans son hypothèse, amenant une approche intégrée et holistique unique de la science.

Courtoisie d’Ancient Origins : Five da Vinci inventions that could have revolutionized the history of technology

Auteur : April Holloway, Ancient Origins – Source : www.epochtimes.fr

Inventé en 1907, cet orchestre mécanique et automatique contient… 8 violons !


La compagnie Ludwig Hupfeld AG a été fondée en 1904 par Ludwig Hupfel, un créateur d’instruments de musique converti en entrepreneur. En pleine période d’industrialisation, elle s’est illustrée en inventant ce qui peut être considéré comme les premiers instruments musicaux mécaniques et automatiques.

Ludwig_Hupfel_1907_1

Parmi ceux-là, il y a le Hupfeld Phonoliszt-Violina, une pièce de collection très rare que possède notamment le musée dédié à l’inventeur, situé à Leipzig en Allemagne. Il est composé de huit violons placés en cercle à la verticale, entourés d’un archet circulaire.

Hupfeld_Phonoliszt-Violina_1907

Selon la programmation indiquée sur une feuille de papier, des petits soufflets viennent simuler l’action des doigts d’un violoniste sur les cordes des violons. Le tout délivre alors un air mélodieux, surtout pour les amoureux de musique classique.

On vous propose de découvrir la vidéo de cet immense engin musical, vieil ancêtre des radioblasters et autre lecteurs MP3, inventé en 1907 :

Auteur : Jérémy B. – Source : www.demotivateur.fr