Maroc / L’OMPIC a connu un net regain d’activité en 2016


Les enregistrements de marques ont progressé de 7% et les dépôts de brevets d’invention de 21%. Les intentions de création d’entreprise en hausse de 10%. L’office veut renforcer les compétences de ses ressources humaines et améliorer ses services grâce à sa nouvelle Vision 2020.

adil-el-maliki_2017

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) clôture l’année 2016 sur un bilan positif qui prouve aussi que les entreprises et porteurs de projets tentent vaille que vaille de résister au marasme. A preuve, les demandes d’enregistrement de marques ont enregistré une évolution de 7%, à 12 847. Cette évolution a été portée par la hausse de 17% des demandes d’enregistrement d’origine marocaine qui représentent 56% du total des enregistrements de l’exercice écoulé. Les demandes de renouvellement de marques nationales ont également enregistré une progression de l’ordre de 5%. L’exercice a d’ailleurs été marqué par «le renouvellement de 30% des marques enregistrées en 2006», souligne l’office. Cette dynamique a permis au Maroc d’occuper la 42e place mondiale dans le domaine selon l’édition 2016 des indicateurs mondiaux de la propriété industrielle de l’Office mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

Les enregistrements de dessins et modèles industriels ont enregistré quant à eux une légère progression de 2%. Ce sont 6 378 dessins et modèles industriels qui ont été enregistrés en 2016. Les demandes d’origine marocaine sont en hausse de 5%. Les demandes de renouvellement d’origine marocaine ont aussi progressé de 12%. Le Maroc a ainsi été classé 16e pays en matière d’enregistrement des dessins et modèles industriels.

En matière de brevets d’invention, les dépôts totalisent 1 240 contre 1 021 en 2015, soit une amélioration de 21%. En revanche, la part des dépôts d’origine marocaine reste très timide puisqu’ils ne représentent que 19% du total des dépôts (237). Ils ont augmenté de 6% contre 26% pour les dépôts d’origine étrangère (1003). De son coté, l’OMPIC a procédé à la publication de 1 194 demandes de brevet d’invention dont 306 d’origine marocaine. Il a également délivré 207 brevets d’invention d’origine étrangère et 99 brevets d’invention d’origine marocaine.

En matière de noms commerciaux, le bilan 2016 de l’office révèle que les enregistrements relatifs aux intentions de création d’entreprises ont progressé de 10%, à 72299. Sur ce total, les dénominations représentent 88% et ont progressé de 10%. Les enseignes, quant à elles, ont affiché une hausse de 4%.

Les créations d’entreprises restent concentrées sur l’axe Rabat-Casablanca

En outre, l’année dernière, 39 896 entreprises personnes morales ont été créées contre 36 825 en 2015, soit 8% de plus. Près du tiers de ces structures opèrent dans le secteur commercial. Les secteurs du BTP et services ont représenté respectivement 24% et 20% des créations. Plus de la moitié de ces entreprises ont été créées dans l’axe Casablanca- Rabat. Les entreprises personnes physiques ont aussi enregistré une progression, le nombre de créations étant passé de 32 677 en 2015 à 34 911 en 2016. Selon l’OMPIC, 59% de ces entreprises opèrent dans le secteur commercial. Près de 40% de ces nouvelles structures ont été créées dans les régions de l’Oriental et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Cette dynamique en matière de création d’entreprise a augmenté la charge de travail au niveau de l’office qui a dû produire plus de 244 000 documents (statuts, PV, modèles de création et de modification) relatifs aux inscriptions effectuées en 2016. Le nombre des états de synthèse centralisés au niveau de l’office reste ainsi en constante évolution avec une moyenne annuelle de 8%.

Refonte de la plateforme des services en ligne

Pour améliorer ses services, l’office a dressé une stratégie pour les quatre années à venir, intitulée «Vision OPMIC 2020». Objectif : apporter le support nécessaire aux entreprises pour la protection de leur création et pour la stimulation de la créativité, de l’innovation et de l’investissement. S’y ajoute l’orientation des services vers les besoins des clients en termes de qualité, de délai et de coût.

L’office aspire clairement à être un établissement moderne et de référence sur le plan régional, reconnu aux niveaux national et international. A ce titre, il envisage de développer les ressources humaines et renforcer davantage leur contribution dans toutes les étapes de mise en œuvre de la stratégie 2016-2020. A cet effet, l’accent sera mis sur la formation continue au sein de l’Académie marocaine de la propriété intellectuelle et commerciale (AMAPIC).

Plusieurs actions sont prévues dans ce sens dont principalement le renforcement du cursus de certification d’Animateur en propriété industrielle et de la formation en ligne. Durant les quatre prochaines années, l’OMPIC veut aussi développer ses nouveaux e-services. A cet effet, il procédera à la refonte technique et fonctionnelle de la plateforme des services en ligne Directinfo. Une application mobile Directinfo sera également réalisée. Ce service permettra le suivi des formalités des demandes de certificats négatifs et la consultation des informations légales sur les entreprises. Le baromètre de la propriété industrielle et commerciale, outil décisionnel permettant la consultation de données statistiques sur les créations et les radiations des entreprises ainsi que les indicateurs sur l’activité relative à la protection de la propriété industrielle, sera également renforcé. Il en est de même pour le service de e-réclamation permettant de recevoir et gérer les réclamations des usagers des services certificat négatif et marque ainsi que les services en ligne et identifiant commun de l’entreprise (ICE) qui sera aussi développé.

Auteur : Imane Trari – Source : lavieeco.com

Une marocaine invente le réfrigérateur sans fil pour le désert


Une marocaine de 23 ans invente un réfrigérateur sans fil permettant de refroidir des aliments et médicaments dans le désert. Raowia Lamhar est diplômée de la faculté de sciences et techniques de Mohammedia. Avec ses 2 associés, elle parcourt le pays pour faire connaître son invention.

raowia_lamhar_2017

Ce réfrigérateur est créé à base de sable disposé entre deux contenants. Le sable doit être mouillé une à deux fois par jour en fonction de l’humidité. « En s’évaporant, l’eau fait baisser la température jusqu’à 6 °C », explique l’inventeur. Avec ce réfrigérateur, on peut conserver de nombreux aliments, jusqu’à 8 kg de fruits et légumes pendant une dizaine de jours, entre autres.

A l’origine de cette invention, une histoire peu commune. Raowia Lamhar a rencontré un jeune diabétique qui a trouvé une solution plutôt ingénieuse pour conserver son insuline. Il enterrait son flacon dans le sable, qu’il recouvrait d’un textile mouillé.

Depuis mars 2015, deux versions du réfrigérateur ont été créées. Une économique destinée aux clients des zones rurales et non-raccordées à l’électricité ; et l’autre, dédiée à une clientèle urbaine (500 dirhams, environ 45 euros) qui achète surtout via la page Facebook de la jeune marocaine.

Auteur : Chica Ehoueu – Source : africadaily.news

Majid El Bouazzaoui, nouveau président du département « Africain Inventors Network » de la IFIA


majid_el_bouazzaoui_2017

Le président de l’Union des Inventeurs au Maroc a été nommé par la Fédération Internationale des Associations d’Inventeurs (IFIA) à la tête de son département Afrique « African Inventors Network ».

Le choix du Maroc pour gérer ce département pour la première fois depuis la création de l’IFIA en 1968, intervient suite au retour du Maroc au sein de l’Union Africaine et après le discours historique prononcé par SM le Roi Mohammed VI devant le 28ème sommet de l’Union Africaine (UA) à Addis-Abeba.

Majid El Bouazzaoui est un inventeur marocain qui a déposé 14 demandes de brevets d’invention depuis 1997. Il a décroché 31 distinctions internationales dans 15 pays, dont son élection, membre du comité exécutif de l’IFIA en novembre 2016 lors de l’assemblée générale qui a eu lieu en Allemagne et l’obtention de l’ordre « Fierté de la Nation » du Prix international des inventeurs en décembre 2016 à Taiwan. Il vient d’être distingué récemment en Thaïlande. Son invention « MultiviewScreen » a remporté une médaille d’Or  lors de la « Journée nationale de l’inventeur » organisée du 2 au 6 février à l’ « International Intellectual Property, Invention Innovation and Technology Exposition » (IPITEx 2017).

Pour rappel, Africain Inventors Network s’assigne pour objectif de promouvoir et favoriser la création d’associations d’inventeurs dans les pays africains, de mieux faire connaître la propriété intellectuelle parmi les inventeurs et d’accroître les possibilités d’industrialisation. L’IFIA dont le siège se trouve en Suisse, est une organisation a but non lucratif pour la promotion et la diffusion de la culture de l’invention et l’innovation.

Auteur : Karim Handaoui – Source : www.challenge.ma

Maroc / Lhoucine Awzan, un inventeur sexagénaire autodidacte


horloge_2016

C’est à Aït Melloul, dans la région d’Agadir, que vit Lhoucine Awzan, l’inventeur autodidacte. Ce mécanicien de métier a à son actif pas moins de 11 inventions, dont le dénominateur commun est leur utilité sociale et éducationnelle.

Son invention la plus marquante est une horloge astronomique immense, comprenant des informations astronomiques des 5 continents, sur la rotation de la lune et de la Terre, et bien d’autres éléments aussi complexes les uns que les autres. Son utilité s’adresse aux étudiants, aux experts et aux intéressés par ce domaine.

Lhoucine Awzan précise qu’il n’a jamais étudié l’astronomie, c’est une passion qu’il développe depuis les années 80, et qui a abouti à cette horloge que les habitants et visiteurs pourront bientôt admirer sur la place devant l’aéroport international d’Agadir.

Autre invention marquante à son actif, les toilettes pour handicapés physiques, notamment ceux qui n’ont pas de bras. Ce système leur permet de se laver à l’eau et au savon et devenir indépendants pour faire leur toilette.

La créativité et l’ingéniosité de cet autodidacte au grand cœur ne s’arrête pas à ces deux inventions. On trouve également un lit « intelligent » pour paraplégiques, ou malades qui ne peuvent bouger… Et bien d’autres innovations à caractère social qui peuvent changer la vie de nombreux malchanceux..

Auteur : Fédoua Ennajy

Source : www.lesiteinfo.com

Maroc / Invention et recherche dans le domaine agricole : Et de 10 pour le Grand Prix Hassan II


Le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a annoncé, lundi, le lancement de la dixième édition du Grand Prix Hassan II pour l’invention et la recherche dans le domaine agricole, au titre de l’année 2017.

Un communiqué du ministère indique que tous les Marocains sont éligibles qu’ils soient résidents au Maroc ou à l’étranger ainsi que les chercheurs et étudiants étrangers installés au Maroc.

Les candidats intéressés peuvent retirer le formulaire de candidature auprès de la Direction de l’enseignement, de la formation et de la recherche (DEFR), le télécharger sur le site www.agriculture.gov.ma ou contacter la DEFR par courrier électronique : defr.desrd@gmail.com, précise le communiqué. Les dossiers de candidatures doivent parvenir en trois (3) exemplaires à la DEFR, au plus tard le 31 décembre 2016 à 16h00, relève la même source.

Auteur : ALM

Source : aujourdhui.ma

Le Maroc élu membre du CE de l’IFIA


Le Maroc vient d’être élu membre du comité exécutif de la Fédération internationale des associations d’inventeurs (IFIA) basée en Suisse, lors de l’assemblée générale de cette organisation, qui s’est déroulée à Nuremberg en Allemagne.

Représenté par l’inventeur marocain Majid El Bouazzaoui, le Maroc a été élu par la grande majorité des voix (78 voix sur un total de 84 votants) et pour une durée de 2 années.

A noter que le Royaume a atteint cette position pour la 1ère fois dans l’histoire depuis la création de l’IFIA en 1968 et dispose désormais d’un siège dans son comité exécutif, à côté de 20 autres pays les plus actifs dans le domaine de l’invention et de l’innovation, notamment la Russie, la Suisse, l’Allemagne, les États-Unis, la Turquie, la Suède, le Brésil, la Chine, l’Inde ou encore la Corée du sud.

Cette position permettra aux inventeurs marocains de bénéficier des meilleures opportunités au monde pour le soutien et la promotion de leurs inventions et innovations.

Source : www.infomediaire.net

Un ingénieur marocain invente une urne automatique


TECHNOLOGIE – Et si dans un futur proche, en vous rendant au bureau de vote, vous tombiez non pas sur les traditionnelles urnes et bulletins de vote, mais sur un guichet automatique ?

C’est en tout cas le projet d’Anis Karama, ingénieur diplômé de l’Université Hassan 1er et de la faculté des sciences et techniques de Settat, inventeur à ses heures perdues. Ce dernier a développé un prototype de guichet électronique censé faciliter le processus de vote.

Un « guichet de vote »

« C’est le même principe que celui d’un guichet automatique, comme ceux des banques ou ceux utilisés pour l’achat des tickets de Tramway », explique Anis Karama au HuffPost Maroc.

Mais au lieu d’une carte bancaire, vous insérez votre carte d’identité nationale, et à la place d’un code, vous mettrez votre emprunte digitale. Ainsi, le guichet pourra authentifier que le propriétaire de la CIN est bien la même personne que celle qui s’apprête à voter. Enfin il ne reste plus qu’à voter en appuyant sur la touche représentant le logo du parti de votre choix (lampe, tracteur, balance, cheval, gazelle, abeille, chameau, théière, etc.).

Si la phase de conception du projet est actuellement en stand by, le jeune inventeur assure qu’une reprise du projet serait relativement rapide.

Des résultats en temps réel

Pour les autorités et les partis politiques, cette invention a aussi l’avantage majeur de donner les résultats des élections en temps réels, sans attendre jusqu’au milieu de la nuit ou le lendemain pour connaître l’échéance d’une élection.

Mais ne vous attendez pas à voir ces guichets dans les bureaux de vote le 7 octobre prochain, quand vous irez voter aux élections législatives — si vous avez prévu de le faire.

En effet, les autorités ne se sont pas encore manifestées pour discuter avec l’ingénieur sur ce projet. « Même s’ils se manifestent dans les prochains jours, ce serait déjà trop tard. Enregistrer les bases de données liées aux élections prendra trop de temps », avoue Anis Karama. « Mais pour une future élection, pourquoi pas ? »

Auteur : Salma Khouja

Source : www.huffpostmaghreb.com