Valérie Damidot. De retour sur TF1 avec « Les Français ont du génie »


Valérie Damidot débarque en quotidienne sur TF1 à partir du 20 mars prochain avec « Les Français ont du génie », a annoncé la chaîne ce mardi. Accompagnée par le jeune businessman de 26 ans, Paul Morlet, elle sera en quête du meilleur inventeur de France.

valerie_damidot_tv_tf1_inventeurs

Valérie Damidot sera à la tête d’un nouveau programme de TF1 qui permettra de dénicher le meilleur inventeur.

Valérie Damidot sera de retour en quotidienne sur le petit écran à partir du 20 mars prochain à 17 h sur TF1 avec l’émission Les Français ont du génie. Dans ce nouveau programme, elle sera accompagnée par le jeune entrepreneur de 26 ans, Paul Morlet, a confirmé la chaîne ce mardi.

Paul Morlet est également le fondateur de « Lunettes pour tous », une marque qui permet d’acheter une paire à 10 € en une dizaine de minutes. De son côté, après avoir participé à Danse avec les stars l’an dernier, Valérie Damidot sera en quête du meilleur inventeur de l’Hexagone.

3 000 euros à gagner

Chaque jour, trois candidats présenteront leur invention, qui sera jugée sur son originalité et son utilité. Un panel de consommateurs, qu’il faudra donc convaincre, devra ensuite attribuer une note finale de satisfaction client. Les quatre meilleurs inventeurs de la semaine s’affronteront le vendredi en finale.

Les candidats feront cette fois-ci face à un jury de renom composé de Léon-Claude Duhamel, l’inventeur du K-Way, Sandra Le Grand, entrepreneure et conférencière à succès, et Sébastien Forest, fondateur d’Allo Resto. Le meilleur inventeur de la semaine remportera un chèque de 3 000 euros.

Source : www.ouest-france.fr

Vente-privee.com investit 80 millions d’euros dans l’innovation et la R&D


Le spécialiste des ventes événementielles sur Internet vient d’annoncer un plan d’investissements de 80 millions d’euros au profit de l’innovation et de la R&D, s’accompagnant d’une campagne de recrutement de 250 développeurs en 2017.

jacques-antoine_granjon_2017

Jacques-Antoine Granjon, p-dg et fondateur de Vente-privee.com

Après une année 2016 marquée par une stratégie très active de croissance externe, Vente-privée place le début d’année 2017 sous le sceau de l’innovation. L’un des fleurons du e-commerce français, vient d’annoncer une série de mesures en ce sens, avec notamment un plan d’investissements de 80 millions d’euros dans le développement de l’open innovation et de sa Recherche & Développement. « A l’heure du digital où la compétition ne se fait plus entre les petits et les gros acteurs mais entre les lents et les rapides, nous plaçons l’innovation au cœur de notre stratégie de croissance », indique Jacques-Antoine Granjon, p-dg et fondateur de Vente-privee.com.

Ainsi, l’e-marchand met en place un accélérateur portant sur la mode, la technologie et le retail, en partenariat avec Station F, le campus de startup porté par le patron de Free, Xavier Niel, dont l’ouverture est prévue pour le mois d’avril 2017. Concrètement, Vente-privée.com prévoit d’investir dans 80 postes de travail au sein du campus, de dédier une équipe sur place à temps complet pour accompagner les startup à travers des ateliers d’experts sectoriels, mais aussi des séances de pitch training, et des sessions d’entraide sur des besoins de créativité ou de compétences. Par ailleurs, les entrepreneurs auraient ainsi tout le loisir de présenter leur business en comité d’investissement Vente-privée.

Soutenir l’innovation dans la mode et le retail

L’ambition de l’accélérateur de Vente-privée est d’accompagner les startup qui travaillent sur des solutions et des services portant sur l’amélioration de l’expérience en ligne des acheteurs dans le secteur de la mode et du retail, ou encore sur des innovations techniques ou des services visant à la digitalisation et à la transformation de l’expérience shopping en magasin dans l’univers de la mode. Vente-privée veut se positionner comme un partenaire de ces jeunes pousses en faisant de son portail Web un laboratoire, leur permettant ainsi de bénéficier d’un réseau de plus de 6 000 marques partenaires et de l’implantation internationale du groupe.

Partenariats avec deux écoles

Le groupe a par ailleurs jeter son dévolu sur Epitech et l’École 42 – qui compte là encore parmi ses fondateurs Xavier Niel -, pour nouer deux partenariats et mettre en place deux laboratoires dédiés à l’innovation. Une quarantaine d’étudiants ont été sélectionnés par l’entreprise pour travailler sur des projets R&D au sein de deux espaces de travail uniques. La mission des étudiants est claire ! doper l’innovation chez Vente-privée en créant des « POC », Proof of Concept.

Parmi les quarante étudiants choisis, une vingtaine provenant de l’École 42 a intégré les équipes digitales du site marchand, le 2 janvier dernier, tandis qu’une autre vingtaine d’étudiants d’Epitech bénéficiera en début d’année d’un espace de 300 m² – le Lab’innovation Epitech – au sein des locaux d’Epitech. L’opportunité pour des jeunes de se frotter à l’univers professionnel d’un grand e-commerçant français, et une bonne manière pour Vente-privee de détecter et de garder sous la main les talents de demain.

Un plan de recrutement de 250 personnes

L’e-commerçant prévoit en outre de recruter plus de 250 salariés supplémentaires, principalement de développeurs. L’objectif étant en effet d’accompagner sa croissance cette année, étroitement liée à sa capacité d’innover sur la dimension technologique. Nous l’évoquions il y a quelques semaines, le p-dg de l’entreprise prévoit en effet un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année, selon une information alors publiée par l’agence Reuters. L’activité de Vente-privée ferait ainsi un bond de 50% par rapport à 2015 où le site avait généré 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Auteur : François Deschamps – Source : www.lsa-conso.fr

Financement, aides, réglementation… L’Europe doit aider les start-up à grandir


Trop souvent, les start-up européennes ne survivent pas à la phase critique des deux-trois ans. C’est à l’Europe de les aider à grandir par des programmes encourageant l’innovation sous tous ses aspects. Mais pour les deux commissaires européens il est impératif de maintenir l’existence d’une concurrence loyale.

Le point de vue de… Carlos Moedas, commissaire européen à la Recherche, à la Science et à l’Innovation, et Margrethe Vestager, commissaire européen à la Concurrence.

L’avenir du bien-être économique et social européen dépend de l’innovation. C’est pourquoi la Commission européenne considère le soutien à l’innovation comme l’une de ses missions les plus importantes. Les innovateurs européens débordent d’idées. S’il y a parmi eux de grandes entreprises dotées de ressources immenses, il n’est cependant pas nécessaire d’être grand pour créer de nouveaux produits intéressants. L’enjeu pour les start-up et les petites entreprises consiste à transposer leurs idées dans la réalité. Trop souvent, les start-up européennes ne survivent pas à la phase critique des deux-trois ans. Elles se tournent aussi parfois vers un avenir plus facile sur les marchés de pays tiers alors qu’elles disposent d’un marché de 500 millions de consommateurs potentiels au sein de l’UE.

Nous venons de lancer une initiative en faveur des start-up. Les mesures envisagées visent notamment à les aider à éviter les écueils réglementaires à l’expansion en Europe (ou perçus comme tels), à modifier la législation sur l’insolvabilité pour que les entrepreneurs bénéficient plus facilement d’une seconde chance, à simplifier les procédures en matière de TVA et à améliorer l’accès au financement octroyé par l’UE ou le secteur privé, notamment au capital-risque. Afin d’offrir davantage de possibilités aux start-up et aux entreprises en expansion, la Commission les mettra également en contact avec des acteurs ad hoc dans toute l’UE et encouragera les petites entreprises à protéger leur propriété intellectuelle et à participer aux marchés publics.

Fonds et assistance pour émerger et grandir

Le programme Horizon 2020 de la Commission, le programme de recherche et développement le plus important jamais adopté, consacre déjà 3 milliards d’euros à un instrument visant spécifiquement à fournir aux PME les fonds et l’assistance dont elles ont besoin pour concevoir des innovations commercialisables.

Nous mettons aussi actuellement en place un fonds de capital-risque paneuropéen qui mobilisera au moins 1,6 milliard d’euros d’investissement en capital-risque. Il aidera les entreprises à passer de la phase de démarrage au stade intermédiaire, et du stade intermédiaire au statut d’acteur mondial. Simultanément, nos règles en matière d’aides d’État permettent aux gouvernements de soutenir facilement l’investissement dans les entreprises nouvelles et innovantes. Il s’agit de mesures telles que les réductions fiscales – que la France accorde aux particuliers et aux sociétés investissant dans des PME innovantes -, et que la Commission a autorisées l’année dernière sur le fondement des règles en matière d’aides d’État.

Pourtant les difficultés ne s’arrêtent pas là. Les entreprises déjà établies craignent en effet souvent que leur position de force ne soit menacée par l’innovation. Si elles usent de leurs pouvoirs pour empêcher les innovateurs d’accéder au marché, nous serons tous perdants. L’existence d’une concurrence loyale est donc cruciale pour faire prospérer l’innovation. Voilà pourquoi la Commission est très soucieuse de préserver l’innovation lorsqu’elle applique les règles de concurrence. Les innovateurs devraient pouvoir tirer bénéfice de leur travail afin d’être incités à investir et d’inspirer leurs successeurs. Toutefois, ce bénéfice ne peut en aucun cas inclure le droit d’empêcher les autres de leur faire concurrence.

Prenons l’exemple des brevets dits « essentiels à une norme ». Il n’est que justice que l’entreprise à l’origine d’une technologie qui, par la suite, vient à être intégrée dans une norme – telle que le GSM ou la 3G – profite de ce succès. Mais elle doit aussi s’engager à rendre cette technologie accessible aux autres à des conditions équitables. Voilà pourquoi, au sein de la Commission, nous faisons tout notre possible pour donner à chaque innovateur une chance équitable de réussir.

Auteurs : Carlos Moedas et Margrethe Vestager

Source : business.lesechos.fr

Maroc / Invention et recherche dans le domaine agricole : Et de 10 pour le Grand Prix Hassan II


Le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a annoncé, lundi, le lancement de la dixième édition du Grand Prix Hassan II pour l’invention et la recherche dans le domaine agricole, au titre de l’année 2017.

Un communiqué du ministère indique que tous les Marocains sont éligibles qu’ils soient résidents au Maroc ou à l’étranger ainsi que les chercheurs et étudiants étrangers installés au Maroc.

Les candidats intéressés peuvent retirer le formulaire de candidature auprès de la Direction de l’enseignement, de la formation et de la recherche (DEFR), le télécharger sur le site www.agriculture.gov.ma ou contacter la DEFR par courrier électronique : defr.desrd@gmail.com, précise le communiqué. Les dossiers de candidatures doivent parvenir en trois (3) exemplaires à la DEFR, au plus tard le 31 décembre 2016 à 16h00, relève la même source.

Auteur : ALM

Source : aujourdhui.ma

Haïti / De l’eau polluée rendue potable grâce à une invention nantaise


safe_water_cube_2016

Lors de Climat chance, en septembre, à Nantes, l’ingénieur faisait boire de l’eau puisée dans l’Erdre et potabilisée par sa « fontaine » Safe water cube.

La Ville de Nantes commande quinze Safe water cube, une invention nantaise, pour une action d’urgence à Jérémie, ville détruite par l’ouragan. Ce système manuel de filtration pompe l’eau polluée et la purifie, en bloquant la terre et les bactéries comme le choléra.

De l’eau potable pour 10 000 habitants

Nantes va financer l’envoi de quinze Safe water cubes pour la ville de Jérémie, à Haïti, qui a été ravagée par l’ouragan Matthew. Cette invention d’un ingénieur nantais permet de rendre potable une eau polluée.

« Les quinze cubes partent le 25 octobre. Nous allons, nous, sur place le 5 novembre, pendant dix jours, pour les mettre en service. Notre système va potabiliser de l’eau pour 10 000 habitants, explique Jean-Paul Augereau, membre fondateur de Safe water cube. L’installation est simple, robuste et durable. Le fonctionnement est manuel, pas besoin d’électricité. C’est vraiment adapté à leur situation. »

Un filtre qui bloque le choléra

Le Safe water cible pompe de l’eau polluée en surface, depuis un puits ou une rivière. « Cette eau est poussée en pression à travers une succession de cinq étapes de filtration qui la purifient. Après l’ouragan, l’eau là-bas est très polluée en bactéries, en virus, elle est boueuse. Notre cube bloque cette terre et surtout empêche le passage du choléra grâce au dernier filtre en céramique, qui offre un filtrage extrêmement fin de l’ordre de 0,02 micron. À l’œil nu, les trous dans la céramique sont invisibles », détaille le concepteur.

Le prix de base d’un cube livré sur place est de 5 500 € pièce. « Pour cette opération avec la Ville, nous avons réussi à diminuer certains frais, donc l’investissement de chaque machine sera moins cher pour la collectivité », indique Jean-Paul Augereau.

Source : www.ouest-france.fr

Afrique / Appel à candidatures de l’AIF pour le PIA 2017


Les meilleurs innovateurs africains remportent un montant total de 150 000 dollars US, ainsi que des opportunités entrepreneuriales pour les nominés et d’autres candidats sélectionné.

  • Cet appel à candidatures marque le début de la sixième édition du PIA. Les candidatures seront reçues  du 27 Septembre 2016 au 03 Janvier 2017.
  • Les meilleurs innovateurs africains remportent un montant total de 150 000 dollars US, ainsi que des opportunités entrepreneuriales pour les nominés et d’autres candidats sélectionnés.
  • Une initiative panafricaine, par les Africains pour les Africains, aux quatre coins du continent !

l’African Innovation Foundation (AIF) (AfricanInnovation.org) organisatrice du Prix de l’Innovation pour l’Afrique (PIA) (InnovationPrizeforAfrica.org) est heureuse d’annoncer le lancement de l’appel à candidatures qui marque l’ouverture de la sixième édition du PIA. Une fois encore, cette prestigieuse compétition offre aux meilleurs innovateurs africains un prix total de 150 000 dollars US ainsi que de nombreuses opportunités entrepreneuriales. Les entreprises et individus qui ont investi dans des solutions de marché qui conduisent à un développement guidé par l’Afrique, sont tout particulièrement invitées à prendre part à la compétition.

african-innovation-investing-ins-properity-ipa2017African Innovation Price – Investing in prosperity

L’appel à candidatures  durera trois mois à compter du mardi 27 Septembre 2016 avec pour date limite le mardi 03 Janvier 2017 à 23h59 GMT. Le PIA recherche des candidatures qui révolutionnent l’innovation économique et sociale dans les domaines des industries manufacturières et des services ; de la santé et du bien-être ; de l’agriculture et des agro-industries ; de l’environnement, de l’eau et de l’énergie ainsi que des TICs. Les innovations en dehors de ces secteurs sont également les bienvenues.

Comme l’a affirmé Pauline Mujawamariya Koelbl, directrice du PIA : “Nous sommes très heureux de lancer officiellement l’édition 2017 du PIA pour les innovateurs africains. Nous croyons fermement qu’investir dans les innovations locales d’aujourd’hui propulsera la prospérité de demain en Afrique ».

Investir dans la prospérité africaine

Le thème du PIA 2017 est Innovation africaine : Investir dans la prospérité. En accord avec le 9ème objectif de développement durable (ODD) de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui appelle à bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation, l’AIF estime que les flux de financement, d’investissement et de ressources sont indispensables pour obtenir une chaîne de valeur pour l’innovation en Afrique et contribuer à un développement durable.

Nous croyons fermement qu’investir dans les innovations locales d’aujourd’hui propulsera la prospérité de demain en Afrique

Walter Fust, Président du conseil de l’AIF, déclare que “le PIA a démontré que le talent africain pour l’innovation est abondant, mais obtenir des fonds et des ressources reste difficile. Pour le PIA 2017, nous allons au-delà des innovateurs et lançons un appel aux investisseurs et autres acteurs clés de l’innovation afin de relever ce défi. Pour atteindre cet objectif et augmenter le soutien aux innovateurs, aux créateurs, aux organismes de formation, aux espaces d’innovation et autres réseaux d’innovation, le PIA offrira des opportunités de sponsoring aux investisseurs et autres acteurs clés de l’innovation qui démontrent leur engagement pour un écosystème de l’innovation africaine plus robuste ».

Pourquoi participer au PIA 2017 ?

Le PIA est une plateforme majeure dans le paysage de l’innovation en Afrique grâce à son réseau de plus de 6000 innovateurs africains issus de 50 pays. Son objectif principal est de renforcer les écosystèmes d’innovation grâce à ses plateformes et mobiliser un réseau d’acteurs clés, favorisant ainsi la collaboration et la croissance des entreprises.

Actuellement dans sa sixième année, le PIA est ouvert à tous les Africains résidant en Afrique ou de la diaspora. Au-delà du prix total de 150 000 dollars US, le PIA est plus qu’une simple compétition. De nombreuses opportunités entrepreneuriales s’offrent aux 10 nominés: financement, formation en communication, participation au réseau d’innovateurs et d’acteurs clés de l’innovation du PIA, couverture médiatique locale et internationale par des médias de renom, opportunités professionnelles et de collaboration avec des acteurs divers et des investisseurs pour faire de leurs innovations des succès commerciaux.

Les gagnants de l’édition précédente ont été sélectionnés parmi près de 1 000 candidatures, reçues de 46 pays, reflétant ainsi le caractère panafricain de la compétition. Les éditions précédentes du PIA ont eu lieu au Botswana (2016), au Maroc (2015), au Nigéria (2014), en Afrique du Sud (2013) et en Ethiopie (2012). Le PIA a été approuvé lors de son édition inaugurale à Addis Abeba en 2012, au cours de laquelle les ministres africains de l’Union Africaine (UA) et de la Commission Économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA) ont adopté une résolution appelant les pays membres à soutenir l’AIF dans son objectif de promotion de sociétés basées sur l’innovation sur tout le continent.

Les gagnants du PIA 2017 seront annoncés au cours d’une cérémonie de remise des prix en Juillet 2017 (la date et le lieu seront annoncés ultérieurement). Cette cérémonie rassemble des talents de l’innovation de secteurs pluridisciplinaires, ainsi que des professionnels de la presse, des investisseurs, des représentants d’espaces d’innovation et de parcs technologiques, des organisations gouvernementales et des innovateurs.

Pour plus d’informations, connectez-vous sur notre tout nouveau site internet www.innovationprizeforafrica.org et envoyez votre candidature au PIA 2017 maintenant  ipa.africaninnovation.org.

Auteur : Magathe Ngokana

Source : www.info-afrique.com

Concours FAB LIFE 2016 : derniers jours !


Plus que quelques jours pour participer à Fab Life 2016.

Le concours des « Papas Bricoleurs » s’appelle désormais « Fab Life », car il est désormais ouvert à tous.

Il y a quelques autres changements. En particulier, il y a maintenant au sein du jury certains lauréats phares de l’édition 2015 ainsi que des ergothérapeutes, ce qui rendra le concours plus interactif et concret.

Mais surtout, au niveau des participants, ce concours qui était initialement tourné vers les parents d’enfants handicapés s’adresse désormais plus largement à tous ceux qui inventent des solutions pour favoriser l’autonomie et l’épanouissement des personnes handicapées ou à besoins particuliers, que ce soit en tant que parent, proche ou même simple voisin. Chacun peut donc avoir une bonne raison de participer.

L’état d’esprit de ce concours est, dans la lignée du concept indien « d’innovation frugale », de trouver des solutions innovantes pour répondre à un besoin donné de la manière la plus simple et efficace, avec un minimum de moyens. Pour que les idées des uns soient (aussi) réalisables par les autres.

Cette 19e édition est donc ouverte cette année aux amateurs de DIY, aux Makers, aux Fab Labs, aux ingénieurs et aux experts de l’impression 3D ou du prototypage.

Chaque candidat peut déposer son dossier – incluant des photos et un croquis – jusqu’au 31 août 2016 sur le site www.concoursfablife.org. Le cas échéant, une assistance est disponible au 04 72 84 26 86. Le jury élira les 20 meilleurs dossiers qui seront ensuite soumis au vote du public en ligne à partir du 1er octobre 2016. Ce vote du public prendra fin le 15 novembre 2016 et la remise des prix aura lieu début décembre 2016.

Fab Life sera aussi l’occasion pour les participants de se rencontrer pour échanger expériences, pratiques, idées et savoirs lors d’ateliers et de journées dédiées comme ça a été le cas par exemple lors des 9e Abylimpics fin mars à Bordeaux.

Bonne chance à tous !

Auteur : JMD