Canon : 2 imprimantes 3D rapides et précises à vocation professionnelle


Canon France a participé au salon 3D PRINT à Lyon pour présenter deux solutions d’impression 3D professionnelles : l’imprimante ProJet 2500 Plus et la ProJet 660Pro.

Conçue pour la création de pièces fonctionnelles de précision en plastique et en élastomère, la ProJet 2500 Plus allie précision, vitesse et simplicité. Elle permet de passer facilement d’un fichier 3D à une pièce finie qui conserve son intégrité sur la durée. Plutôt compacte, elle s’intègre facilement dans tout espace de travail et sur un réseau existant. Elle est livrée avec le logiciel 3DSPRINT qui vérifie l’imprimabilité, estime le temps d’impression et la consommation de matériau, positionne automatiquement les pièces et pilote la file d’impression. Notez qu’elle fonctionne sans PC et qu’elle ne nécessite pas de point d’eau.

Quant à l’imprimante 3D ProJet 660Pro, elle est dédiée à la création de pièces personnalisées, de maquettes ou de prototypes en couleur. Elle garantit une impression rapide et à très faible coût. Elle se montre, en effet, jusqu’à 10 x plus rapide que les autres technologies 3D (impression verticale : 28 mm/h), le tout, en silence et sans odeur. Elle utilise un matériau haute performance (VisiJet) qui sert à la fois pour l’impression et le support. Les pièces imprimées sont ainsi capables de résister aux hautes températures et répondent à un grand nombre d’applications. Cerise sur le gâteau : elle intègre un dispositif de recyclage qui évite tout gaspillage.

Les prix n’ont pas été communiqués.

Source : www.infodsi.com

Avec l’inventeur du Segway, Toyota va créer le fauteuil handicapé du futur


toyota_segway_2016

Le fauteuil roulant « Independance 3000 Ibot » présenté en 2000.

Le numéro un mondial de l’automobile vient de signer un accord avec l’inventeur du Segway pour développer des fauteuils à destination des personnes âgées ou handicapées.

Numéro un mondial de l’automobile, Toyota travaille aussi, depuis longtemps, aux autres formes de mobilité, notamment à destination des personnes âgées ou handicapées.Le groupe japonais vient de signer un accord avec Dean Kamen, l’inventeur du Segway, marque réputée pour son étrange appareil électrique à deux roues latérales, où, debout, son conducteur s’oriente grâce aux mouvements de son corps. Cette fois, selon Bloomberg, les fauteuils pour handicapés, capables de monter des marches ou de placer les patients en position verticale, seront au cœur des recherches. Cette technologie particulière d’équilibre intégrée dans les fauteuils intéresse Toyota, premier constructeur d’un pays confronté au vieillissement de sa population : en 2050, plus de 40% des Japonais auront plus de 65 ans.

Le groupe va investir 1 milliard de dollars sur cinq ans pour développer des projets mêlant intelligence artificielle et robotique. En 2001, Segway avait déjà réalisé un fauteuil de ce type, le iBots, vendu 25.000 dollars, avant de l’arrêter en 2009. Le savoir-faire de l’un et les moyens industriels de l’autre vont être réunis pour lancer une nouvelle génération de ce fauteuil iBots à un prix vraisemblablement plus abordable. Les ambitions sont sérieuses. Le Toyota Research Institute, piloté par Gill Pratt, ancien ingénieur de haut niveau de l’armée américaine, recrute des pointures. James Kuffner, patron de la robotique de Google, vient d’arriver en renfort.

Auteur : Charles Gautier

Source : www.lefigaro.fr

Les inventions japonaises un peu bizarres qui nous font quand même envie


Dommage (ou tant mieux ?) que certaines n’existent pas du tout.

Les Japonais sont réputés pour leur… créativité et inventent sans cesse des objets improbables auxquels nous n’aurions jamais pensés. Parmi les grands créatifs japonais, on retrouve Kenji Kawakami, ingénieur et designer qui créé des objets « utiles mais inutilisables ». Il a baptisé son art d’inventer de nouveaux gadgets « chindōgu » et a tellement d’inventions à son actif que certaines d’entre elles ont même été exposées lors de l’expo Le Bord des Mondes, au Palais de Tokyo, de février à mai 2015.

Mais rassurez-vous, parmi cette liste d’objets que l’on a honte de vouloir, il y en a aussi qui existent vraiment et qui peuvent être achetés (comme cette barboteuse-serpillère que tout parent qui se respecte se doit d’avoir, si vous voulez notre avis).

le_dozing-desk_2016

Le « Dozing Desk »

Le « Dozing Desk » est une sorte de petite table pliante qui permet d’accrocher son ordinateur et de le positionner de manière telle que l’on puisse s’en servir tout en étant allongé. On est vraiment au niveau zéro de l’effort et on avoue qu’elle nous fait très envie pour les jours de grosse, grosse flemme.

Dozing Desk, 80 euros, en vente sur Thanko.

le_stick_a_beurre_2016

Le stick à beurre

Pourquoi s’embêter à étaler son beurre au couteau lorsqu’on peut le tartiner directement sur son pain avec un gros stick qui ressemble à de la colle ? Encore une fois, il s’agit d’une invention spéciale flemmards pour ne pas faire la vaisselle et cela nous plaît. Elle est signée Kenji Kawakami, un inventeur japonais connu pour ses idées de gadgets farfelus.

Ce modèle n’est pas en vente mais on en a trouvé un similaire qui sera bientôt commercialisé ici et il est made in France.

les_pantoufles_balai_et_pelle_2016

Les pantoufles balai et pelle

Cette invention, sortie tout droit de la tête de Kenji Kawakamin’est malheureusement pas commercialisée mais nous avons trouvé une paire de chaussons dans le même esprit ici-même et à prix très bas.

le_masque_a_rouge_a_levres_2016

Le masque à rouge à lèvres

Voilà encore un objet né de l’imagination de Kenji Kawakami qui n’est, malheureusement, pas commercialisée. Et on a cherché, cherché, aucun objet existant ne s’en rapproche. Un créneau à exploiter ?

le_ventilateur_de_nouilles_2016

Le ventilateur de nouilles

Cette création de Kenji Kawakami est de loin l’une de nos préférées. Et pas besoin de s’arracher les cheveux car on ne peut pas l’acheter, un mini ventilateur à piles, des baguettes (ou une fourchette) et un petit fil de fer pour le faire tenir et le tour est joué, non ?

le_vase_de_la_colere_2016

Le vase de la colère

Déjà eu envie de crier très, très fort pour vous défouler lorsque vous êtes énervé ? Oui, nous aussi et ce vase atténueur de bruit nous permet de le faire sans avoir à devoir trouver un endroit désert. Comment ça marche ? On hurle dedans et après avoir « absorbé » le bruit, le vase ne laisse ressortir qu’un tout petit son de rien du tout de l’autre côté.

Vase anti-colère, 57 euros sur Japan Trend Shop.

la_barboteuse_serpillere_2016

La barboteuse serpillère

Cette idée, une fois encore signée Kenji Kawakami, était tellement bonne qu’elle a été inventée et commercialisée, pour de vrai. Parents premier degré, s’abstenir.

La barboteuse serpillère, 34 euros sur Comment se Ruiner.

le_poncho_pour_baignoire_2016

Le poncho pour baignoire

Un poncho pour baignoire, pour quoi faire ? Pour se faire un petit sauna dans sa salle de bains, sans avoir à aller dans un institut. Le poncho, une fois zippé, absorbe la vapeur de l’eau chaude du bain et apporte les mêmes bienfaits à la peau qu’une séance au hammam.

Le poncho sauna, 25 euros sur Japan Trend Shop.

Auteur : Judith Samama-Patte

Source : www.grazia.fr

Japon / L’homme qui a changé la face des nouilles


space_ram_2005

Premières nouilles instantanées destinées à être consommées dans l’espace. L’astronaute japonais Soichi Noguchi a emporté pour la première fois ce produit, baptisé “Space Ram”, en 2005.

Pacifiste engagé, il voulait rendre accessible la nourriture au plus grand nombre. L’inventeur japonais des nouilles instantanées, mort en 2007, a bouleversé l’industrie alimentaire mondiale.

Momofuku Ando, le fondateur de l’entreprise agroalimentaire Nissin Foods, qui a son siège à Osaka, aimait recevoir ses employés dans son bureau du 12e étage pour prendre de leurs nouvelles : “Qu’est-ce que vous faites actuellement ?” s’enquérait-il. Il convoquait aussi bien des seniors que des nouvelles recrues, dès que l’un d’entre eux l’intriguait. “En général les gens répondaient : ‘Je travaille à la comptabilité’ ou ‘Je prépare tel ou tel produit à l’usine’. Mais ce qu’il cherchait à savoir par cette question, ce n’était pas à quelle tâche ces employés étaient affectés”, explique Yukitaka Tsutsui, le directeur du Cup Noodles Museum, à Yokohama, qui, après avoir travaillé pendant des années comme secrétaire en chef de l’entreprise, avait toute la confiance de son patron. “Ce que M. Ando leur demandait, c’est s’ils avaient des idées de projets novateurs. C’était une question qui lui importait beaucoup, car il souhaitait que ses employés fassent preuve de créativité dans leur travail.

En 1958, Momofuku Ando a commercialisé les célèbres chicken ramen [nouilles au poulet], les premières nouilles instantanées. Puis, en 1971, il a inventé les Cup Noodles, des nouilles instantanées servies dans des gobelets. Ces ramen, auxquelles il suffit d’ajouter un peu d’eau

[…]
Auteur : Megumi Utagawa

Source : www.courrierinternational.com

Le Japon renforce la protection de la propriété intellectuelle dans le cadre du PTP


L’Agence pour les affaires culturelles du Japon envisage de modifier la législation du droit d’auteur, après que le pays et 11 autres ont convenu de renforcer la protection des droits de la propriété intellectuelle dans le cadre du Partenariat Trans-Pacifique (PTP) en octobre 2015.

Les révisions envisagées comprennent la possibilité pour les détenteurs de droits d’obtenir plus facilement des dommages et intérêts pour des infractions et la permission donnée aux autorités d’enquêter plus facilement sur les violations de la propriété intellectuelle. Des amendes pourront également être exigées des contrevenants, même si les titulaires de droits d’auteur n’ont pas déposé de plaintes — certains estimant que le marché d’exportation pour le contenu intellectuel japonais protégé, comme les jeux vidéo, s’élèvera à 13,8 Mrd$. La période de protection légale des droits d’auteur au Japon devrait être étendue à 70 ans après la mort de l’auteur, contre 50 ans actuellement. Bien accueillie par les groupes industriels, les compositeurs et les éditeurs, beaucoup craignent cependant que la protection accrue ait des effets négatifs sur des domaines tels que la libre utilisation des œuvres dans le domaine public.

Ce système peut affecter les fans qui aiment créer des parodies et autres productions secondaires en utilisant des personnages de manga. Mais le gouvernement affirme que les révisions juridiques n’auront pas de grand impact sur les loisirs. Ryutaro Nakagawa, un avocat spécialiste des questions de droit d’auteur, a déclaré : « Si le Japon adopte un système qui va loin dans la réclamation de dommages et intérêts, comme aux États-Unis, il est à craindre que cela donne naissance à un nouveau business avec le rachat de grandes quantités de matériaux sous copyright dans le but de déposer des poursuites judiciaires visant à obtenir réparation, l’un après l’autre. »

Source : fr.artmediaagency.com

Une batterie translucide rechargeable au soleil


Il existe déjà des panneaux photovoltaïques en grande partie transparents destinés à équiper des baies vitrées sans assombrir excessivement la pièce. Désormais, des chercheurs japonais proposent d’y ajouter la fonction de stockage de l’électricité produite.

C’est ainsi une batterie Lithium-ion toute nouvelle qu’ils proposent puisqu’elle est translucide et rechargeable au soleil.Le prototype a été développé par l’équipe du professeur Mitsuno Sato, président de l’université Kogakuin au Japon, et a été présenté lors du salon Innovation Japan 2015 les 27 et 28 août derniers.

Cette batterie utilise la technique Lithium-ion traditionnelle mais a été aplatie au maximum afin d’obtenir un design extra-plat et translucide de 80-90 nm permettant de générer de l’électricité. Si les composants chimiques utilisés sont les mêmes que pour une pile classique (lithium fer triphosphate côté cathode, et lithium titanate doublé d’un lithium hexafluorophosphate côté anode), la minceur de l’appareil et de légers changements dans la composition (gardés secret à l’heure actuelle) permettent à la lumière du soleil (ou à une forte lumière artificielle) de générer des électrons dans l’électrolyte afin de recharger la batterie.

batterie_solaire_2015

Ainsi, lorsque le batterie en phase de charge, elle se teinte automatiquement pour capter de l’énergie et fonctionner comme un panneau photovoltaïque, ne laissant passer que 30% de la lumière extérieure. En phase de décharge, la transmission des rayons lumineux augmente à plus de 60%, permettant ainsi à la pièce située derrière d’être bien éclairée.

Encore en phase d’expérimentation, cette batterie est capable de générer une tension de 3,6V et de supporter une vingtaine de cycles de charge. On est certes encore loin d’une utilisation industrielle, mais cette technologie pourrait avoir de nombreuses applications possibles si elle est perfectionnée. Une batterie transparente et rechargeable au soleil pourrait en effet être développée sur tous les appareils à écran (smartphone, tablette, etc.), pour doper leur autonomie, mais surtout sur l’ensemble des vitres et fenêtres d’immeubles, créant de nouvelles surfaces de production pour l’énergie solaire et augmentant l’efficacité énergétique de nos constructions.

Source : Lenergeek

Canada / WalkCar : pour le retour à l’école 2016


walkcar_2015

L’inventeur, l’étudiant en génie électrique Kouniako Saïto, âgé de 26 ans, a dit à l’agence Reuters que la WalkCar peut déplacer une charge de 120 kg (265 lb).

La WalkCar a l’air du croisement entre un skateboard et un MacBook. Ce mini-véhicule japonais est idéal pour les nouveaux cégépiens qui capotent en voyant le prix du stationnement : on peut la stationner dans son sac à dos.

La WalkCar a quatre petites roues, dont deux motrices (c’est une traction) et elle se conduit comme un Segway, en se penchant dans la direction où on veut aller. Elle stoppe net dès qu’on en descend. Vitesse maximale de la WalkCar : 10 km/h; autonomie: 12 km; temps de charge: 3 heures.

L’inventeur, l’étudiant en génie électrique Kouniako Saïto, âgé de 26 ans, a dit à l’agence Reuters que la WalkCar peut déplacer une charge de 120 kg (265 lb). Prix probable lors du financement sur Kickstarter le mois prochain: 100 000 yens (1050 $). Date de livraison : automne 2016, juste à temps pour la rentrée de l’année prochaine. Saïto a choisi un nom savoureux pour son entreprise : Cocoa (cacao) Motors.

Auteur : Denis Arcand

Source : auto.lapresse.ca