Prynt transforme votre smartphone en polaroïd


Clément Perrot et David Zhang ont imaginé une coque pour téléphone portable qui intègre une mini-imprimante. Imprimer les photographies directement depuis son portable, c’est le concept de Prynt. « C’est une sorte de coque, modulable selon les smartphones. On compte développer en parallèle une gamme d’adaptateurs pour la conserver même si on change de portable », précise David Zhang, le co-fondateur de Prynt.

L’idée vient aux deux fondateurs, David Zhang et Clément Perrot, lorsqu’ils découvrent le dessin d’un designer japonais. « C’était une coque imprimant un polaroïd. Avec Clément, on a trouvé ça génial. C’est un artiste qui s’amuse à dessiner des objets qui n’existent pas. On s’est dit que c’était faisable et on l’a réalisé ».

prynt_2014

Même si le principe dans les faits reste le même que celui du Polaroïd, la technologie change. Prynt s’appuie sur un procédé thermique et non optique. « Notre concept est donc plus adaptable avec la technologie thermique, où l’on fait chauffer le papier, moins volumineuse que l’optique ». Et il n’y aura pas d’encre à acheter comme avec notre vieille imprimante : elle est déjà présente dans le papier. Pour se procurer l’objet, qui sera vendu à l’international, il faudra débourser 99 dollars. Le papier sera quant à lui vendu 30 centimes à l’unité. Pour l’instant, il faudra patienter, car le produit est encore en développement.

Le projet a commencé en janvier 2014 dans le cadre d’un master entrepreneuriat au sein de l’école Polytechnique de Massy-Palaiseau. Les deux amis ont passé un semestre à Berkeley et un semestre en France. Un temps dédié au développement de leur idée : « Le deuxième semestre était consacré concrètement à la création d’entreprise, on nous a appris comment lever des fonds par exemple. Et on a rencontré des professionnels qui nous ont apporté leurs expériences personnelles ». Une fois sortis de l’école, les deux fondateurs de 24 ans créent leur start-up.

Ils sont alors poussés par l’accélérateur « Haxlr8r », une structure créée par des fonds américains spécialisée dans le Hardware. « On a été sélectionnés sur concours. En échange du programme dont on bénéficie, qui comprend 25 000 dollars et un bon accompagnement, ils sont investis dans le capital à hauteur de six pour cent ». Tout le programme se passe en Chine au sein de la « Silicon Valley du Hardware » à Shenzhen : « C’est très amusant de voir cet endroit. On peut se rendre par exemple à des marchés de l’électronique, comme on irait à un marché de fruits et légumes. On choisit ses composants sur les étagères » sourit David Zhang.

Prynt a donc pu créer ses premiers prototypes pour convaincre des investisseurs et des incubateurs. La start-up a opéré une première levée de fonds auprès de business angels pour financer un premier coût de développement important. Revenus de Chine très récemment, les fondateurs de Prynt sont installés depuis deux semaines au sein de l’incubateur Agoranov. « On s’est entouré d’un conseiller pour chaque domaine plutôt que des investisseurs parce que l’on veut éviter de faire des erreurs. On est des débutants dans l’expérience de l’entrepreneuriat, c’est notre première boite. Il faut éviter de faire des bêtises en terme de production, de logistique, etc. » détaille David Zhang. Une seconde levée de fonds est en cours auprès d’investisseurs privés : « Les aides publiques ne collent pas à notre planning et prennent énormément de temps ».

Le lancement des précommandes est prévu pour janvier 2015.

Source : L’Entreprise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s