Énergie solaire thermique de Monsieur Jean Rousselière


Il est surprenant, alors que tout indique un meilleur rendement de l’énergie solaire thermique par rapport au photovoltaïque, pour le résidentiel cette forme d’énergie reste utilisée, seulement pour produire de l’eau chaude sanitaire, et récemment du froid par des machine à sorption. Pourtant la dilatation thermique d’un gaz produit du travail, et la chaleur produite … Lire la suite de Énergie solaire thermique de Monsieur Jean Rousselière

Madagascar / L’Omapi encourage l’innovation


L’innovation a été mise à l’honneur durant la journée mondiale de la propriété intellectuelle. L’occasion aussi de promouvoir le système pour protéger la potentialité malgache. Les jeunes sont les principales cibles de l’Office malgache de la  propriété industrielle à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la propriété intellectuelle hier. Une porte ouverte … Lire la suite de Madagascar / L’Omapi encourage l’innovation

Omapi : La protection internationale des marques facilitée


Le système de Madrid facilite la protection des marques dans n'importe quel pays. Une seule demande est à déposer auprès de l'OMAPI. Un exercice qui mérite d'être  renouvelé. L'Office malgache des propriétés industrielles (Omapi) et  l'Orga­ni­sation mondiale des propriétés industrielles (OMPI) ont organisé un séminaire national consacré au système de Madrid, la semaine dernière. C'est la première initiative du genre, destinée aux décideurs, opérateurs et dépositaires de marques pour les permettre de faire connaissance avec ce dispositif qui facilite le dépôt international des marques. Désormais, il suffit de déposer une seule  de­mande auprès de l'Omapi et le demandeur peut étendre la protection de sa ou ses marques vers d'autres pays qui sont signataires de l'accord de Madrid, comme  Madagascar. « Quatre-vingt-neuf pays sont, actuellement, signataires de l'accord de Madrid. Outre la facilitation de la démarche, ce système facilite la gestion du patrimoine de marque et offre de nombreuses opportunités à exploiter pour les entreprises», a expliqué  Manitra Raha­rinony, chef de service de l'enregistrement international des marques auprès de l'Omapi. Pour la plupart des participants, toutes les explications fournies à ce séminaire ont été de véritables révélations. Jusqu'ici, nombreux sont ceux qui pensent que pour pouvoir protéger sa marque dans tel ou tel pays, il faut s’y rendre et y déposer une demande avec les coûts exorbitants que cela implique. Selon les chiffres de l'OMAPI, seulement neuf demandes de protection sont enregistrées depuis 2008. Un chiffre dérisoire, compte tenu de l'importance des produits exportés par Madagascar. Vol de marque Des victimes qui se font voler leurs marques dans un pays étranger existent, aussi. La représentante d'une grande société spécialisée dans la parapharmacie, dont le nom dispose d'une notoriété nationale et même internationale, avoue, par exemple, être victime de cette situation en Allemagne. « Une personne voulait importer nos produits mais nous n'étions pas encore prêts. Finalement, lorsque nous voulions protéger notre marque dans ce pays, nous avons découvert avec stupeur que le nom  a déjà été protégé par une autre société », témoigne-t-elle. Et, malgré l’envergure de sa société, elle affirme que son ignorance sur l'existence du système de Madrid a été la raison qui l'a fait hésiter à faire la protection plus tôt. « Nous pensions que c'était trop cher et compliqué », se désole-t-elle. En général, la réponse à une demande de protection internationale arrive au bout de dix-huit mois, au maximum, à partir de la date du dépôt du dossier qui cor­respond à celle du paiement des taxes. Mais cette durée varie d'un pays à l'autre, selon la performance du bureau local. L'Omapi figure parmi les performants car, la réponse arrive au bout de deux mois, en moyenne. L'avantage au niveau des taxes fait, aussi, partie des mesures attractives du système de Madrid. Les pays les moins avancés bénéficient d'une réduction de 90%. C'est-à-dire que, au lieu de payer les 650 francs suisses, les déposants malgaches paient seulement 65 francs suisses. Auteur : Mahefa Rakotomalala Source : http://www.lexpressmada.com

Madagascar / un chercheur de médicament contre le Sida emprisonné


Un Malgache découvreur de médicaments contre le Sida a été incarcéré dans une prison centrale d'Antananarivo jeudi pour soupçon d'avoir volé les formules d'un autre chercheur. Le phytothérapeute malgache Jean Giuliano Nicol Ramarovahiny, qui a découvert les médicaments JMAR 1 et JMAR 2, censés guérir le VIH Sida, a été accusé d'avoir volé la formule … Lire la suite de Madagascar / un chercheur de médicament contre le Sida emprisonné