Justin Capră, inventeur et visionnaire roumain


Justin Capră est décédé, à l’âge de 82 ans, aux urgences de l’Hôpital municipal de Ploieşti (Roumanie). Inventeur prolifique et visionnaire, créateur du sac à dos volant, idée reprise par la NASA pour les déplacements extravéhiculaires des astronautes, et de la voiture qui consomme 0,5 litres aux 100 km, Justin Capră a tenté de casser les barrières et les mentalités.

justin_capra

Justin Capră, est né à Măgureni, dans le département de Prahova, en Roumanie, le 22 février 1933. Ses inventions sont arrivées jusqu’à la NASA depuis les années 60, mais rien ne l’a fait sortir de son pays natal, lui qui avait rêvé la voiture écolo, bien avant la tendance.

Un des inventeurs roumains les plus prolifiques, ingénieur, professeur, physicien et philosophe, Justin Capră a fasciné par l’ingéniosité de ses inventions, mais aussi par les messages qu’il transmettait à chaque fois qu’il en avait l’occasion.

Au sujet des voitures actuelles, par exemple, il disait qu’elles sont mal conçues, parce qu’elles pèsent au minimum une tonne, pour transporter un individu de 70 à 80 kilos. « Je comprends que mes automobiles ne peuvent pas être réalisées aujourd’hui. Que se passerait-il si les voitures roulaient avec 0,5 litre de carburant au 100 kilomètres ? On fermerait des usines, les gens seraient au chômage, et ils seraient à la rue. Mes inventions ne sont pas pour notre époque, mais leur temps viendra… ».

Une grande partie des efforts de l’inventeur portait sur les véhicules à faible consommation. En 1949-1950, il construisit un dispositif avec moteur qui démarrait par une simple commande vocale. « Il suffisait que je lui dise : « Démarre ! » Et le moteur démarrait. » En 1955, il construit l’automobile à deux roues Virgilius, sa première invention homologuée. Équipée avec un moteur d’avion, elle avait une puissance de 105 chevaux, atteignait 300 km/heure, et pesait 250 kilos.

EN 1973, il crée sa première Soleta, la plus petite voiture du monde, suivie par une série de prototypes qui différaient entre eux par le poids, la vitesse maximale et la consommation. Il construit plusieurs modèles de voitures et de motos, alimentées par des accumulateurs, en se penchant en particulier sur l’augmentation du rendement et la baisse du poids.

Entre 2007-2008, lors de la 11 e édition du salon Inventika de Bucarest, il lance avec deux amis, Marian Velcea et Alex Munteanu, l’Oblio 3C, ainsi que Troty, premier véhicule « portable ». Il s’agit d’un tricycle pliable, équipé avec un moteur électrique intégré dans l’axe de la roue motrice : une réponse au problème du trafic urbain.

Malheureusement, les prototypes pensés et conçus dans le village de Filipeştii de Pădure (département de Prahova), lieu où il se retira les dernières années de sa vie, dans une petite maison avec véranda, n’ont jamais été produits en série.

Le « sac à dos volant », repris par les Américains

Justin Capră a réalisé la première version du « sac à dos volant » – un appareil portable pour le vol individuel – entre 1955 et 1956. Il a cherché du soutien pour fabriquer son invention auprès de l’Ambassade des États-Unis, mais à cause de ce geste, il fut arrêté et interrogé, et accusé d’avoir voulu fuir le pays.

A seulement 25 ans, en 1958, il réalise le prototype du « sac à dos volant ». Il ne l’a jamais breveté, car il n’avait pas le sens de la propriété. « Ce n’est pas mon mérite, je ne suis pas un inventeur, c’est Dieu qui l’est. Le sac à dos volant a été l’invention la plus en vogue, car c’était spectaculaire. On volait sans avion. Mais moi, je n’ai rien inventé, je n’ai fait que propulser un homme dans les airs, en utilisant des éléments déjà connus. ». Trois ans plus tard, cette invention fut « reprise » et brevetée par le Américains. C’est seulement en 2002 que les États-Unis ont officiellement reconnu que l’idée venait du Roumain Justin Capră. Le sac à dos volant a été utilisé par les astronautes en sortie extravéhiculaire.

Justin Capră a construit aussi un hélicoptère pour les juniors, pesant seulement 30 kilos, un appareil de vol individuel fonctionnant à l’azote liquide. Il a collaboré avec des sommités scientifiques comme Henri Coandă (antigravitation), Karlo Johann Wilde (antigravitation), Ion Purică (physique fondamentale) et Eugen Macovschi (problématique du vivant).

Avec l’argent reçu pour ses inventions, il a créé une fondation dédiée aux enfants surdoués, dont quelques uns, intéressés très jeunes par la physique quantique, travaillaient à ses côtés à Filipeşti.

Modeste et jamais satisfait par ses réalisations, Justin Capră a toujours exprimé sa satisfaction d’être toujours actif : « Je suis assez content, non pas d’avoir fait quelque chose, mais de ne pas être resté sans rien faire. C’est seulement l’histoire qui établira si c’est ce que j’ai fait est important. »

Source : www.roumanie.com

Déchets électroniques : le carburant de demain


Une invention signée par des scientifiques roumains et turques.

La recherche de sources combustibles alternatives, autre que le pétrole continue chaque jour à entendre son champ de possibilité. Après le maïs, l’eau, la graisse ou l’hydrogène voici les circuits imprimés.

Une invention signée par des scientifiques roumains et turques qui ont découverts une nouvelle façon de recycler les déchets électroniques. Cette solution offre un double avantage en combattant d’une part le problème de recyclage de ces déchets et d’autre part en produisant une sorte d’huile apte à la fabrication de plastique ou considérée comme un dérivé du pétrole pouvant alors être utilisé comme carburant en toute sécurité.

La procédure est de porter à très haute température ces déchets puis de filtrer les produits toxiques. Un schéma intéressant mais aucune information n’est donnée concernant le type de carburant nécessaire pour obtenir ces hautes températures.

L’idéal serait la possibilité d’obtenir un système autonome qui, une fois lancé, permettrait de recycler ces déchets grâce à ces déchets !

Source : TgDaily

Roumanie / Un véhicule pour le futur


L’inventeur bucarestois Iustin Caprã a présenté son dernier véhicule à Timisoara, lors de l’exposition « L’énergie du futur ». Il s’agit d’un véhicule hybride confectionné en fibres et aluminium, qui ne pèse pas plus de 140 kilos et qui peut être alimenté tant à la pompe, comme un véhicule normal, que par n’importe quelle prise électrique. Le véhicule, nommé « Justin 1000 », en référence à la puissance en watts développée, a fait sensation lors de l’exposition.

« C’est une construction hybride. A l’extérieur de la ville il consomme de l’essence sans plomb, 0,4 litres aux cent kilomètres. En ville il fonctionne à l’électricité et il possède une autonomie de 250 kilomètres, s’il roule à plus de 30 kilomètres à l’heure, ou illimitée s’il roule à une vitesse moindre, après quoi il peut être rechargé à une prise. Il est muni d’une rallonge de 10 mètres, pour que l’on puisse alimenter ses piles. » L’inventeur a testé le véhicule dans l’enceinte de l’exposition, et a attiré l’attention d’un industriel allemand.

« Je suis un mauvais manager. Jusqu’à maintenant je n’ai vendu aucune de mes inventions. Je ne les considère pas comme une source d’argent. Je les réalise tout seul dans un garage, étant limité par de petits budgets » dit Justin Caprã. « Justin 1000 » est sa quinzième invention ; l’inventeur a aussi à son actif sept appareils pouvant voler et d’autres nombreuses inventions.

Source : www.roumanie.com

Le capital intellectuel des Roumains pourrait contribuer à la croissance du PIB, relèvent des experts dans la sociologie du travail


Le Produit interne brut /PIB/ serait de 50 pc plus grand si on prenait en compte les biens intangibles produits par l’intelleigene humaine et qui forment le capital intellectuel des compagnies, estiment les représentants d’un groupe d’initiative qui envisagent que le premier congrès mondial au sujet du capital intellectuel ait lieu à Bucarest, le 17 septembre 2008, sous les auspices de l’UNESCO.

Selon ces spécialistes, la somme des valeurs intangibles, résultées exclusivement de l’intelligence humaine, qui forment le capital intellectuel et qui devraient être intégrées au patrimoine des compagnies, comporte : les technologies de fabrication, les projets en cours, les procédures d’organisation interne, les inventions et les innovations, etc.

« Il faudra avoir une législation qui permette l’institutionnalisation du capital intellectuel comme bien tangible. Lorsqu’ils pourront circuler du point de vue juridique, les biens composants du capital intellectuel pourront être des actifs intégrés aux mécanismes de l’économie de marché, y compris par la cotation aux bourses de valeurs », a déclaré au quotidien Adevarul l’économiste Luca Gherasim.

Les initiateurs du futur congrès mondial de Bucarest envisagent que l’événement de septembre 2008 soit précédé par une conférence nationale de préparation, en mai 2007, et par l’une internationale, qui se tiendra toujours l’an prochain, en septembre.

Ils ont lancé le projet d’un Centre international de Valorisation du Capital intellectuel, qui fonctionnera à Bucarest comme une plate-forme scientifique.

L’investissement nécessaire pour la construction se chiffrerait à 35 millions d’euros.

Source : www.investir-roumanie.com

Le Salon Inventika accueille le Salon de la Recherche 2006


Le Salon de la Recherche 2006, organisé du 3 au 7 octobre dans le cadre du Salon technique international, a pour but de promouvoir l’intelligence et la créativité roumaine, est-il dit dans un communiqué de l’organisateur de la manifestation, Romexpo.

Le Salon est organisé par l’Autorité nationale pour la Recherche scientifique /ANCS/. Les aires thématiques abordées sont l’énergie, nanotechnologies et nanomatériels, vie et santé, alimentation, agriculture et biotechnologies, environnement et développement durable, technologie de l’information et télécommunications, urbanisme et transports, sécurité et espace. À la manifestation seront présentes aussi les entités d’innovation et transfert technologique.

À cet occasion sont organisés la bourse des emplois dans la recherche, tables rondes, conférences, lancements de livres techniques-scientifiques, aux côtés de la Xe édition de l’Exposition internationale d’Inventions, Recherche scientifique et Technologies nouvelles – Inventika 2006.

L’exposition d’inventions est organisée par la collaboration de l’ANCS avec la Chambre de Commerce et Industrie de Roumanie, la Chambre de Commerce et Industrie de Bucarest, l’Office d’État pour Inventions et Marques /OSIM/, la société de foires et expositions Romexpo et le Salon international d’Inventions de Genève. Le 5 octobre est programmée la Soirée de l’Innovation, événement consacré à l’intégration du milieu d’affaires dans celui de recherche-développement.

Source : www.investir-roumanie.com

Jeux d’échecs multiples dans l’espace


Ils se réfèrent à une nouvelle manière de jouer aux échecs, pas à un nouveau modèle des pièces.

Aujourd’hui, après beaucoup d’années, le jeu classique d’échecs est inchangé, seulement les pièces ont eu une évolution sous ses formes. Maintenant, c’est l’heure de le rendre, un par un ou l’autre plus intéressant et plus provocateur pour des enfants et des adultes.

Cette invention (innovation) présente une nouvelle manière (dans 4 variantes) du jeu d’échecs, tridimensionnel.

Les nouvelles règles apportent le rafraîchissement et stimulent la perception de l’espace, quand les joueurs emploient ce type futuriste d’échecs.

Pourquoi ? Puisque c’est environ vingt fois plus puissant que la variante classique.

Que signifie ceci ? Prenons 2 joueurs avec la même valeur au jeu d’échecs. Imaginez un joueur qui emploie seulement ce genre d’échecs dans l’espace pendant 20 fois (chacun des quatrièmes variantes, de totalement 80 séries).

florin1

Imaginez maintenant un autre joueur que les jeux séparent 80 séries en utilisant le jeu classique. Puis, remontez les deux joueurs pour jouer aux échecs classiques. Vous verrez que le joueur qui a employé « les ÉCHECS MULTIPLES dans l’ESPACE » sera plus intelligent et gagnerez parce qu’il s’est activé que le nouveau nerf centre dans son cerveau stimulé par les échecs étonnants dans l’espace.

florin2

Il a 4 variantes principales et totalement 8 variantes (si nous comptons les secondaire-variantes) dans un produit compact ainsi il est des « 8 dans 1 » jeu. Deux, trois ou quatre joueurs peuvent jouer simultané ce jeu.

florin3

Le produit peut être facilement assemblé et démonté en cas de voyage. Les règles sont très simples et uniques. Il peut être produit dans une variante physique et dans la variante douce l’un ou l’autre.

florin4

Le prototype physique est fini et il est très simple de fabriquer.

« Les ÉCHECS MULTIPLES dans l’ESPACE » sont une forme évoluée et supérieure du jeu classique d’échecs. Le nouveau jeu est les échecs du futur, un jeu pour la nouvelle génération (naturellement il approprié pendant l’époque actuelle et aux générations réelles).

Maintenez dans l’esprit que mon jeu est unique dans le monde, des autres modèles qui ont été faits le long du temps sont différents et ont quelques inconvénients.

Le prototype de l’innovation a une structure tridimensionnelle physique. Il peut être l’un ou l’autre construit en variante physique (bois, plastique) et variante électronique (logiciels 3D aux niveaux multiples, différents des autres logiciels 3D qui sont pour des échecs classiques) pour des ordinateurs.

Maintenant je recherche des associés, commanditaires, investisseurs, acheteurs, fabricants pour vendre ou autoriser l’innovation.

Florin Iacob, ingénieur, Roumanie

Portrait de inventeur :

Florin5

Florin Iacob

Deux inventions :

– Un produit financier et l’autre est un jeu ;
– Deux livres écrits au sujet de ces inventions.

Études : L’université technique « Gh. Asachi » Iasi, la section Tourner-Ondulante, 1998 a reçu un diplôme, chef de génération ;

5 ans d’expérience des arts martiaux (étudiant de kung-fu dans les modèles suivants : Shaolin, Aile-Chun, Qinna, Qigong) ;

Langes parlés : Roumain, Anglais.

E-mail : proiectl@yahoo.com

Les meilleures inventions roumaines, présentées au Salon « Inventica 2005 »


L’Université « Politehnica » de Bucarest accueille ce samedi la cérémonie d’attribution des prix accordés aux auteurs des meilleures inventions qui ont été présentées à la première édition du Salon international des Inventions « Inventica 2005 ».

Des distinctions et des prix sont remis à des personnalités ayant des succès particuliers dans le domaine de la recherche scientifique et technique, des inventeurs qui se sont fait remarquer par des ouvrages ingénieux et de grande utilité publique. Les gagnants sont en provenance de Roumanie et de l’étranger.

Le salon « Inventica 2005 » a été aussi une nouveauté sur le plan international : il a été organisé sur la base d’une invention qui consiste dans l’utilisation d’un système informatique et d’une méthode originale qui a permis le remplacement des pièces d’exposition par 16 écrans électroniques seulement ainsi que la transmission des informations scientifiques et des votes par Internet.

« Inventica 2005 » a réuni 1 100 inventions en provenance de 11 pays. Une autre performance du salon, c’est que depuis son ouverture, il y a plus de trois mois, ont été effectués ou sont en cours de déroulement 20 transferts technologiques de plusieurs inventions présentées. Sur celles-ci, sept ont été envoyées vers la Chine et sept autres vers le Brésil.

Source : investirroumanie.free.fr