L’innovation, une affaire de femmes


Elles ont été à l’origine de découvertes scientifiques. Elles ont participé à des aventures humaines, comme la conquête spatiale et l’informatique. Pourtant, qui connaît ces pionnières ? Alors que les femmes dans l’innovation se cherchent des rôles modèles, « La Tribune » rend hommage à toutes celles qui ont changé le monde – et continuent de le faire aujourd’hui.

Elle aura dû attendre un demi-siècle avant que le film « Les Figures de l’ombre » mette en valeur sa contribution à l’aventure spatiale américaine. Être mathématicienne de génie à la NASA, un monde essentiellement peuplé d’hommes, n’était déjà pas chose aisée. Être noire dans l’Amérique de la Nouvelle frontière voulue par le président Kennedy, mais encore sous le joug de la ségrégation, la condamnait forcément à l’obscurité. Le président Barack Obama lui avait bien remis la médaille présidentielle de la Liberté, en 2015, mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’on l’interroge. Si Katherine Johnson, 99 ans en août prochain, est enfin en pleine lumière, combien sont-elles à demeurer, encore et toujours, dans l’ombre ?

Reine du logiciel et génie créatif

Pourtant, plusieurs femmes ont joué un rôle clé dans des innovations que l’on tient pour acquises aujourd’hui. Des Américaines, comme Margaret Hamilton, une autre mathématicienne de génie, qui a conçu le système embarqué du programme Apollo. Pas étonnant que Delphine Remy-Boutang, la fondatrice de la journée de la Femme digitale, ait voulu nommer le prix décerné à l’occasion de cet événement annuel « Margaret », en son hommage. Autre Américaine, et autre pionnière : Grace Hopper, contre-amiral de la marine et « reine du logiciel », puisque c’est elle qui a ouvert la voie à ce premier langage de programmation, en 1958. Quant à Ada Lovelace, elle a développé le premier algorithme informatique au monde, dès 1843 ! Sans oublier le système de codage des transmissions, toujours utilisé pour les liaisons chiffrées militaires, la téléphonie mobile ou le wi-fi, conçu par Hedy Lamarr, en 1942. D’autres se sont fait voler leurs découvertes, comme la chimiste afro-américaine Alice Ball, première femme lauréate d’un doctorat de l’université de Hawaï, qui est décédée avant d’avoir publié ses recherches sur le traitement de la lèpre, passées jusqu’à récemment dans l’Histoire sous le nom de son coéquipier…

À part les États-Unis, le reste du monde peut aussi s’enorgueillir d’avoir eu ses pionnières. D’Emmy Noether, une brillante mathématicienne allemande, Albert Einstein disait qu’elle était « le génie mathématique créatif le plus considérable depuis que les femmes ont eu accès aux études supérieures ». Le théorème de Noether fait en effet jeu égal avec la théorie de la relativité en importance. D’autres, comme Marie Curie, ont connu la consécration. Cette Franco-Polonaise reste en effet à ce jour la seule femme au monde à avoir reçu deux prix Nobel – le premier, de physique, avec son mari, Pierre Curie (et Henri Becquerel) pour les recherches sur les radiations, et le deuxième, de chimie, pour ses travaux sur le polonium et le radium. Autre Française, Françoise Barré-Sinoussi, chercheuse en virologie, qui a elle aussi reçu un Nobel, de médecine, pour sa participation à la découverte du VIH, avec Luc Montagnier, en 2008. Quant à l’Allemande Anna Maria Merian, ses observations naturalistes sur les papillons, au xviiie siècle, lui ont valu de figurer, au XXe, sur les derniers billets en deutsche mark, tandis que la Chinoise Huang Daopo, qui révolutionna, au xive siècle, l’industrie textile de l’empire du Milieu en concevant des machines novatrices de tissage et de filature, a désormais un cratère portant son nom sur Vénus.

La longue liste des inventions crées par des femmes

Plus récemment, l’Américaine Susan Kare a travaillé aux côtés de Steve Jobs et est notamment à l’origine de l’ergonomie du Mac et de ses célèbres icônes, tandis que Radia Perlman a lancé le protocole STP, rendant possible la construction de réseaux Ethernet. Mary Lou Jepsen, elle, s’est intéressée aux écrans, pour les réduire le plus possible. De son côté, Barbara Liskov a inventé, en 1975, le CLU, le premier langage de programmation à supporter l’abstraction de données, Argus, premier langage à supporter l’implémentation de programmes distribués, et Thor, un système de base de données orienté objets.

La liste est longue, et les femmes, si l’on cherche vraiment, ne manquent pas dans l’innovation. Elles ont également apporté leur contribution dans la vie de tous les jours, de l’essuie-glace au réfrigérateur en passant par le radeau de sauvetage, la première maison à énergie solaire, en 1947, et le jeu du Monopoly !

Science, médecine, logiciel, blockchain…

Aujourd’hui, des initiatives tentent de donner aux femmes toute leur place dans la science. La Tribune a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice. Sur une liste particulièrement fournie d’innovatrices, elle a choisi 20 passionnées, qui déploient leurs talents dans la science et la médecine, comme l’oncologue Patrizia Paterlini-Bréchot ; dans l’art de la prothèse, comme Jacqueline Frohman ; la protection de la nature, telle Deborah Pardo, première Française sélectionnée pour la plus grande expédition 100% féminine en Antarctique. D’autres s’apprêtent à révolutionner le monde des mathématiques appliquées, comme Paola Goatin ; celui de l’énergie, à l’image de Sandra Rey ; de l’éducation, comme la jeune Philippine Dolbeau, fondatrice de la société New School, ou comme Christelle Plissonneau, Pdg d’Early Birds Studio, sans oublier celui des ressources humaines, grâce à des algorithmes, comme Bénédicte de Raphelis-Soissan.

Enfin, nombreuses sont celles qui s’impliquent pour l’avènement d’une nouvelle société, faite de valeurs partagées dans le sport, comme Sarah Ourahmoune ; de bien vivre, telles Charlotte Sieradzki et Joy Solal, cofondatrices de Cook Angels ; de responsabilité sociale et écologique, comme Marine de Beaufort, qui a lancé Voy’agir, et Hélène Valade, directrice de la RSE chez Suez ; de solidarité aussi, comme Joséphine Goube, directrice de Techfugees.

D’autres y oeuvrent par le biais de plateformes d’innovations dans la blockchain, comme Nadia Filali, à la CDC ; la finance, comme Anaïs Raoux, directrice de la Fintech ; dans l’entrepreneuriat, comme Roxanne Varza, de la Station F, Fleur Pellerin, à la tête du fonds Korelya, et Marie-Vorgan Le Barzic, à NUMA. Enfin, d’autres investissent pour demain, dans l’intelligence artificielle, le big data ou la 3D, telle Anabelle Oliveira, au sein d’Airbus Ventures. Toutes, pour leur engagement, méritent d’être célébrées.

(article rédigé par Lysiane J. Baudu – latribune.fr)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s