Les SeaBubbles ont le feu vert


C’était une nouvelle attendue depuis des mois qu’annonce Alain Thébault, l’un des fondateurs des SeaBubbles. Après plusieurs contretemps, ces «taxis volants» viennent d’obtenir l’autorisation de naviguer sur la Seine et arriveront à Paris dès le printemps prochain. Une première ligne régulière sera créée dans la capitale, avec 10 à 20 SeaBubbles, d’une capacité de quatre passagers et un chauffeur chacune. Il sera possible de les emprunter à trois arrêts sur la Seine, à la limite entre Paris et Boulogne, vers l’Alma et jusqu’à la gare de Lyon. Dans un premier temps opérée par le groupe SeaBubbles lui-même, cette ligne sera ensuite déléguée, selon Alain Thébault, à un ou deux des opérateurs suivants : Paris City Vision, G7 Green ou Uber.

bubb

Sans vague ni bruit

Une excellente nouvelle pour le groupe SeaBubbles, qui avait plusieurs fois envisagé l’arrivée de ces «taxis volants» à Paris, avant de se rétracter face à la complexité des règles de navigation fluviale dans la capitale. «La hausse de la limitation de la vitesse sur la Seine à 25 nœuds nous permettra d’atteindre les 40 km/h», souligne l’ex-navigateur, alors qu’elle est actuellement strictement limitée à 12 km/h. Or, tout l’intérêt des SeaBubbles réside dans leur capacité à se soulever au-dessus de l’eau, propulsées grâce aux deux foils situés sous l’embarcation, et à atteindre une vitesse de croisière qui n’engendre ni vague, ni bruit. «Il y a une prise de conscience collective. Sur la Seine, les règles de navigation ont été imposées pour la sécurité et la tranquillité des riverains, mais datent de l’époque des péniches Freycinet, qui font beaucoup de vagues», plaide Alain Thébault. Ambitieux, le chef d’entreprise parle d’ailleurs de construire des SeaBubbles en version XXL, voire des «Fly bus» à la capacité décuplée. Des projets pour lesquels Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France et d’IDF-Mobilités (ex-Stif), aurait déjà montré de l’intérêt, selon lui.

En 2009, Alain Thébault a pulvérisé le record du monde de vitesse sur son bateau à voile, l’«Hydroptère», avec un pic à 55,5 nœuds (102 km/h).

(source = CNews)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.