Histoires et Passés

Invention du téléphone de 1922


Avertissement : Cet article rétro retranscrit des connaissances scientifiques, techniques ou autres de 1922, et contient donc volontairement les arguments, incertitudes et erreurs d’époque.

Le téléphone fut inventé en 1876 par le savant américain Graham Bell. Primitivement, l’appareil chargé de transmettre la parole à distance se composait d’une plaque de tôle mince formant le fond d’une embouchure en ébonite. Cette plaque était fixée devant un électro-aimant dont les deux bobines étaient reliées par des fils aux bobines de l’appareil récepteur.

Quand on parlait dans l’embouchure, la plaque se mettait à vibrer et ces vibrations produisaient dans le champ de l’aimant une série de courants induits qui se transmettaient par les fils à la plaque du récepteur où elles déterminaient des vibrations identiques. Le poste transmetteur était identique au poste récepteur, c’est-à-dire que l’un et l’autre pouvaient alternativement remplir les fonctions de parleur et d’écouteur. Un courant très faible évalué en 100.000e d’ampères suffisait pour assurer ce véritable transport de vibrations de la parole humaine.

telephone_1922

Des résultats absolument probants furent obtenus dès l’origine par Graham Bell qui put faire entendre sa voix à plusieurs kilomètres. Il semblait que la portée du téléphone dût être limitée à 3 ou 4 kilomètres, quand un autre savant américain, Hugues, l’inventeur du télégraphe qui porte son nom, découvrit en 1880 un dispositif spécial qui permit d’augmenter considérablement la puissance de l’appareil de Bell. Ce dispositif, en raison de son extrême délicatesse et de son aptitude à enregistrer les plus légères vibrations vocales, reçut le nom de microphone.

Le microphone et le téléphone automatique

Le microphone se compose d’une baguette de charbon terminée en pointe aux deux bouts et reposant entre deux supports de charbon. Un peu de jeu est laissé entre les pointes et le creux des supports afin de permettre à la baguette d’enregistrer les moindres vibrations. Une planchette de sapin se trouve devant la baguette et lui communique, à mesure qu’on parle contre elle, les vibrations de la parole. Ces vibrations passant dans la baguette modifient sans cesse la résistance aux points de contact et font subir au courant des variations parallèles d’intensité.

En d’autres termes, quand on parle devant la planchette, les vibrations de la voix se communiquent de la planchette à la baguette dont les oscillations modifient l’intensité du courant selon un rythme identique. Et ces modifications du courant sont enregistrées au loin par la plaque de tôle du récepteur qui reproduit la voix avec sa force réelle, ses plus légères inflexions, son timbre.

Le microphone ne peut servir que comme transmetteur. Ces dernières années, la planchette de sapin a été remplacée par un transmetteur spécial en forme de cornet, ce qui facilite beaucoup les communications.

telephone_1922_2

Par le microphone on réussit à étendre considérablement la portée du téléphone, et la vois peut être transmise à plusieurs centaines de kilomètres. Cependant une déperdition appréciable se produisait et la voix, au bout de 300 à 400 kilomètres, arrivait très atténuée. C’est alors qu’Edison imagina d’atténuer les pertes d’énergie en augmentant le voltage au départ et en l’abaissant à l’arrivée par le moyen d’un petit transformateur approprié. On put ainsi téléphoner à plus de mille kilomètres dans des conditions parfaites.

L’invention de téléphone prit, d’abord aux États-Unis et ensuite dans le monde entier, une extension considérable. Toutes les villes disposent maintenant de réseaux compliqués. Il est à souhaiter que l’usage du téléphone se développe encore et devienne à la portée de tout le monde. La maison électrique de l’avenir se complétera de postes téléphoniques perfectionnés à chaque étage, dans chaque appartement.

Signalons pour terminer un perfectionnement en usage sans certains pays (Suède, États-Unis, Italie): le téléphone automatique. Cet appareil qui se compose d’une petite plaque tournante sur laquelle sont indiqués les chiffres de 0 à 9 permet de former soi-même le numéro de l’abonné avec qui on désire communiquer. On obtient ainsi la communication en évitant l’intermédiaire parfois compliqué et toujours coûteux de la « demoiselle ».

La mise au point du téléphone automatique pour des multiples de 50 à 80.000 abonnés est aujourd’hui parfaite. Paris sera-t-elle la dernière ville à appliquer cet ultime progrès du téléphone urbain ?

Source et illustrations : Almanach Hachette 1922

Source : www.techno-science.net

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.