La vie de Bruxelles soulignera le 50e anniversaire de Gaston Lagaffe


Né de l’imagination débridée d’André Franquin, Gaston Lagaffe fêtera mercredi ses 50 ans, date à laquelle paraîtra l’album « Gaston 50 ». La ville de Bruxelles rendra un hommage solennel à cet anti-héros à partir de mardi par une fresque murale permanente de trois mètres de haut en face de l’Opéra. Gaffeur, rêveur et inventeur chaussé d’espadrilles fatiguées, Lagaffe a vu ses aventures vendues à 30 millions d’exemplaires.

Album anniversaire, « Gaston 50 » regroupe la crème des gags les plus festifs et 60 dessins de Franquin inédits en album. Le célèbre auteur disparu en 1997 a raconté ainsi comment Gaston est apparu pour la première fois dans le journal « Spirou ». Il est ainsi allé proposer au rédacteur en chef de l’époque, Yvan Delporte, d’introduire un personnage qui, « contrairement aux héros, n’aurait aucune qualité, il serait con, pas beau, pas fort. Ce serait un ‘héros sans-emploi’, un héros dont on ne voudrait dans aucune bande dessinée, tellement il serait minable ».

Employé de bureau, roi de la sieste, inventeur incompris, poète à ses heures, écologiste et rebelle, il fut la hantise de ses chefs. Fantasio passa ses journées à réparer ou à prévenir ses gaffes et son successeur, Prunelle, succombera à une déprime permanente.

L’un des sommets est l’homme aux contrats, le mal nommé Aimé De Mesmaeker. Ce fut Greg qui eut ce trait de génie. Il interpelle Franquin et lui dit : « Tu devrais inventer un homme d’affaires qui essaie de faire signer des contrats et n’y arrive jamais ». Franquin le crée et dira plus tard : « Je ne saurais jamais ce qu’il y avait dans ces contrats. Ce qui m’intéressait à chaque fois, c’est: comment va-t-il échouer cette fois-ci ? ».

Apparu les deux premières semaines en costume, on ne verra plus Gaston qu’avec son éternel pull vert à col roulé, son jean élimé et ses espadrilles fatiguées. En octobre 1960, c’est le choc : Gaston introduit une vache dans la rédaction, un épisode qui se soldera par sa mise à la porte. M’enfin ? ! Les lecteurs protestent, inondent la rédaction de lettres, ce qui réintégrera Gaston et, pour le bonheur de tous, engendrera d’éternels gags sur le courrier en retard, la recette de morue aux fraises et le gaffophone.

Auteur : Serge Hénoque

Source : Canadian Press

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.