Le moteur à eau d’Aadil est prêt à rouler


Un système innovant qui ferait économiser 90% d’énergie.

Le Kart’are sera-t-il le premier circuit en France à faire tourner des petits bolides équipés de moteurs à eau ? Si l’on en croit Aadil et les dirigeants du circuit de karting du pays d’Olmes, la chose n’est pas impossible. Et pourquoi ne le croirait-on après la démonstration faite dans la plus pure des transparences. L’engin, équipé d’un moteur quatre temps normal, avec dans son réservoir un mélange composé de 90 % d’eau et 10 % d’essence, a roulé sur la piste comme si de rien n’était. Aadil, le mécano du circuit et homme à tout faire au Kart’are, est formel. « C’est simple, ce système fait économiser 90 % d’énergie, avec un meilleur rendement, une durée de vie du moteur multipliée par dix et 99 % de gaz recyclés, donc moins de pollution ; il n’y a que des aspects positifs. » Curieux tout de même cette installation adaptée et qui, en fait, passe assez inaperçue. On remarque juste deux tubes acier de plus et trois vannes à manipuler avec précision. « C’est comme une petite raffinerie embarquée, un système qui fabrique de l’hydrogène, explique Aadil. Une fois bien monté et bien réglé, ça marche, avec un moteur d’origine, mais sans carburateur, sans pot d’échappement, et ça rejette de la vapeur d’eau. »

Tout ça peut déjà laisser rêveur, d’autant plus que des essais avec du coca, du jus d’orange et même du lait ont été concluants. Pourtant, convaincu que cette découverte peut entraîner une véritable révolution, Aadil va déjà plus loin. « Prochainement, je souhaite monter ce système rien qu’avec de l’eau ; j’ai fait des essais et ça marche, affirme l’inventeur. Tout ça demande du temps et des moyens, je sais qu’on peut partir sur des choses énormes dont on peut mesurer l’impact, mais le pire, c’est que tout le monde sait que ça peut marcher et on laisse p ». Au volant de son kart moteur à eau, Aadil jubile, pas peu fier de sa trouvaille, un système qui peut être adapté sur tous les moteurs thermiques quatre temps, de la tondeuse au super poids lourd. « Au prix où est le carburant aujourd’hui, les idées fusent, il faut trouver de nouvelles énergies ; tout le mode râle mais on fait rien ! » Aadil a trouvé.

Tout près, Jean-Claude Sanchez, directeur du Kart’are, reste admiratif. Cette invention, c’est aussi la sienne ; la mécanique, il connaît, ses conseils n’ont pas été superflus. Et puis n’accorde-t-il pas un peu de temps à Aadil dans son emploi pour inventer et continuer à faire progresser cette découverte ?

Source : www.ladepeche.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s