Article de presse

Décès de l’industriel Germain Courchesne


(Bécancour) Le tout Saint-Léonard-d’Aston est en deuil aujourd’hui à la suite du décès, mardi, de l’industriel Germain Courchesne, ce grand Léonardais qui a fondé l’entreprise les Industries Aston, devenue aujourd’hui Venmar CES, la prestigieuse usine spécialisée dans la fabrication d’unités commerciales de ventilation à récupération d’énergie.

Pour rendre hommage à cet homme considéré comme le plus grand industriel de Saint-Léonard-d’Aston, la Municipalité avait donné son nom, en 2007, à ce qui est connu aujourd’hui comme étant le Parc industriel Germain-Courchesne.

M. Courchesne était propriétaire de l’édifice qui abrite Air 2000, une entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements de ventilation.

Germain_Courchesne

Germain Courchesne

Selon les informations qui ont été communiquées au Nouvelliste, M. Courchesne serait décédé après avoir fait une chute d’une quinzaine de pieds, mardi après-midi, du haut d’un escalier situé à l’extérieur de cette bâtisse.

Comme le terrain à cet endroit était recouvert de glace, le choc a été très brutal. Son décès serait survenu à son arrivée à l’hôpital, après y avoir été conduit par ambulance.

En commentant son décès, hier, l’homme d’affaires René Bérubé a mentionné que Saint-Léonard-d’Aston perdait un «gros morceau». Selon lui, l’homme qui était âgé de 84 ans était encore assez actif.

Il prévoyait même se rendre à Paris, en avril prochain, dans le but d’y présenter à un Salon d’inventeurs ses boîtiers de CD-DVD qui s’ouvrent sur une simple pression du doigt.

Selon M. Bérubé, M. Courchesne était encore en pleine forme, il avait son billet d’avion et son espace réservé sur les lieux de l’exposition à Paris pour le mois d’avril.

«L’homme était toujours optimiste et bien ouvert à tout ce qui est nouveau», a-t-il dit, en soulignant qu’il était une véritable source de motivation pour inciter les gens d’affaires à aller toujours plus loin.

Tête d’affiche du Nouvelliste à l’été 2007, M. Courchesne y était décrit comme un homme extrêmement actif ayant fait partie d’une multitude d’organismes, en plus de voir à ses affaires. Ayant été ordonné diacre permanent par Mgr Albertus Martin, en 1978, il a longtemps œuvré dans le milieu social.

Alors président de la Fondation médicale Jean-Pierre-Despins, Hubert Vincent disait de lui qu’il était né inventeur.

«Toute sa vie, il aura été un développeur important pour la vie économique de Saint-Léonard-d’Aston», déclarait-il alors, en le décrivant comme un homme serviable et chaleureux.

Germain Courchesne prend place aujourd’hui au panthéon des grands disparus.

Auteur : Marcel Aubry (Le Nouvelliste)

Source : www.cyberpresse.ca

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.