La bougie pour le nouvel an


Cela date de 10 ans. Laurent Guénot relance, en cette fin d’année, sa bougie du nouvel an. Une idée dont il a déposé le brevet et qui pourrait faire mouche.

QUOI de plus simple qu’une bougie, de la cire, une mèche et le tour est joué. Pour Laurent Guénot, cet objet vieux comme le monde pourrait changer sa vie. Il y a 10 ans, lors du passage à l’an 2000, il a déposé le brevet d’une bougie du nouvel an. Allumée à 22 heures, la partie haute siglée 2010 se consume doucement puis à minuit elle entre dans la partie 2011, en même temps que les fêtards entrent dans la nouvelle année. « Pour le passage à l’an 2000, j’ai été soutenu par un industriel Français avec qui les choses ne se sont pas bien terminées. 10 ans après je relance le concept seul, avec l’espoir que cela fonctionne », explique Laurent Guénot qui attend la livraison de 10.000 bougies dans sa maison de Bertaucourt-Epourdon. Il fait avec son projet un vrai pari sur l’avenir. Il compte vendre ses fameuses bougies sur les différents marchés de Noël de la région. « Je pense que cela peut marcher, il faut simplement que cela entre dans les mœurs, car sur quasiment toutes les tables du réveillon il y a des bougies, si elles ont ce côté gadget, c’est encore mieux » ajoute l’inventeur autodidacte.

Laurent_Guenot

Laurent Guénot va vendre sa bougie du nouvel an sur les marchés de Noël de la région.

Plusieurs brevets

Dans la vie « de tous les jours » il est serrurier, « les inventions c’est pour mon plaisir, je ne suis pas plus malin qu’un autre, mais j’ai des flashs, en me disant qu’un système peut-être plus pratique qu’un autre ».

Ainsi en plus de sa bougie, il a déposé des brevets pour une boucle d’oreille parfumée, un système d’éclairage de la roue d’une voiture en cas de crevaison sans oublier une bougie feu d’artifice, un dossier que Laurent étudie actuellement mais qui reste incertain compte-tenu des impératifs de sécurité qu’il impose.

Pour boucler son dossier de la bougie du Nouvel an il a reçu l’aide amicale de Aurélie, Willy et Angela « ils m’ont aidé gracieusement notamment pour entrer sur le marché Chinois ».

Car Laurent fait fabriquer ses bougies dans l’Empire du milieu « ce n’est pas cher et puis de toute façon, la quasi-totalité des bougies vendue en France viennent de Chine ».

Si les ventes fonctionnent en cette fin d’année, le business man Bertaucourtois reprendra son bâton de pèlerin en 2011 avec cette fois non plus 10.000 mais 30.000 ou 50.000 bougies.

Ce sont souvent des idées comme celle-ci qui font les grands succès. Laurent Guénot, avec le peu de moyens dont il dispose y croit dur comme fer.

Son but n’est pas de devenir le « roi du pétrole » mais si la bougie peut changer sa vie ou au moins l’améliorer, il est partant. Le tout étant, comme sa bougie, de ne pas flamber trop vite.

Auteur : Samuel PARGNEAUX

Source : www.lunion.presse.fr

Un commentaire sur “La bougie pour le nouvel an

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.