Article de presse

La Spin Machine permet en peu de temps de plier et déplier la lame sans l’abîmer


Technicien au département de génie civil au cégep de Trois-Rivières, Michel Beaudoin a inventé une machine bien spéciale, la Spin Machine. Même principe que les anciennes essoreuses à linge, la Spin Machine sert à donner une courbure aux lames de patins. Fini le temps où on pliait les lames avec les bancs dans les estrades des arénas.

Comment vous est venu l’idée du concept de la Spin Machine ?

Bénévole à l’époque où mes deux fils étaient au club Les Élans de Trois-Rivières en patinage de vitesse, j’ai choisi comme tâche, la responsabilité de préposé aux équipements. L’une de ces tâches passait par le pliage des lames pour obtenir une courbure (Banane). La technique se faisait à partir du principe de pliage par écrasement ponctuel. Par cette méthode, il fallait mettre beaucoup de temps et d’énergie afin obtenir un résultat relativement appréciable, de plus, les lames subissaient une faiblesse. Il m’est alors venu à l’idée de regarder quels étaient les principes de pliage en continu du côté de l’industrie. Après étude, dessins et prototypes est né la Spin Machine qui permet en peu de temps de plier et déplier la lame sans l’abîmer.

Combien de machines ont été vendus ?

J’ai conçu 2 modèles où plutôt 2 générations de Spin Machine. 10 appareils de la première génération ont été fabriqués et tous vendus. Pour la 2ième génération, 6 sont vendus. À partir de plans mécaniques, des soumissions sont envoyées dans différentes usines de fabrication. La compagnie choisie fabrique les pièces, par la suite, je fais le montage et les ajustements nécessaires, j’ai l’entière responsabilité.

Spin_machine_01

Spin Machine première génération

Spin_machine_02

Spin Machine deuxième génération

Avez-vous été copier par d’autres fabricants ?

Plusieurs pays l’ont copier, le premier a été l’Italie par la suite l’Australie, la Chine et la Corée.

Quels est l’avis des patineurs face à votre invention ?

Peu de temps avant les Olympiques de 2002, Éric Bédard a fait l’essai de mon appareil. Il a été enchanté par la vitesse d’exécution ainsi que par la résistance, la qualité de courbure, la rigidité et le peut de vibrations que cela apportait à sa lame. Il a été le porte étendard de mon appareil. Initialement cette innovation devait toucher les clubs ayant peut d’expertises dans le pliage de lames. Cependant, ce sont surtout les clubs de haut niveau « Clubs nationaux » qui en font l’utilisation. Le Canada, la Chine, l’Angleterre, la France, les États-Unis, la Roumanie, l’Hongrie, la Bulgarie et la Hollande.

Propos recueillis par Jean-Michel Lachance

Source : www.speed-skating.net

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.