Désignation des lauréats du concours pour jeunes scientifiques


De jeunes chercheurs en herbe issus des quatre coins de l’Europe sont venus chercher leur prix le 27 septembre lorsque les noms des lauréats du concours de l’Union européenne pour jeunes scientifiques ont été annoncés. Les trois premiers prix ont été attribués à des projets de dégivrage pour l’aviation, de courbes de vol de balles de tennis de table et de nouveau potentiel des ß-bloquants.

Le commissaire européen en charge de la science et de la recherche, Janez Potocnik, a adressé ses félicitations aux lauréats: «La science n’a pas de frontières, ni de limite d’âge. Ce que nous avons vu aujourd’hui illustre l’esprit d’innovation et de quête des jeunes. Je présente toutes mes plus sincères félicitations à tous les participants à ce concours et, bien sûr, aux lauréats. J’espère que vous continuerez tous d’éprouver le frisson de l’invention et de la découverte, votre vie durant».

Les gagnants ont été choisis parmi 120 jeunes scientifiques, âgés de 15 à 20 ans, en provenance de 33 pays. Le professeur Jane Grimson du Trinity College de Dublin a présidé le jury chargé de sélectionner les vainqueurs.

Du montant global de 28 500 euros, les trois équipes gagnantes ont reçu chacune 5 000 euros à titre de premier prix. Voici les noms des lauréats :

Michael Kaiser et Johannes Kienl d’Autriche ont été récompensés pour le développement d’un tout nouveau système de dégivrage pour l’aviation. Le système peut être utilisé afin de dégivrer toutes les surfaces portantes importantes dans l’aviation et les centrales éoliennes et peut être attaché aux ailes des avions, aux roues stabilisatrices verticales et horizontales ainsi qu’aux rotors des centrales éoliennes. Une couche de métal chauffé expansible est utilisée afin de repousser la glace des ailes de l’avion, de sorte que la chaleur et le courant ne sont nécessaires que lorsque la glace existe – et c’est en cela que le système diffère des systèmes de dégivrage traditionnels. Les systèmes conventionnels exigent en effet un chauffage permanent, même lorsque l’avion se trouve dans une zone de danger.

Les inventeurs ont tous deux 19 ans et déclarent vouloir devenir «pilotes».

Alexander Joos et Johannes Burkart d’Allemagne, âgés respectivement de 19 et 20 ans, ont également reçu un prix de 5 000 euros pour leur projet de courbes de vol de balles de tennis de table. Tous deux ont l’intention d’opter pour une carrière dans la physique.

Le tennis de table est l’un des sports les plus rapides au monde, mais les professionnels sont en mesure de placer les balles précisément sur l’angle de la table, ainsi que d’appliquer un effet accéléré. Le projet constituait une tentative visant à comprendre et à simuler la courbe d’une balle en vol. Les jeunes scientifiques ont commencé par procéder à l’analyse via un ordinateur des balles sortant d’une machine d’entraînement. Ensuite, ils ont comparé les expériences de courbes de vol et les simulations de trajectoires et, enfin, ils ont imité des situations réelles de tennis de table.

Le dernier lauréat du premier prix est Tomasz Wdowik (19 ans), de Pologne, qui l’a reçu pour son projet de «Synthesis of 1-(7 -methoxy-1H-indol-4-yloxy)-3-[2-(methoxyphenoxy) ethylamino]propan-2-ol, potential ß-adrenoreceptor antagonist».

Les maladies cardiaques sont une des principales causes de mortalité en Europe. Une méthode pour combattre ces maladies consiste à traiter les patients à l’aide de ß-bloquants, y compris le propanolol et le métoprolol. Wdowik a effectué une synthèse chimique organique complexe d’un nouveau composant qui pourrait venir agrandir la famille des ß-bloquants. Il a également fourni une description du fonctionnement des ß-bloquants connus.

Des scientifiques d’Allemagne, de Pologne et de Hongrie ont partagé le deuxième prix (3 000 euros) pour des projets sur les binaires spectroscopiques, la transformation géométrique et le programme apoptose. Les troisièmes prix (1 500 euros) ont été attribués à des chercheurs de Bulgarie, d’Irlande et de République tchèque pour des projets sur des méthodes de mesure, un indicateur d’altération alimentaire et des changements dans les couleurs de la feuille de blé.

En outre, un certain nombre de concurrents ont remporté des visites tous frais payés à l’Office européen des brevets (OEB), à l’Umeå Plant Science Centre et à chacun des sept membres du EIROforum :

– CERN – laboratoire européen de physique des particules ;
– EFDA – accord européen pour le développement de la fusion ;
– EMBL – laboratoire européen de biologie moléculaire ;
– ESA – Agence spatiale européenne ;
– ESO – Observatoire européen austral ;
– ESRF – installation européenne de rayonnement synchrotron ;
– ILL – institut Laue-Langevin.

Source : cordis.europa.eu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.