Article de presse

Foule expérimentale


Vous rêvez d’un produit qui n’existe pas encore ? Grâce au « crowdsourcing », vos désirs seront bientôt en ligne. Démonstration.

« Il suffirait d’inventer un machin ou un truc qui permettrait de » : la phrase classique d’une desperate housewive, tendance mère de famille au bord de la crise de nerfs qui n’arrive pas à gérer l’une de ces petites contrariétés du quotidien. Du genre : pourquoi le gamin met-il toujours la chaussure droite au pied gauche et inversement ? Ou : pourquoi la gamine laisse-t-elle systématiquement la moitié de ses tartines dans la boîte du même nom ? Alors oui, il suffirait de soumettre l’idée lumineuse à un fabricant de gadgets en tout genre et d’attendre patiemment que le produit miracle arrive enfin sur le marché. Pour souffler un peu. Mais cela prendra du temps et les enfants risquent de devenir grands. Donc ?

L’autre option consiste à se lancer carrément dans l’aventure, de façon cocasse dans un premier temps, et finalement de manière hyperprofessionnelle dans une seconde phase. A l’instar de Tamara Monosoff devenue, malgré elle, fondatrice et directrice de la société « Mom Inventors » (« Les mamans inventrices »). Sur son site www.mominventors.com, cette mère de famille clairvoyante assiste désormais toutes celles qui veulent améliorer la vie quotidienne de millions de femmes par le biais de leurs petites inventions bêtes comme chou. De la production à la vente d’un nouveau produit, en passant par le marketing et la promotion, elle veille ainsi à propulser une chouette idée « qui aurait dû rester strictement familiale » dans la grande communauté de mamans un peu moins désespérées.

Car Tamara Monosoff entend partager son savoir-faire. Flash-back : en 2003, cette Américaine, qui travailla jadis dans les services administratifs de la Maison Blanche, élève son bambin et cherche surtout un nouvel emploi. Comme n’importe quelle maman du monde, elle s’amuse puis se désole devant le spectacle cent fois répété de son enfant qui déroule, avec jubilation, le rouleau de papier toilette. Pour arrêter ce gaspillage systématique, elle bricole alors une espèce d’élastique qui freine considérablement le déroulé du papier (judicieux !) et qui suscite rapidement la convoitise de ses copines. Conquérante, elle dépose le brevet de son invention, lance le processus de fabrication et finit par commercialiser ce « TP Saver » (« Economiseur de papier ») en grandes surfaces. Bingo ! Le gadget se vend comme des petits pains et booste surtout les projets ambitieux de Tamara.

Son raisonnement est simple : si sa propre invention a séduit d’autres mères, elle pourrait être elle-même conquise par les petites trouvailles d’autres mamans ingénieuses. Pourquoi ne pas créer dès lors une véritable communauté de « mom inventors » où chaque « maman inventrice » serait épaulée dans son processus créatif ? Re-bingo ! Quelques semaines à peine après son lancement, le site www.mominventors.com génère un trafic intense et multiplie rapidement les produits « faits mère » sur sa boutique en ligne. Autocollants spécifiques pour distinguer les chaussures droite et gauche, visières pour couper les cheveux des enfants sans leur chatouiller systématiquement le visage, formes en plastique pour faire facilement des tartines sans croûtes. Les inventions sont nombreuses, bon marché et souvent bon enfant. Évidemment.

Au-delà de l’audace de la démarche, c’est l’idée de la communauté qui triomphe finalement à travers cette nouvelle tendance de consommation. Créés par des mamans pour des mamans, les produits mis en vente sur ce site spécialisé jouent avant tout sur la notion d’un label de qualité développé par des consommateurs (ici des consommatrices) et non plus par des producteurs invisibles. Ce courant, d’ores et déjà qualifié de « crowdsourcing » par les anglophones (et que l’on pourrait traduire par « approvisionnement par la foule ») semble, en effet, être de plus en plus prisé. Dans la foulée des phénomènes YouTube, MySpace et autres Wikipédia qui reposent essentiellement sur la notion du partage, cette tendance invite l’internaute à faire preuve lui-même de créativité et de savoir-faire pour apporter des solutions à ses semblables, imaginer de nouveaux produits et faciliter ainsi la vie de tout un chacun. A suivre : l’expérience www.crowdspirit.com où des fanas de high-tech imagineront, développeront et commercialiseront bientôt, seuls, de nouveaux gadgets électroniques grand public. Car pour eux aussi, « il suffisait de »

Auteur : Frédéric Brébant

Source : www.levif.be

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.