Article de presse

Comment favoriser le retour des chercheurs français


Valérie Pécresse a annoncé, dans un entretien au quotidien le Figaro du 16 octobre, les différentes mesures qui seront mises en œuvre par l’État pour mettre un terme à la « fuite des cerveaux ». La ministre est par ailleurs revenue sur le rôle primordial de l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le développement de la recherche française.

« A l’heure où la France traverse une conjoncture difficile, le Gouvernement a choisi de donner la priorité à la recherche et à l’innovation », rappelle Valérie Pécresse en préambule de l’entretien. Pour ce faire, l’attractivité des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche sera renforcée en 2009 à travers plusieurs mesures :

– la reconnaissance du doctorat comme une première expérience professionnelle afin « d’attirer les talents vers ces métiers » de l’enseignement supérieur et de la recherche ;

– la revalorisation des débuts de carrière des maîtres de conférence : leur rémunération augmentera ainsi de 12 à 25 % ;

– une distinction pour « les 130 jeunes enseignants-chercheurs les plus prometteurs » : une chaire de cinq ans, dotée d’une prime annuelle et d’un capital pour leurs recherches, leur sera offerte.

Par ailleurs, pour agir en faveur du retour sur le territoire des chercheurs français, Valérie Pécresse a demandé à l’Agence nationale de la recherche (ANR) de « lancer en 2009 un programme « Retour post-doc » pour une quinzaine de lauréats » : ceux-ci bénéficieront chacun de financements allant jusqu’à 600 000 ou 700 000 euros sur trois ans et disposeront ainsi des moyens pour « constituer une petite équipe et développer un projet de recherche ».

Dans le cadre de la réforme des universités, l’ANR se verra confier de nouvelles missions. A cet effet, Valérie Pécresse a rencontré des directeurs de laboratoire, le 16 octobre. L’agence sera chargée de :

– financer une part des priorités définies par le Gouvernement, telles les nouvelles énergies, la santé ;

– favoriser les partenariats entre les laboratoires publics de recherche et les entreprises ;

– financer l’excellence et la créativité pure dans le cadre des « programmes blancs » :  il s’agit de financer le projet qu’un chercheur « a lui-même défini, si son excellence est reconnue par ses pairs ».

Valérie Pécresse a annoncé qu’elle augmenterait de 25 % la part de ces programmes blancs.

Enfin, pour définir une stratégie globale, la ministre a indiqué qu’un « document de référence pour les cinq ans à venir » serait élaboré avec l’ensemble de la communauté scientifique, les acteurs économiques et les représentants de la société civile » : celui-ci « permettra de mieux hiérarchiser les priorités, d’allouer efficacement nos crédits et de garantir aux chercheurs une visibilité à moyen terme ».

Auteur : CD

Source : www.universalpressagency.com

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.