Non classé

Intelligence économique : « la guerre sans image ni visage »


Député du Tarn et spécialiste de la « guerre sans image ni visage » qu’est l’intelligence économique, M. Carayon était l’invité des entreprises ariégeoises, afin de les mobiliser sur un sujet aussi sensible que d’actualité.

« Par intelligence économique, on entend l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de diffusion de l’information utile aux acteurs économiques. C’est à dire obtenir l’information dont ont besoin les entreprises pour élaborer et mettre en œuvre de façon cohérente leur stratégie, dans le but d’améliorer leur position dans un environnement concurrentiel ».

Voici, définie par le président de la CCI ariégeoise Paul-Louis Maurat, ce qu’est ce concept longtemps méconnu en France. Spécialiste reconnu du sujet, le député tarnais Bernard Carayon, vieil ami de M. Maurat par ailleurs, y voit une « guerre sans image ni visage » menée dans le cadre d’une globalisation qui n’a pas amené l’ère de prospérité mondiale attendue à la chute du Mur de Berlin.

« Elle se joue essentiellement sur les marchés stratégiques de la défense, de l’énergie, de la santé, des TIC, de l’aéronautique et du spatial, et fausse complètement la concurrence pure et parfaite ».

D’autant que l’émergence d’acteurs tels que les fonds souverains ou certaines ONG compliquent la partie d’échecs, tandis que l’Europe resterait naïvement accrochée aux dogmes libéraux : « on ne peut pas considérer qu’une entreprise de biscuits et une entreprise de l’énergie ont la même importance stratégique ».

La protection – le terme n’est pas employé, mais le député UMP a plaidé par le passé pour une forme de patriotisme économique – des grands secteurs pointés par M. Carayon ne concerne pas que les grands groupes, « les PME et TPE de ces secteurs sont aussi concernées.

Les Américains, par exemple, étudient en permanence quelles entreprises seraient intéressantes à racheter ». Et dans un contexte de crise qui a grandement fragilisé la valeur des sociétés françaises, lesquelles deviennent des proies pour les fonds étrangers, la création d’un fonds souverain français, décidée le 23 octobre par le Président de la République, « est extrêmement importante ».

Et l’élu tarnais de plaider pour qu’au niveau européen, les dérogations à la libre circulation des personnes et des biens « limitées aujourd’hui aux secteurs de la défense et de l’ordre public » « soient étendues aux activités stratégiques ».

Les entrepreneurs ariégeois ont donc pu être sensibilisés à cette cause, qui est celle de la maîtrise de l’information. D’aucuns commentateurs voient dans l’intelligence économique une forme d’espionnage industriel par des moyens légaux. Mais il s’agit, bien sûr, d’abord d’une stratégie défensive pour éviter tout piratage d’informations sensibles ; à ce titre, la présence de Valéry Comte, délégué régional de l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI), a permis de rappeler les fondamentaux de la protection des process et savoir-faire.

Par ailleurs, Martine Boutary, responsable du Master « Intelligence Économique » à l’ESC Toulouse, a présenté la phase plus « offensive » de l’intelligence économique, celle qui peut être mise en œuvre dans le cadre du développement d’une société : intégration du concept dans la culture d’entreprise, mise en place de systèmes d’information et de veille, appréhension des repères internationaux, des procédures de lobbying.

Source : www.gazette-ariegeoise.fr

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.