« Netbook », un terme protégé à utiliser avec précaution


Le constructeur Psion Teklogix avertit des sites Web qu’ils ne peuvent pas utiliser ce vocable sans son accord. La société en revendique la paternité.

C’est devenu un terme générique pour désigner des ordinateurs portables basiques, pas trop chers et pas trop gros : « netbook ». Dans la foulée d’Asus et de son Eee PC, la plupart des fabricants d’ordinateurs se sont installés sur ce segment porteur. Du coup, presse spécialisée, sites Web (01net. inclus) et blogs en parlent beaucoup… et cela risque de leur poser problème.

Le constructeur Psion Teklogix revendique en effet la paternité du terme « netbook », qu’il aurait déposé. Un cabinet d’avocats spécialisé dans la propriété intellectuelle, Origin, agissant pour le compte de Psion, adresse des courriers à des sites Internet les enjoignant de ne plus utiliser le mot.

C’est le blog jkOnTheRun, spécialisé dans l’actualité des appareils portables, qui a révélé la chose en produisant une de ces lettres, le 23 décembre dernier. Psion y affirme ainsi avoir déposé « netbook » aux États-Unis, au Canada, en Europe, à Singapour et à Hongkong. Par conséquent, toute reprise de ce mot devrait être soumise au préalable à l’autorisation du constructeur. Le site qui a reçu la lettre, datée du 23 décembre, a jusqu’à mars 2009 pour supprimer « netbook » de son vocabulaire…

Un « organiseur » lancé en 2000

Psion a en effet lancé, en 2000, un produit appelé Psion Netbook Pro. Il s’agissait en fait plutôt d’un organiseur (sans OS) que d’un petit ordinateur, équipé d’un écran de 7,7 pouces et destiné à un usage professionnel, créneau dans lequel le constructeur est spécialisé. Le produit n’est plus commercialisé depuis plusieurs années, mais on peut encore en trouver d’occasion sur les sites d’achat-vente entre particuliers. Il est également référencé sur une page du site de Psion, à la rubrique « Produits retirés du marché ».

Le cabinet Origin a, cela dit, tenu à clarifier son action dans une lettre adressée à jkOnTheRun. Il dit viser essentiellement les sites qui tirent un profit financier du mot « netbook », à savoir des revendeurs et des fabricants. 95 % des lettres ont été expédiées à ce type d’acteurs. Ce qui n’empêche que 5 % des lettres ont quand même été adressées à des sites Web. Mais à des sites qui affichent des publicités ou des liens sponsorisés (donc générateurs de profits) incluant le terme.

Journalistes et blogueurs non visés… en principe

En revanche, tout site écrivant le mot dans un article, un post, un commentaire, sans autre intention que de relayer une information et sans intérêt commercial sous-jacent, pourra continuer à le faire. « Journalistes et blogueurs sont bien obligés d’utiliser un mot pour désigner cette nouvelle catégorie d’ordinateurs portables ultra low cost », reconnaissent les avocats d’Origin, avant d’ajouter quand même qu’ils préféreraient « qu’ils n’utilisent pas le mot « netbook » maintenant qu’ils sont au courant que le terme est déposé »…

Les choses sont donc claires : il n’y aura pas de poursuites judiciaires contre la presse et les blogs pour un « netbook » écrit dans un article. En revanche, gare à eux s’ils laissent traîner une publicité comprenant le mot fatal…

Auteur : Arnaud Devillard

Source : www.01net.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.