Le Sénégal va abriter des Centres d’appui à la technologie et à l’innovation


Grâce à l’appui de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi), le Sénégal va abriter les premiers Centres d’appui à la technologie et à l’innovation (Cati). Ces instituts devront permettre à notre pays de disposer de solutions techniques et scientifiques modernes afin de répondre aux nombreuses préoccupations dans les activités économiques et sociales.

L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi) a choisi le Sénégal pour l’installation ses premiers Centres d’appui à la technologie et à l’innovation (Cati) en Afrique. C’est avec l’appui de l’Agence sénégalaise pour la propriété industrielle et l’innovation technologique (Aspit), qui a organisé, hier, un séminaire de formation des formateurs sur ces instituts de recherche. Ces centres devront offrir différents services tels que les conseils en propriété industrielle, l’évaluation de l’invention sous l’angle de la viabilité économique et de la faisabilité technique ou par rapport au cadre juridique dans lequel l’invention devra fonctionner. Ils aideront aussi l’inventeur ou le chercheur à établir un plan de commercialisation avec lequel on peut attirer plus facilement les investisseurs et les fabricants.

Pour Ituku Elangi Botoy, représentant de l’Ompi, la finalité du projet Cati est d’élever le niveau des connaissances techniques et scientifiques dans les pays en voie de développement et les moins avancés membres de l’Ompi afin qu’ils puissent réduire les écarts qui existent entre eux et les pays industrialisés. M. Botoy soutient que le Cati constitue un rattrapage de l’histoire dans la mesure où il met à la disposition de l’Afrique les mêmes solutions techniques et scientifiques dont elle était privée, y compris les solutions modernes. Ilse dit convaincu que grâce à ces centres, le Sénégal pourrait renforcer sa base technologique et scientifique à partir de laquelle il peut se lancer à la conquête de toutes les sciences. Notre pays, par ce mécanisme, pourrait également, d’une part, augmenter la qualité  et la quantité de ses produits manufacturiers afin d’approvisionner suffisamment son propre marché intérieur. Et, d’autre part, assurer sa compétitivité sur le marché régional et international. Ce qui favoriserait la création des emplois et l’élévation des niveaux de vie de la majorité de la population sénégalaise.

Selon Mamadou Baïdy Gaye, représentant du ministre des Mines et de l’Industrie, cet appui de l’Ompi a permis au Sénégal d’installer le projet Cati et de pouvoir ainsi disposer d’un outil efficace de diffusion instantanée de l’information scientifique et technique contenue dans les bases de données. Il regrette, toutefois, le peu de ressources financières allouées par les pays africains à la recherche. De son côté, Makhtar Dia, directeur général de l’Agence sénégalaise pour la propriété industrielle et l’innovation technologique (Aspit), souligne que les Cati vont permettre aux innovateurs d’avoir accès à des prestations locales de services d’informations technologiques de qualité et d’autres services connexes.

Auteur : Abdou DIAW

Source : www.lesoleil.sn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.