A. Avrial : l’inventeur revélois méconnu


jean-paul_calvet_2014

Jean-Paul Calvet raconte la trépidante vie d’Augustin Avrial.

Forte du succès remporté lors des célébrations du Centenaire 1914, la Société d’Histoire de Revel/Saint-Ferréol ne se repose pas pour autant sur ses lauriers. En cette fin d’année, l’association de passionnés d’histoire locale sort deux nouvelles publications dans sa collection «Lauragais-Patrimoine». La première, signée Francis Pujol revient sur le parcours du docteur Félix Carrade : infirmier sur le front de 1914-1918, médecin militaire puis médecin généraliste lors de son installation en 1926, à Revel ; ville dont il fut maire lors de la période trouble de 1940-1945. Ensuite, c’est le président de la Société d’Histoire qui s’est penché sur la trépidante vie d’un Revélois méconnu : Augustin Avrial ; un «communard inventif». Né en 1840, fils du forgeron de la route de Soréze (actuellement devenu un commerce de vins), dans le quartier de La Barque, Augustin Avrial était resté inconnu de la plupart des historiens. Et pourtant, dans sa vie mouvementée par les conflits sociaux, les soubresauts d’un second empire agonisant, d’une troisième République instable, il s’est illustré maintes fois comme un important activiste politique et syndicaliste.

Augustin Avrial a été de tous les combats politiques du monde ouvrier de cette époque et a été un fondateur et sociétaire actif de diverses organisations ouvrières dont la plus importante a certainement été l’Association Internationale des Travailleurs (AIT). Toujours en première ligne dans cette grande histoire de la fin du XIXe siècle, il a connu les plus grands : Clémenceau, Garibaldi, Gambetta, Louise Michel, le général Boulanger, Victor Hugo, Marx, Bakounine…

Directeur de l’Artillerie lors de la Commune insurrectionnelle de Paris en 1871, membre du Comité de l’Hôtel de Ville durant les événements il a réussi de justesse à échapper aux grandes purges de Thiers. Courageuses auront été ses actions lors de la «Semaine Sanglante», il se portera avec le 66e bataillon dès le premier jour à la défense des quartiers ouest de Paris. Il aura tenu jusqu’au dernier jour et sera présent lors du suicide de Delescluze. Réfugié en Angleterre, en Belgique, en Alsace occupée, en Suisse, il a continué la lutte politique et syndicale en développant et tentant d’imposer sa logique démocratique, républicaine et ses valeurs humanistes.

Inventeur de la machine à coudre et du motocycle

Augustin Avrial est aussi un inventeur de talent, un organisateur, un créateur d’entreprise. Il va inventer une des premières machines à coudre, un motocycle à pétrole, un triporteur à moteur, des locomobiles, un immense ballon ascensionnel… Il se lance aussi dans les projets du métro parisien et soutient l’idée d’un métro aérien. Il se spécialise pour les tramways électriques. «Lors de l’Exposition Universelle de Paris de 1889, il aide Gustave Eiffel en coordonnant plus de 60 corps de métiers pour bâtir la Tour Eiffel et plusieurs bâtiments de cette exposition. Son activité politique lui prenait beaucoup de temps et, durant toute sa vie, il ne s’est jamais enrichi. Ses idéaux étaient d’un autre ordre», confie Jean-Paul Calvet. Dans l’Étoile française, A. Becquet décrit Augustin Avrial : «… Un des rares hommes de la Commune qui se sont jetés dans le mouvement socialiste avec la plus entière bonne foi et dont la politique exagérée n’était pas causée par l’ambition personnelle mais par la conviction…».

Jean-Paul Calvet et Francis Pujol dédicaceront leurs livres, ce dimanche 7 décembre, au point d’infos touristiques du Beffroi, lors du marché de Noël.

Auteur : Émile Gaubert

Source : http://www.ladepeche.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s