Cicret, la start-up française qui a inventé le smartphone virtuel


cicret_2014

La petite entreprise a séduit un investisseur indien grâce à une vidéo postée sur le compte Facebook par un illustre inconnu.

L’histoire de Cicret est pour le moins rocambolesque. Elle fleure bon le conte de fée moderne. Pour la start-up française, le Père Noël est un investisseur indien, arrivé avec une somme conséquente dans sa hotte. De quoi sauver Cicret d’une issue fatale à laquelle la petite entreprise ne semblait pas pouvoir échapper. Et plonger toute l’équipe – soit quatre personnes – dans un état proche de l’euphorie.

L’affaire commence avec un bracelet connecté pas tout à fait comme les autres. L’idée de départ des fondateurs de Cicret était d’intégrer le cloud personnel de chacun dans un bracelet. Une façon de bien identifier l’endroit où sont stockées les données personnelles. De fil en aiguille se pose le problème de l’écran. Au lieu de l’intégrer au bracelet, les fondateurs de Cicret ont la bonne idée de projeter l’écran sur le poignet. Le bracelet est équipé d’un pico-projecteur qui affiche les informations sur le bras de l’utilisateur. Des capteurs de mouvements permettent d’identifier les gestes effectués, et le tout fonctionne comme un ordinateur ou un smartphone.

Pour financer son projet, Pascal Pommier, fondateur de Cicret, décide de lancer une campagne de financement participatif sur Indigogo en septembre. Quelques jours plus tard, pris d’un doute, il stoppe tout. «Une levée de fonds sur Indigogo implique une livraison du produit. Or, nous n’étions pas sûrs d’avoir suffisamment de précommandes pour pouvoir lancer la production. J’ai préféré arrêter et rembourser», relate Pascal Pommier. La marche arrière lui coûte en plus la commission qu’il a dû verser à Indigogo..

Un sauveur indien

Le miracle arrive quelques semaines plus tard. Tandis que le projet survit, le 20 novembre, un anonyme poste sur son compte Facebook la vidéo réalisée par Cicret pour présenter son bracelet. Elle est vue 4 millions de fois. La machine s’emballe et les propositions de financements et même de rachat de la société affluent. Pascal Pommier peut s’offrir le luxe de choisir son partenaire financier : il est indien. «Il nous a apporté les fonds pour réaliser les prototypes et démarrer la production dès l’année prochaine», ajoute Pascal Pommier, qui espère pouvoir faire fabriquer une grande partie de son bracelet en France. Il a déjà conclu un accord avec un fabricant de silicium.

Parallèlement Cicret continue de faire évoluer son application. Elle permet notamment de sécuriser un téléphone portable et d’en crypter les données pour qu’elles ne soient pas identifiées. Il est aussi possible d’effacer un mail après l’avoir envoyé. L’app a été téléchargée plus de 11.000 fois. Elle est disponible sur Google Play et le sera bientôt sur l’AppStore. Cicret a parié sur un modèle fremium : elle est gratuite, mais certaines fonctionnalités avancées sont payantes.

La vidéo de présentation du bracelet Cicret : Sur YouTube

Auteur : Elsa Bembaron

Source : www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s