Canada / Un inventeur veut réduire le coût de l’électricité de 35%


Après des années de recherche et développement, les moteurs Arel tenteront de révolutionner la production mondiale d’électricité, rien de moins.

Son inventeur est Richard Arel, l’ancien propriétaire de l’aire de services du Madrid, situé sur le bord de l’autoroute 20. Dès janvier, il tentera de s’associer à une entreprise asiatique qui accepterait de construire et mettre en marché son invention.

Selon lui, son concept de moteur à effet multiplicateur permettra de produire une grande quantité d’énergie sans combustible fossile ou nucléaire.

Au départ, son but était de mettre en place un système peu coûteux capable de dessaler l’eau de la mer.

Aujourd’hui, il compte s’associer à des fabricants de moteurs qui lui permettraient d’adapter son concept et de le vendre. Il rêve maintenant de fournir en électricité les résidences et les voitures du Québec et d’ailleurs. «Mon but est de réduire le coût d’électricité de 35 % d’ici sept à huit ans», lance-t-il.

Une cinquantaine de brevets

Depuis une quinzaine d’années, M. Arel a expérimenté dans son garage de Sainte-Eulalie plusieurs formes d’énergie : éolienne, solaire, aimant permanent, force de flottaison, etc.

Il possède une cinquantaine de brevets. Tous mettent en valeur une solution durable. «Sauver la planète, ça passe par les moteurs Arel», est convaincu cet homme qui vise le marché international.

M. Arel déplore qu’en Chine et en Inde, respectivement 80 % et 68 % de l’électricité sont actuellement produits à partir de charbon, ce qui est très nocif pour l’environnement.

Nouveau site Web

Son nouveau concept, qui porte sur la force de levier en rotation, sera expliqué sur le site www.moteurarel.com, qui sera mis en ligne le 19 janvier prochain. «Il sera traduit en plusieurs langues», ajoute M. Arel.

Par le passé, cet inventeur a tenté en vain de commercialiser le fruit de ses recherches.

Or, c’est la première fois, dit-il, que son nouveau système sera dévoilé au grand jour. Il y a quelques mois à peine, M. Arel effectuait encore les derniers ajouts au brevet.

Auteur : Caroline Lepage

Source : www.journaldemontreal.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s