Je suis Charlie : l’inventeur du slogan s’oppose à son exploitation commerciale


je_suis_charlie_logo

Le logo «Je suis Charlie», trois mots en blanc et gris sur fond noir reprenant la typographie de l’hebdomadaire satirique, est l’objet depuis plusieurs jours de nombreuses tentatives d’exploitation mercantile.

Joachim Roncin, l’inventeur du slogan Je Suis Charlie, cherche des parades pour éviter toute exploitation commerciale d’une formule qui a fait le tour du monde.

Pas touche à «Je suis Charlie». L’inventeur du slogan qui a fait le tour du monde depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, le designer Joachim Roncin, fait savoir qu’il étudie les moyens d’action pour faire cesser toute exploitation commerciale. «Joachim Roncin va se baser sur son droit d’auteur pour tenter de maîtriser la diffusion et pour essayer de conserver le message initial intact», explique son avocate, Me Myriam Witukiewicz-Sebban.

Juste après l’attaque contre le journal qui a fait douze morts mercredi en fin de matinée, le hashtag #jesuischarlie a commencé à faire tache d’huile sur Twitter, de même que le logo composé de trois mots en blanc et gris sur fond noir, à la typographie semblable à celle du nom du journal. C’est Joachim Roncin, directeur artistique et journaliste musique au magazine gratuit Stylist, qui a publié sur son compte @joachimroncin ce logo peu après l’attentat et qui en revendique la paternité.

Mardi, Le Parisien écrivait que près d’une soixantaine d’affairistes avaient adressé à l’Institut national de la protection intellectuelle (INPI) une demande de «marque déposée» pour le slogan «Je suis Charlie». Une sollicitation si massive et soudaine que l’INPI a dû y réfléchir avant de rejeter finalement toutes les demandes : «Ce slogan ne peut pas être capté par un acteur économique du fait de sa large utilisation par la collectivité», précisait l’organisme.  Roncin lui même a démenti avoir envisagé de déposer le slogan pour éviter cette exploitation commerciale, ce qui avait été écrit par erreur.

«C’est très étrange ce qui est en train de se passer, ça me dépasse totalement», confait le journaliste interrogé sur cette reprise mondiale. Il disait être depuis extrêmement sollicité sur Twitter mais trouvait un peu «bizarre» d’être devenu «une sorte de représentant de l’effroi». «Je n’avais pas beaucoup de mots pour exprimer toute ma peine et j’ai juste eu cette idée  parce que notamment, je lis beaucoup avec mon fils le livre « Où est Charlie », ça m’est venu assez naturellement.» «Ce que je voulais dire, c’est que c’est comme si on m’avait touché moi, je me sens personnellement visé, ça me tue, quoi», a expliqué ce professionnel de l’image, qui trouvait «logique de reprendre la typographie de Charlie, le logo».

Dès vendredi, on estimait que le hashrag Je suis Charlie avait déjà été twitté 5 millions de fois. Très vite, Joachim Roncin avait déjà mis en garde contre toute utilisation commerciale de son «œuvre» planétaire.

Source : www.leparisien.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s