Un autodidacte au service des campeurs


Un autodidacte qui met au point un produit qu’aucun ingénieur n’avait imaginé, c’est déjà peu banal. Mais qu’il s’initie, pour y parvenir, aux délices (!) de « l’analyse spectrale de puissance », c’est encore plus original. C’est pourtant la belle histoire d’un jeune Bellifontain de 23 ans qui n’avait aucune notion de programmation informatique et encore moins de photométrie (science de la lumière, NDLR) mais qui, par passion pour le camping, n’a pas hésité à s’initier à ces différentes techniques au point d’en devenir un expert et de révolutionner la façon dont on concevait la cuisson nomade.

Les jours du fameux bleuet sont comptés.

Tout est parti d’une boutade entre copains de randonnée: les compagnons de ballade de notre inventeur le raillaient régulièrement sur sa manie de faire appel à son IPad pour résoudre tous les menus problèmes de la randonnée. « Qu’il s’agisse d’indiquer à mes potes l’altitude où nous étions, le meilleur moment pour chausser les crampons au niveau météo ou la distance qui nous séparait du gîte, je faisais toujours appel à ma tablette pour avoir réponse à tout ».

Jusqu’au jour, inévitable, où l’un de ses acolytes mit au défi Jérémie Pisces de répondre avec son IPad à leur principale envie du moment : boire un café bien chaud en arrivant au gîte. « Il fait tout mais est-ce qu’il fait le café, c’est pas très original comme façon de se moquer mais je me suis à décidé à le prendre comme un défi : ringardiser définitivement le fameux bleuet ».

Jérémie Pisces, à peine rentré de randonnée, s’attaque au problème, dévore des quantités de livres dans la bibliothèque municipale et aboutit à une conclusion : on peut le faire ! Il nous explique : « C’est bien plus simple qu’on le croit : ce qui chauffe une casserole sur une plaque chauffante, c’est l’infrarouge et uniquement l’infrarouge. Toutes les plaques du commerce rayonnent bien d’autres choses que de l’infrarouge et c’est d’ailleurs pour ça qu’elles sont visibles à l’œil nu ». Intarissable sur le sujet, il continue : « Si les plaques chauffantes du commerce consomment autant, c’est parce qu’elles émettent toutes les longueurs d’ondes possibles au lieu de n’émettre que de l’infrarouge. C’est exactement le même problème, en sens inverse, que celui des ampoules à incandescence qui, au lieu de n’émettre que de la lumière visible, émettaient beaucoup d’infrarouge totalement inutile ».

A écouter Jérémie Pisces, on peine à croire qu’il était de son propre aveu le dernier de sa classe en physique! Au risque de perdre des lecteurs, suivons-le encore un peu dans ses explications : « Finalement, ma seule idée – mais j’ai été le premier à l’avoir – a été de me dire qu’avec la précision extraordinaire des écrans modernes, on pouvait peut-être arrêter ce gaspillage et concevoir des plaques chauffantes hyper-efficaces ».

La suite n’intéressera que les férus d’informatique : Jérémie Pisces met à profit les 16,7 millions de couleurs que permet le codage des images en 24 bits pour cibler une couleur extrêmement précise : comme le montre l’image de droite, toute la puissance lumineuse est réservé exclusivement à cette couleur aux dépens des 16.699.999 autres. « En clair, je focalise donc sur la seule longueur d’onde de 900 nanomètres toute l’énergie qui était auparavant éparpillée sur une largeur de bande cent fois plus importante. L’efficacité que j’obtiens n’a rien d’un miracle ! ». Puisqu’il le dit… Nous lui faisons confiance et publions sur l’image de gauche le « spectre » que rayonne une plaque de cuisson habituelle. On comprend bien, en effet, ce qu’il entend par « éparpillement » : l’énergie est totalement dispersée.

spectre-plaque_1

spectre-plaque_2

La première application (on s’en doutait !) est pour les campeurs et les voyageurs : que ce soit au sommet du Mont Blanc ou dans une rame bondée du TGV, l’application « Hot IPad » (10 euros sur Applestore et sur Googlestore) permet de réchauffer ou même de faire cuire (bien que ce soit plus long) votre déjeuner. Naturellement, la consommation d’énergie reste relativement importante et il est préférable d’avoir une batterie parfaitement chargée en début de cuisson. Mais réchauffer – et cuire ! – un plat en totale autonomie sans recourir aux traditionnelles cartouches « camping gaz » est une vraie révolution.

cuisson_ipad

Et cela nous amène à la nouvelle application dont rêve Jérémie Pisces : abolir totalement l’usage du gaz, non seulement en randonnée mais aussi en ville. « On ne peut pas parler de transition énergétique et laisser un foyer sur trois chauffer son diner avec un carburant fossile. En proposant des modèle plus grand, au format des plaques de cuisson habituelles, j’espère rendre écologique la totalité des cuisines de ce pays… ou pourquoi pas du monde d’ailleurs ». Suit un éclat de rire généreux et communicatif. Jérémie Pisces, malgré tous les livres qu’il a ingurgité, adore rire et n’est pas parti pour s’en priver de sitôt.

Auteur : JMD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s