L’idée de son jeu de société est née à La Flèche


luc_chanteloup_2016

Luc Chanteloup, inventeur du jeu (à gauche) et Jean-Luc Prou, fondateur de la société Lujees, basée à Sablé.

L’enseignant-chercheur Luc Chanteloup s’est plongé dans l’histoire des jeux à travers les siècles. Son invention, l’Abak, s’inspire de règles ancestrales et possède son berceau en Sarthe.

L’initiative

2 avril 2005, au Prytanée. L’espace Guillaumat est inauguré en grande pompe, en présence de Luc Chanteloup, fondateur, et de Pierre-Gilles de Gennes, Prix Nobel de physique. Au fil de la conversation, les deux scientifiques s’interrogent. À quoi pouvaient bien jouer les premiers hommes, il y a des milliers d’années ?

Une question innocente, source d’un projet marathon. « J’étais très curieux d’en savoir plus… Pendant huit ans, je me suis rendu dans les musées et j’ai parcouru les travaux et les études sur le sujet. L’envie est née, de créer un jeu à mon tour », raconte Luc Chanteloup. L’objectif : s’inspirer de tout ce qui avait existé avant, pour imaginer une version inédite, « made in Sarthe ».

Après plusieurs mois de recherches, un premier prototype, baptisé « Abak » est testé par les élèves du « bahut » et les étudiants en classe de mathématiques, à l’Université du Maine.

Une mécanique unique

La maquette est dévoilée au printemps 2015, lors d’un congrès de mathématiciens, au Mans, et soumise au verdict d’Ulrich Schädler, expert mondialement connu et conservateur du musée du jeu, en Suisse. « Il a conclu que la mécanique de ce jeu était bien unique au monde », précise Luc Chanteloup.

Reste à trouver un fabricant, capable de transformer le prototype en réalité. Lujees, la maison d’édition sabolienne qui pilote le projet, fait appel à la société Hex, dans l’Aude. « Nous tenions à ce que tout soit réalisé en France. On a fait fabriquer mille exemplaires, en prenant soin de marquer le lien d’Abak avec son berceau, la Sarthe », précise Jean-Luc Prou, éditeur.

Les clins d’œil au Mans sont de rigueur. « Le plateau du jeu est visible sur un pilier de la cathédrale et dans la peinture des anges musiciens. Il reprend la couleur de la pierre de roussard, répandue dans cette ville. »

Dévoilé lors de la 25e Heure du livre, le jeu Abak est désormais commercialisé dans le département. Deux cents exemplaires ont été écoulés en quelques semaines, auprès de différentes enseignes.

Un parcours du combattant. « Une boutique m’a répondu que sa centrale décidait et qu’elle ne prenait pas les fournisseurs locaux », explique Jean-Luc Prou. « Nous avons aussi sollicité les collectivités. Pour l’heure, c’est le silence radio. À force d’inertie, on tue l’innovation », s’indigne Luc Chanteloup.

Un obstacle qui ne devrait pas arrêter les deux amis. « Lujees réfléchit à la mise en place d’un réseau, qui favorise les connexions entre les porteurs de projets d’entreprises innovantes, de tous les secteurs ». Un projet qui pourrait voir le jour, dès 2017.

Contact : www.lujees.com

Auteur : Élisabeth PETIT

Source : www.ouest-france.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s