Article de presse

Coronavirus : un Gersois invente un accessoire pour des courses sûres


Pour éviter d’être contaminé par la Covid ou d’autres maladies au contact de chariots de supermarchés, un inventeur de L’Isle-Jourdain a imaginé des poignées spéciales en mousse médicale. Il cherche aujourd’hui à commercialiser cette création.

Franck Vergnac a inventé une poignée spéciale pour les chariots.

À l’heure où se désinfecter les mains est devenu une obligation à l’entrée des magasins, Franck Vergnac, un habitant de L’Isle-Jourdain, a jugé que les chariots des supermarchés n’offraient pas de garantie suffisante. Il a inventé ses propres poignées pour éviter toute contamination. « Actuellement, on trouve parfois des poignées en plastique, avec des clips, qui souvent se cassent, ou du carton. J’ai voulu créer un produit qui s’adapte à toutes les formes, qui dure et qui puisse se nettoyer. » Les grandes surfaces lavent régulièrement les poignées des chariots, mais qui peut se prétendre à l’abri, quand un contact suffit à la contamination ? En discutant avec son entourage, Franck Vergnac se rend compte d’un potentiel. Il a développé son produit, Poignéenet®, à l’Innoparc de la zone de l’hippodrome à Auch. Deux poignées en mousse spéciale, très solides, qui s’emboîtent sur le chariot et réduisent le contact.

Marché durable

« Les grandes surfaces ne proposent rien qui correspondent à cette demande », estime Franck Vergnac. Or, selon notre inventeur gersois, non seulement le problème de la Covid-19 est loin d’être résolu, mais le grand public est désormais très sensible aux questions sanitaires. Les poignées de chariot, le fait a été mis en lumière depuis le début de la pandémie, sont d’excellents vecteurs de contagion, même lorsqu’il n’y a pas une telle menace. « Des dizaines de personnes utilisent les chariots, on est parfois surpris par ce qui se retrouve sur les poignées ! » Une étude américaine de 2011 a démontré la présence de bactéries fécales, et pas les moins dangereuses, sur ces barres en plastique. « Quand on sait que 80 % des virus hivernaux passent par les mains, on se dit que prendre des précautions de manière plus fréquente n’est pas inutile, Covid ou pas. »

Franck Vergnac a entamé le démarchage des grandes surfaces du Gers et de la proche banlieue toulousaine. Il tente également de démarcher l’aéroport de Toulouse, pour les chariots à bagages. « Les grandes surfaces qui ont expérimenté les poignées, et leurs clients, ont trouvé l’objet très simple et efficace. » Il vend aussi sa trouvaille sur Internet (poigneenet.com) aux particuliers. Son ambition à présent : trouver un distributeur pour une mise en rayons.

Fabrication 100 % Sud-Ouest

Le produit qu’a imaginé Franck Vergnac se veut 100% français. L’entreprise qui fabrique les formes spéciales est basée près de Pau. « Ce produit utilise une mousse EVA, un matériau synthétique, qui a une durée de vie de plus de 3 ans, et qui offre l’avantage d’être hypoallergénique, lavable et non déformable. On s’en sert dans le milieu de la santé. » Le lot de deux poignées coûte 7,50€, qu’il s’agisse d’un modèle destiné à chariots plastique ou de celui qui s’adapte sur les poignées métal, type gare ou aéroport.

Auteur : Marc Centene – Source : www.ladepeche.fr

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.