Le financement des PME du secteur technologique


Un écart d’information demeure entre les administrations publiques qui s’attendent à une augmentation du nombre d’entreprises du secteur des technologies de pointe ou d’entreprises à croissance rapide (gazelles) et les investisseurs privés, dont l’attitude démontre qu’ils sont peu disposés à prendre des risques. En effet, aujourd’hui la valeur des entreprises à forte croissance n’est plus fondée sur les actifs matériels mais plutôt sur leur propriété intellectuelle et leur marque, que l’on nomme actifs immatériels.

La majorité des acteurs financiers ont de bonnes raisons d’être réticents à apporter des fonds à ces entreprises car :

– les dirigeants d’entreprise ont peu ou pas d’expérience professionnelle au tout début de la création de leur société ;

– les investisseurs manquent de compétence nécessaire à l’évaluation de l’applicabilité commerciale de la technologie ;

– les investisseurs ont des difficultés à évaluer les droits de propriété intellectuelle ou les actifs immatériels ;

– le moment de la commercialisation peut être très lointain et par conséquent le risque commercial proportionnellement plus élevé ;

– l’innovation est un secteur où les affaires impliquent des risques.

Bien qu’il soit largement reconnu que les actifs immatériels d’une PME apportent certains avantages compétitifs solides et génèrent une haute valeur ajoutée à travers :

– l’augmentation des recettes générées par de nouveaux produits et/ou la concession de licences sur des technologies ;

– établissement d’obstacles aux concurrents ;

– position plus forte sur le marché.

Les banquiers et les investisseurs ne parviennent toujours pas à considérer les actifs immatériels comme une opportunité plutôt qu’une proposition plus risquée. Les business angels sont perçus comme l’une des solutions à ce type de problème, car leur expérience entrepreneuriale et en matière de gestion peut leur apporter les connaissances suffisantes pour investir dans une entreprise disposant de peu de garanties matérielles et exposée à un risque commercial élevé. Leur rôle dans les économies européennes doit par conséquent être soutenu, notamment au niveau régional (voir les publications d’EBAN sur le rôle des administrations publiques dans le soutien aux business angels et les réseaux de business angels à l’adresse suivante : www.eban.org).

C’est pourquoi des campagnes de sensibilisation et des initiatives de formation doivent être promues afin d’éliminer les blocages créés par l’asymétrie de perception entre les entreprises et les investisseurs.

Des actions peuvent être entreprises par l’offre comme par la demande du cycle financier des PME. Par exemple, pour la demande, les dirigeants d’entreprise qui souhaitent lever des capitaux doivent comprendre l’importance de la propriété intellectuelle de leurs produits en tant qu’outil permettant de recueillir des fonds. Ils peuvent améliorer la présentation du contenu des DPI et l’évaluation des actifs immatériels dans leur plan d’affaires. Cela comprend une évaluation de la manière dont les actifs seront le mieux protégés ou commercialisés (redevances, brevets, avantages sur le marché, …). Des programmes de préparation aux DPI devraient être soutenus à l’avenir pour les entrepreneurs. En ce qui concerne l’offre, les banques, business angels, gestionnaires de capital d’amorçage et de capital risque doivent se familiariser davantage avec les méthodologies d’évaluation des DPI. Les administrations publiques devraient investir dans des centres de DPI fournissant tous les conseils et informations nécessaires concernant la protection, l’évaluation et la commercialisation des DPI.

Dans de nombreuses régions, les dirigeants d’entreprise n’ont pas pleinement conscience de l’avantage concurrentiel que procure la valorisation des différentes sources de leurs actifs de propriété intellectuelle (secrets d’affaires, droits d’auteur, dessins et modèles industriels, brevets, marques de commerce et marques, …) et de la manière dont ils peuvent intégrer ces actifs au plan d’affaires qu’ils présenteront à de potentiels investisseurs. Les centres régionaux de DPI peuvent s’impliquer dans toute préparation aux investissements ou intégrer un programme de financement en vue de faciliter la médiation entre les chefs d’entreprise et les investisseurs. Les agences de développement régional jouent un rôle dans la promotion de services disponibles dans ce domaine au niveau régional et destinés aux dirigeants d’entreprise situés dans la région.

Il est utile de noter que EBAN collaborera avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, l’ONUDI, la CEE-ONU et Meta Group en vue d’organiser une formation spéciale sur le rôle de la propriété intellectuelle pour lever des capitaux. Cette journée de formation illustre l’intérêt renouvelé de la communauté financière d’aborder l’absence de valorisation des actifs immatériels par les dirigeants d’entreprise et par conséquent la possibilité d’augmenter le nombre de sociétés à haute intensité de connaissances et financées au niveau européen à l’avenir. Cet événement aura lieu le 19 novembre à Genève, un jour avant le sixième séminaire de l’Université d’hiver d’EBAN à Genève sur divers aspects relatifs au financement du capital risque par des investisseurs informels.

Pour obtenir plus d’information, veuillez contacter :

– Christian Saublens, EURADA, info@eurada.org

– Claire Munck, EBAN, info@eban.org

– Marco Marzano de Marinis, Marco.Marzano@wipo.int

Auteurs : Christian Saublens, Executive Director of EURADA et Claire Munck, General Manager of EBAN

Source : www.ipr-helpdesk.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.