Article de presse

Le danger de ne pas exploiter sa marque


Attention, le fait de déposer une marque implique une obligation : celle de l’exploiter effectivement. A défaut, tout tiers qui souhaiterait exploiter cette même marque peut engager une action judiciaire en déchéance de marque et ce, afin de priver la marque déposée de toute protection.

Or la Cour de cassation vient de renforcer encore cette obligation en rendant un arrêt selon lequel la déchéance d’une marque déposée par une entreprise française peut être obtenue à la demande d’une entreprise n’exerçant aucune activité en France.

Rappelons qu’une marque se protège en France par un dépôt auprès de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI). Une fois l’enregistrement de la marque par les services de l’INPI devenu définitif, le déposant de la marque dispose de dix années de protection contre toute tentative d’exploitation en France de cette marque par un tiers. Le déposant disposera en effet d’une action en contrefaçon pour s’opposer à toute exploitation de sa marque.

L’arrêt que vient de rendre la Cour de cassation est intéressant car il précise les conditions de cette action en déchéance de marque (Cass. com., 24 juin 2014, n°13-16.374).

Les faits qui lui ont été soumis avaient été confirmés par la cour d’appel de Paris (CA Paris, pôle 5, ch. 2, 25 janv. 2013, n°12/03779). Une société française avait déposé auprès de l’INPI la marque « Flor Mar ». Au terme de la période de dix années de protection, la société française avait renouvelé sa marque pour une même période. Cette marque était donc protégée en France contre toute exploitation par un éventuel concurrent. Une société turque exploitait la même marque « Flor Mar » dans de nombreux pays, en particulier en Europe et au Moyen Orient. Constatant que la société française n’avait pas exploité la marque « Flor Mar » de manière sérieuse pendant une période ininterrompue de cinq années, la société turque a assigné la société française en déchéance de ses droits sur la marque « Flor Mar ». La cour d’appel de Paris a rejeté la demande de déchéance de marque formulée par la société turque aux motifs que cette dernière n’exerçait aucune activité commerciale en France et qu’elle ne démontrait pas qu’elle avait mis en œuvre de sérieux actes préparatoires lui permettant de développer la marque litigieuse dans un avenir proche en France.

Bien mal lui en a pris ! La Cour de cassation a censuré cette prise de position de la cour d’appel de Paris en prenant soin de citer l’article L. 714-5 du Code de la propriété intellectuelle (c’est dire l’importance que la Cour de cassation a voulu donner à cette décision). Selon ces dispositions, « encourt la déchéance de ses droits le propriétaire de la marque qui, sans justes motifs, n’en a pas fait un usage sérieux, pour les produits et services visés dans l’enregistrement, pendant une période ininterrompue de cinq ans ». Ce texte n’exige pas que le demandeur à l’action en déchéance de marque ne prouve qu’il exploite lui-même ladite marque ni même qu’il ne démontre qu’il a mis en œuvre des actes préparatoires sérieux en vue de son exploitation. La cour d’appel de Paris avait ajouté des conditions à cette action judiciaire que le législateur n’avait pas cru bon prévoir ! La Cour de cassation a donné raison à la société turque. Elle était fondée, en application de ce texte, à demander la déchéance de la marque protégée par la société française, afin, le cas échéant, de la déposer à son nom puis de l’exploiter en France.

En conclusion, quand on dépose une marque, mieux vaut l’exploiter ! Dans ce conflit qui opposait la France à la Turquie, la France a perdu. Mais c’est de bon aloi. Il n’est pas acceptable économiquement qu’une entreprise dépose une voire de nombreuses marques sans les exploiter. Ce serait un véritable frein à une juste concurrence et contre-productif dans un contexte économique comme celui que nous traversons !

Source : L’Entreprise

Note importante de JMD : Cet article a été écrit par un avocat spécialisé en droit des sociétés. Il travaille pour des entreprises et son opinion n’est donc pas forcément en ligne avec celle des inventeurs indépendants, parfois incapables financièrement d’exploiter immédiatement la marque qu’ils ont déposée dans l’optique d’un projet à long terme.

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.