François Cavé, un inventeur et industriel tombé dans l’oubli


Son nom est gravé sur une plaque de la mairie du Mesnil-Conteville (canton de Grandvilliers). Qui se souvient de ce génie de l’industrie mécanique française ?

plaque_francois_cave

Une plaque située sur le maire de la mairie rappelle la naissance de François Cavé au Mesnil-Conteville sur le mur de la mairie

Sur le mur de la mairie du Mesnil-Conteville, chacun peut lire “Ici est né le 12 septembre 1794 François Cavé, un des créateurs de l’industrie mécanique française “. Qui connaît vraiment l’histoire de ce surdoué de la mécanique qui a inventé entre autres de nombreuses machines outils et à vapeur ? Personne ne se souvient de lui dans son village selon Eric Tribout, maire de Catheux et membre de l’association du petit patrimoine picard. Même parmi ses descendants, certains d’entre eux voudraient connaître son histoire. Ce génie de l’industrie mécanique française qui a donc vu le jour en Picardie verte.

Monté à Paris à 17 ans

“C’est certainement parce que son activité a été cédée et que ses descendants ne portent pas le nom de Cavé qu’il est tombé peu à peu dans l’oubli“, indique Eric Tribout qui est en train d’écrire un article sur la généalogie de sa famille. Né le 12 septembre 1794, François Cavé partit en 1811 compléter son apprentissage à Paris. Interrogé, Eric Tribout indique quelqu’un e tenant une pension aurait pu l’héberger. Il ne peut pas confirmer l’histoire suivante. En 1814, son chien Argus a joué dans une pièce de théâtre « Le chien de Montargis ». Grâce aux émoluments perçus, il acheta des outils et se présenta chez M. Collier, constructeur-mécanicien, puis chez M. Hinderlang, filateur ou il remplaça un moteur manège par une machine à vapeur oscillante. Il créa ensuite une deuxième du même type pour l’imprimerie Didot.

De nombreuses inventions

Il ouvra ses propres ateliers, rue Cavé, dans le quartier de la Goutte d’Or. Il y a aussi conçu des navires pour la navigation fluviale, des bateaux et navires. Parmi ses inventions, on peut citer une grue dite “Grue Cavé” en 1841 qu’il construit pour le compte d’un ingénieur anglais et qui était capable de soulever une charge de plus de 20 tonnes (Un exemplaire est visible au musée des arts et métiers), une soufflerie de hauts fourneaux, un bateau sous-marin, des presses hydrauliques, etc. En 1837, François Cavé a réalisé six locomotives à vapeur pour le chemin de fer de Paris – Saint-Germain. Il devait en produire d’autres pour plusieurs compagnies entre 1844 et 1848. En 1836, il inventa un marteau pilon à vapeur dont il déposa le brevet le 11 juin de la même année. Il employait 600 ouvriers en 1839-1840.

François Cavé s’est retiré des affaires en 1852. Il s’est éteint à Le Condé, près de Meaux, en 1875. Il est enterré au cimetière de Montmartre.

Auteur : Pierre-emmanuelreger

Source : http://www.lereveildeneufchatel.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s