Prix de l’inventeur européen : quatre français finalistes !


prix-de-linventeur-europeen-quatre-francais-finalistes_2015
Ludwik Leibler, Jean-Christophe Giron, Philippe Maugars et Michel Lescanne sont les quatre français finalistes du Prix de l’inventeur européen 2015

Organisé depuis 10 ans par l’Office européen des brevets (OEB), le Prix de l’inventeur européen distingue cette année quatre inventeurs français. Les lauréats seront connus le 11 juin prochain. Vous pouvez voter dès maintenant pour le prix du public.

michel_lescanne_2015
Michel Lescanne, fondateur de Nutriset et inventeur de la pâte Plumpy’nut.

Les vainqueurs ne seront connus que le 11 juin prochain, mais, d’ores et déjà, la France peut s’enorgueillir d’une densité inédite parmi les finalistes du 10eme prix de l’inventeur européen, organisé par l’Office européen des brevets, et dont Les Echos sont partenaires. Quatre nommés parmi les douze finalistes européens, c’est une prouesse rare ! Le jury qui a retenu ces finalistes parmi les 300 inventeurs proposés, aurait-il été sensible au fait que Paris accueillera cette année la remise des prix ? Comme chaque année depuis 10 ans, ce jury a donc choisi trois finalistes dans chacune des catégories : industrie, PME, recherche et œuvre d’une vie, auxquelles s’ajoute la catégorie « non-européen ».

Votez pour le prix du public !

Vous pouvez voter dès maintenant pour votre inventeur préféré… En plus des lauréats désignés par le jury de professionnels réuni par l’OEB, l’un des finalistes se verra remettre le Prix du public. Le gagnant est désigné par les internautes. Pour voter, avant le 4 juin 2015, cliquez ici.

Innover pour sauver des vies

La catégorie PME reflète la diversité des avancées technologiques distinguées par le Prix de l’inventeur européen. Parmi les trois finalistes, le français Michel Lescanne, fondateur de Nutriset, inventeur de la pâte Plumpy’nut . L’entreprise, fondée en 1991 à Malaunay près de Rouen, produit des aliments prêts à l’emploi pour lutter contre la malnutrition dans des situations d’urgence, et pour prévenir les carences alimentaires, en particulier des jeunes enfants. Nutriset travaille avec le Programme alimentaire mondial et les grandes ONG. Nutriset est aujourd’hui le leader mondial de ce secteur avec 110 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Face à Nutriset, dans cette catégorie PME, le suédois John Elvesjö et son équipe ont développé une solution d’eye tracking, c’est à dire de suivi des mouvements des yeux. Les applications sont multiples : dans l’informatique avec la commande assistée par le regard, mais aussi dans la médecine, le marketing ou le jeu.

Troisième finaliste, la néerlandaise Laura Johanna van’t Veer a mis au point un test génétique de pronostic et de diagnostic du cancer du sein. Ses recherches ont montré qu’il existe une signature génétique de prédisposition à l’occurrence du cancer du sein. Le test mis au point est commercialisé par Agendia, une entreprise créée en 2003, par essaimage de l’Institut néerlandais du cancer.

Nouvelles technologies dans l’industrie

jean-christophe_giron
Jean-Christophe Giron, directeur technologie de SageGlass (groupe Saint-Gobain).

Deux français sont nommés dans la catégorie Industrie. Jean-Christophe Giron est le directeur technologie et le co-inventeur du verre électrochrome développé par SageGlass (groupe Saint-Gobain). Ce verre a la propriété de s’assombrir et de s’éclaircir en fonction de l’intensité des rayons lumineux ce qui réduit la facture énergétique de chauffage et de climatisation.

franz_amtmann_et_philippe_maugars
Franz Amtmann et Philippe Maugars, à l’origine d’avancées dans l’utilisation du NFC (sans contact).

Philippe Maugars, aujourd’hui consultant dans les télécoms, est co-finaliste avec l’autrichien Franz Amtmann, pour avoir fait avancer la technologie NFC, dite sans contact dont sont de plus en plus souvent équipés nos téléphones et nos cartes à puce. Maugars et Amtmann ont réalisé ces avancées dans le cadre de leur travail pour NXP semicondutors (ancienne division du groupe Philips).

Gunnar Asplund est le troisième nommé dans la catégorie Industrie, pour ses travaux dans le domaine du transport d’électricité au sein du suédois ABB.

La science des matériaux à l’honneur

ludwik_leibler_2015
Ludwik Leibler a inventé un matériau plastique vitrimère comparable au verre.

Ludwik Leibler est chercheur au CNRS, physicien et pionnier des matériaux vitrimères, ces plastiques qui ont les propriétés physiques comparables aux verres. Parmi ses qualités, sa réutilisation ouvre des perspectives immenses pour son utilisation de façon circulaire.

Le bio béton est l’invention du néerlandais Hendrik Jonkers. Par l’adjonction d’une bactérie au matériau, le béton acquiert des propriétés d’auto-réparation. L’utilisation du bio-béton réduira les émissions de gaz à effet de serre et les coûts d’entretien des bâtiments.

Enfin, dans la catégorie Recherche, le zoologiste britannique Lukle Alphey est distingué pour son travail sur le moustique, vecteur de la dengue. Son approche est une véritable guerre biologique. Des moustiques modifiés génétiquement sont relâches et « tuent » les moustiques porteurs du virus de la dengue.

L’œuvre du vie récompensée

Le néerlandais Kornelis Schouhamer Immink est nommé pour ses brevets dans le domaine du codage sur CD, DVD et Blu-ray. Le letton Ivars Kalvins est distingué pour le développement du cardio-protecteur Mildronate. Enfin, le Suisse Andreas Manz complète la liste des finalistes pour ses travaux sur les micro-puces d’analyses biomédicales.

Les trois finalistes de la catégorie « non européen »

L’australien Ian Frazer et le chinois Jian Zhou (décédé en 1999) sont nommés pour leurs recherches sur le cancer de l’utérus, et le développement du vaccin contre le papillomavirus humain.

L’américaine Elisabeth Holmes est honorée pour ses découvertes dans les analyses de sang. Elle a développé un système quasi indolore qui permet de prélever une goutte de sang, suffisante pour conduire la plupart des analyses courantes.

L’équipe japonaise autour de Sumio Iijima, Masako Yudasaka et Akira Koshio ont été retenus pour leur travaux sur les nanotubes de carbone dont les propriétés : résistance, légèreté, etc. ont révolutionné l’industrie.

Auteur : Yves Vilaginés

Source : www.lesechos.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s