Thingz, l’électronique comme un Lego


Nous avons rencontré lors du « Maker Faire » de Paris (voir l’article du 12 mai) la start-up Thingz. Thingz vend des briques permettant de créer des objets interactifs sans rien connaître à l’électronique. Son co-fondateur Cyril Loucif-Durouge explique qu’il avait essayé de fabriquer lui-même un réveil-matin bien particulier et que, malgré sa formation d’ingénieur, il était difficile de concevoir un tel objet. Il a alors imaginé des kits pour fabriquer de manière simple des objets électroniques et monté la société pour les commercialiser.

thingz_noel_web

On parle beaucoup en France de la tendance « Do it yourself » (fais-le toi-même) avec l’essor des fablabs et des imprimantes 3D mais elle n’est pas autant développée qu’aux États-Unis ou qu’en Italie. En France, les fablabs sont encore réservés à une niche et la plupart des produits sont plutôt réservés à des experts. L’idée était de développer des kits pour démocratiser encore davantage ces créations en simplifiant la partie électronique.

La société vend une base et des briques électroniques, chacune de ces briques correspondant à une fonctionnalité : une LED, un buzzer, un capteur de température, un affichage numérique, un capteur infrarouge… L’utilisateur insère sur la base les fonctionnalités dont il a besoin puis relie cette base à un ordinateur pour y télécharger une application et l’objet est alors prêt à l’emploi. Si l’application n’existe pas encore, il est possible de la programmer et la proposer sur le catalogue d’applications du site pour que les autres utilisateurs puissent reproduire le modèle chez eux.

La démonstration faite sur le stand a de quoi surprendre, voire sembler magique pour le non-électronicien (et même pour l’électronicien : ce n’est qu’en montant dans le métro que j’ai compris le « truc » derrière ce que je venais de voir sur le stand…) puisque les modules électroniques peuvent être placés n’importe où sur la base et orientés n’importe comment, à l’endroit, à l’envers ou penchés d’un côté. Infailliblement, le système reconnait ces modules et comment ils ont été placés afin de les piloter.

Les kits sont vendus en direct depuis fin Décembre et Cyril Loucif-Durouge cherche des partenaires afin de sous-traiter l’assemblage des kits en plus grande quantité. La société prévoit également une campagne de financement participatif d’ici à la fin de l’année.

Le site, pour l’instant assez minimaliste, est à cette adresse.

Auteur : JMD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s