Patrick Lanier, l’inventeur des lunettes de soleil à clipser


Il a pensé son projet de A à Z et le commercialise enfin. Patrick Lanier a inventé des lunettes de soleil sans branches à accrocher à vos casquettes. Fini les verres rayés ou les lunettes oubliées sur le coin d’une table.

patrick_lanier_2015

L’atelier de montage et le bureau d’études se trouvent au 2 rue Mercière.

Ses Clipsun enthousiasment les sportifs et il estime en avoir déjà vendu environ 200. Après quasiment deux ans de travail, Patrick Lanier peut enfin commercialiser sa lunette de soleil sans branche, à clipser sur une visière.

Ce n’est pas sa formation en plasturgie qui a inspiré l’inventeur mais plutôt sa passion pour le golf. « J’ai remarqué que les gens avaient souvent plusieurs paires de lunettes sur leurs casquettes ou qu’ils ne retrouvaient pas forcément leurs lunettes de soleil oubliées dans un coin. Je me suis dit que ce serait pas mal d’avoir des lunettes de soleil directement accrochées à nos casquettes. »

Patrick Lanier a toujours travaillé en bureau d’études. L’idée germe dans son cerveau et il a donc les capacités de la coucher sur papier. Ou plutôt sur ordinateur, via un logiciel spécialisé. Il dépose également deux brevets. Pour protéger son idée. « J’en ai déposé un pour les charnières notamment. Elles sont amovibles et on vient les clipser sur une visière de casquette, par exemple. » Une fois installée et si le soleil est amené à se cacher derrière les nuages, la lunette de soleil sans branche peut être « mise en attente sous la visière ». L’écran solaire épouse parfaitement la forme de la visière et disparaît dessous.

Recherche agents commerciaux

Mais si son invention rencontre déjà un certain succès, c’est qu’elle est performante techniquement et que les écrans solaires sont parfaitement adaptés aux besoins des sportifs. « Ce sont des écrans avec filtrations spécifiquement développées pour le sport. Par exemple, le traitement High Def, qui amplifie contrastes et couleurs, est d’une grande utilité en ski de fond lors des jours blancs, où le ciel et la neige se confondent. » Toutes ces caractéristiques techniques et optiques plaisent aux sportifs mais aussi aux opticiens et Patrick Lanier a pour le moment réussi à convaincre une vingtaine de points de vente, entre Saint-Claude et Fréjus. « Je vais commencer à chercher des agents commerciaux pour couvrir toute la France. » Et concernant la Clipsun, son inventeur n’a pas dit son dernier mot : « Je fais sans cesse des recherches de nouvelles formes d’écrans solaires et il y a certainement des ajustements à trouver notamment pour la pratique du vélo… Le produit va encore évoluer. »

Auteur : Laëtitia Courti

Source : www.leprogres.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s