Vosges : l’inventeur d’un jeu, originaire de Remiremont, vient de décrocher une médaille d’or au concours Lépine


Un Vosgien et un Haut-Savoyard, expatriés en Belgique, viennent de décrocher une médaille d’or au concours Lépine avec leur jeu de société « les Winifutés ». Ils espèrent trouver un distributeur en France.

louis_sorlat_et_elie_casamitjana_2016

Louis Sorlat (à gauche) et Elie Casamitjana ont créé un jeu intelligent et rigolo qui vient de décrocher une médaille d’or au concours Lépine.

REMIREMONT

Ils ne réalisent pas encore vraiment. Louis Sorlat, le Romarimontain, et Elie Casamitjana, le Haut-Savoyard, sont les inventeurs d’un jeu rigolo et intelligent « les Winifutés » qui vient d’être primé au concours Lépine. A la faveur de cette médaille d’or, le duo d’inventeurs expatriés en Belgique espère parvenir à faire distribuer son jeu en France.

Avec cinq jeux au compteur et plus de 6 000 boîtes vendues en Belgique depuis la création de sa maison d’éditions de jeux il y a trois ans, le binôme est parvenu à séduire le jury du concours Lépine avec « son caractère innovant, sourit Louis Sorlat. C’est un jeu à destination des familles » , explique le trentenaire.

« On ne prétend pas changer le monde »

Derrière une boîte colorée et rigolote, les geckos stylisés transportent les joueurs dans un univers éducatif et ludique. Doté de deux niveaux, le jeu permet aux enfants comme aux adultes de se retrouver derrière des défis à leur taille. Objectif : réunir la bande des Winifutés composée de six geckos différents. « Quel est le poids d’un crocodile ? », « quelle est la taille d’une vache ? », épeler un mot à l’envers ou encore construire une phrase sans fin en ajoutant un mot à tour de rôle, il faut faire vite, le sablier égrène le temps. « Le jeu se compose d’une quarantaine de mini-défis rapides. Il faut répondre aux énigmes, aux devinettes afin de réunir les six Winifutés » , détaille Louis Sorlat. Le Vosgien connaît bien son discours, lui qui a usé ses fonds de culottes au collège Le Tertre avant d’étudier à Nancy.

Après ses études, il pose ses valises à Bruxelles et s’intéresse aux méthodes d’apprentissage et à la pédagogie et plus particulièrement à la programmation neurolinguistique et la suggestopédie. C’est parce qu’il recherche de nouvelles méthodes pour animer ses cours qu’il développe l’idée de Weelingua, devenue depuis lors les Winifutés. « Aujourd’hui, on aimerait créer une plateforme de co-création en partenariat avec des parents d’enfants en difficulté. J’ai dans l’idée de développer des jeux pour tous les enfants » , explique-t-il.

Tout juste de retour de Paris, le duo espère poursuivre le développement de son jeu en France. D’ailleurs, la demande afflue et les stocks sont en rupture. De nouvelles boîtes sont en cours d’édition. « Ça donne réellement envie de continuer. Pendant toute la semaine, on a vu des choses magiques qui peuvent vraiment améliorer le quotidien des gens. Avec les Winifutés, on ne prétend pas changer le monde, mais tout simplement apprendre en famille, en s’amusant » , sourit Louis Sorlat qui espère connaître le même succès que l’inventeur d’un jeu primé au concours Lépine il y a quelques années. L’inventeur du 1 000 bornes®.

Auteur : Heidi JOFFROY

Source : www.vosgesmatin.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s