Mort de Seymour Papert, co-créateur du langage de programmation « logo »


L’informaticien, professeur au MIT, était aussi l’un des fondateurs de l’ONG « One laptop per child ».

seymour_papert_en_2006

Seymour Papert, en 2006.

L’informaticien sud-africain Seymour Papert, co-créateur du langage de programmation « logo », est mort dimanche 31 juillet aux États-Unis à l’âge de 88 ans, a annoncé la Fondation logo. M. Papert était l’un des inventeurs de ce langage de programmation simplifié, destiné à enseigner les bases de la programmation aux enfants, et qui a connu un vif succès dans les années 1980. Dans sa principale application pédagogique, le logo permet, en entrant des séries d’instruction, de faire se déplacer une petite tortue, stylisée dans un triangle – un fonctionnement qui reprend la logique à l’œuvre dans tous les programmes informatiques.

turtle_graphics_le_principal_outil

Turtle Graphics, le principal outil d’enseignement du logo.

Né en 1928 à Pretoria, en Afrique du Sud, Seymour Papert avait obtenu un doctorat en mathématiques dans son pays, avant de partir à Cambridge où il passa avec succès un second doctorat. Enseignant dans plusieurs universités européennes, il avait été recruté en 1963 par le prestigieux Massachusetts institute of technology (MIT), où il a codirigé le laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle et cofondé le Media Lab.

Fournir des ordinateurs aux enfants des pays pauvres

Fervent défenseur de l’utilisation des ordinateurs à l’école, il avait cofondé, avec ses confrères Nicholas Negroponte et Alan Kay, l’initiative « one laptop per child », « un portable par enfant », qui visait à produire des ordinateurs bon marché adaptés à l’enseignement dans les pays en voie de développement. Trois millions d’ordinateurs ont été vendus dans une quarantaine de pays.

« Avec son esprit d’une profondeur et d’une créativité incroyables, Seymour Papert a aidé à révolutionner au moins trois domaines de recherche : la manière dont les enfants s’approprient le monde, le développement de l’intelligence artificelle, et tout ce qui se passe à l’intersection de l’enseignement et de la technologie », a dit le président du MIT, Rafael Reif. « L’empreinte qu’il a laissée sur le MIT est profonde ».

Victime d’un grave accident de la circulation à Hanoï en 2006, qui avait occasionné une blessure au cerveau et lui avait laissé de très lourdes séquelles, Seymour Papert a vécu la majeure partie de ses dernières années à l’hôpital.

Source : www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s