Des skis pliables bientôt sur les pistes ?


Un ski qui rentre dans le coffre d’une petite voiture ? C’est l’idée de ces étudiants en école de management. Pendant leur troisième année, ils ont créé « Altitech », une start-up autour de ce concept. Ils racontent leur aventure entrepreneuriale.

La saison des sports d’hiver va bientôt commencer. Si vous avez déjà fait du ski, vous vous souvenez sûrement du moment ingrat où il faut porter ses deux immenses perches sans les faire tomber, ni éborgner vos voisins. Six étudiants toulousains ont trouvé la solution : des skis pliables. Coupé en deux parties, le ski est relié par un câble. « Un système de serrage situé sous la chaussure gère la tension des câbles. Cela permet de plier le ski ou d’encastrer les deux bouts pour s’en servir », détaille Pierre Lasnier, 26 ans, un des étudiants. La taille, réduite de moitié, permet de faire rentrer le matériel dans le coffre d’une Fiat 500.

skis_altitech_2016

Le système de skis pliables inventé par Altitech.

C’est en 2015 que les six étudiants en management ont eu cette idée. « Dans notre école, l’Ifag Toulouse, la troisième année est consacrée à un projet de création d’entreprise. Nos cours théoriques s’articulent autour de cela », raconte Edmund Smith, 23 ans, un des membres. Le groupe a un mois pour présenter un concept élaboré. Ils imaginent une application pour la cuisine, une brosse de toilette autonettoyante et des skis pliables. C’est finalement cette dernière idée, « nouvelle sur le marché », qui l’emporte. C’est le début de leur start-up « Altitech ».

equipe_altitech_2016

L’équipe d’Altitech : Gaëtan Aledo, Clémence Bach, Edmund Smith, Mathilde Ducassé, Pierre Lasné et Julie Nguyen.

700 € pour le modèle de base

Pendant toute leur année scolaire, le groupe se débrouille seul : invention du concept, création du système de câblage, marketing, communication… Ils font appel à une école d’ingénieurs uniquement pour le câble. « Ils nous ont aidés à trouver quel matériau utiliser afin qu’il ne se casse pas ou ne s’use pas ». Aujourd’hui en première année de master, les étudiants ont mis leur projet en attente. Les skis ne sont pas encore commercialisés mais la start-up étudiante a déjà demandé des devis. Une paire de base coûterait 700 €, celles avec un visuel personnalisé seraient à 900 €.

Les Toulousains devraient reprendre le flambeau en 2018. « Aucun de nous ne souhaitait arrêter ses études pour se lancer dans l’entreprenariat. Jusqu’en 2018, date à laquelle nous seront diplômés, Altitech est en stand-by », confie Edmund Smith. En attendant, ils ont déposé un brevet pour protéger leur système. « Nous souhaitons bien entendu reprendre là où nous avons arrêté, mais nous pourrions vendre notre brevet. Des entreprises comme Rossignol ou Salomon sont intéressées par ce concept. »

Auteur : Capucine GILBERT

Source : jactiv.ouest-france.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s