Un bras robotisé gonflable à la pointe de l’innovation


Des bras robotisés, il y a en a plein. Des gonflables, par contre, c’est plus rare. Sébastien Voisembert en a créé un en textile capable de porter une fois et demie son poids : « C’est une sorte de sandwich de plastique avec des fibres de hautes densité à l’intérieur », explique-t-il.

La longueur du bras peut être particulièrement grande car une fois dégonflé, il se plie comme un drap. « On peut très difficilement déplacer un bras robotisé de 25 mètres de long composé des matériaux solides traditionnels. Le mien est léger et, peu importe sa longueur, il peut être baladé sans problème », se félicite Sébastien Voisembert.

bras_gonflable

« Je travaille dessus depuis 2009. J’ai commencé le projet quand j’étais en stage pour mon Master au Commissariat de l’Énergie Atomique (CEA). Je l’ai poursuivi en thèse et en 2013 j’ai intégré l’entreprise Warein qui a créé les premiers prototypes » détaille le jeune inventeur de 27 ans. Occupant actuellement le poste de technico-commercial au sein de Warein, il peaufine avec une petite équipe les différentes fonctionnalités de son robot. « Ça aurait été très problématique de devoir me lancer seul à la fin de ma thèse. Je n’aurai pas abandonné l’idée mais je ne sais franchement pas comment je me serai débrouillé pour la faire aboutir. J’y ai beaucoup pensé mais il aurait fallu débloquer de grosses levées de fonds, et trouver tout le savoir-faire qu’il me manquait pour développer le bras », admet Sébastien Voisembert.

Sébastien Voisembert a contacté l’entreprise Warein, une société spécialisée dans le confection d’équipements textiles connue pour son innovation dans les marchés de niches. Convaincue par ce bras gonflable beaucoup moins coûteux qu’un bras robotique classique, l’entreprise mayennaise a embauché Sébastien Voisembert et a apporté le financement et les matériaux nécessaires pour développer son produit. Le CEA pour sa part suit encore le projet et étudie les algorithmes de commande du bras.

Du projet de base réclamé par le CEA qui était de réaliser des bras d’inspection pour des cellules hermétiques d’installations nucléaires, le prototype a désormais bien évolué et peut s’adresser à un public beaucoup plus large. « On a déjà produit plusieurs prototypes mais on développe encore des caractéristiques. C’est un produit destiné à une application militaire mais aussi civile. Chaque bras peut être doté de fonctionnalités différentes adaptées à l’acheteur. On est intéressant pour tout ce qui concerne l’inspection et le nettoyage de structure », détaille Sébastien Voisembert.

Trois brevets ont déjà été déposés par Warein et le CEA et deux autres vont bientôt s’ajouter. Le prix du bras robotisé gonflable n’est pas encore défini, mais le premier acheteur sera un groupe coopératif agricole qui l’utilisera pour nettoyer les enclos d’élevages de porcs avec un kärcher positionné au bout du bras.

Source : L’Entreprise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s