Les « makers » ont rendez-vous à Nantes en 2016


Inventeurs, créateurs, partageurs, ces passionnés attirent un monde fou avec leurs ateliers dans lesquels ils partagent leur savoir-faire. Nantes a été choisie pour le rayonnement de ses Machines (note du posteur : il s’agit des « Machines de l’ile », un atelier créant des sculptures métallliques d’animaux géants).

Ils bricolent. mais pas seulement. ils bidoulllent, ils cherchent, ils partagent leurs infos. Ils réalisent leurs rêves… C’est le mouvement des « makers », mot multiforme qui désigne en anglais ceux qui fabriquent, qui créent. Cette communauté d’inventeurs, née il y a une quinzaine d’années aux États-Unis dans la Silicon Valley, se réunira à Nantes durant une semaine, en juillet 2016.

(NB : ce sera du 4 au 10 juillet)

Importateur du mouvement en France, Bertier Luyt, un Malouin, vient de réussir un gros coup en organisant une « Maker faire » à la Foire de Paris, en avril dernier, après plusieurs expériences plus modestes, mais réussies, à Saint-Malo. Dans son fabshop installé en Bretagne, un atelier d’artisanat numérique, on cumule conception, distribution et animation de la communauté des rnakers.

« Les makers réalisent leurs rêves, avec des équipements technologiques d’habitude réservés aux industries de pointe. Et ils y parviennent parce qu’ils partagent leur savoir-faire et leurs connaissances », explique-t-il. Cet ancien constructeur de décors de spectacles, qui voulait utiliser des machines à commande numérique a trouvé dans la communauté les réponses à ses questions…

Il peut en sortir des start-up et des emplois mais aussi, tout simplement, le plaisir de faire. Certains resteront dans leur garage, à bricoler, avec de nouvelles techniques apprises grâce au mouvement international ; d’autres mèneront job-out et « reprendront le contrôle de leur vie ».

Pour tous ces inventeurs, les Machines de l’ile, créées à Nantes par François Delarozière et Pierre Orefice, sont « une référence absolue » ; la rencontre entre l’invention, la réalisation et l’exploitation. « La Californie sait très bien où est Nantes », sourit Bertier Luyt. Alors, quand les États-Unis décident d’organiser la première maker conférence en Europe, ils choisissent Nantes, et ils choisissent le site des Machines de l’île.

Deux événements coïncideront sur ce thème : la conférence internationale, pour quelques centaines de makers, et la maker week, où le public pourra participer à toutes sortes d’atelier, rencontrer les makers, tester, se lancer… À Paris, l’événement a attiré 35 000 personnes en deux jours. La Maker faire de Nantes associera l’IRT Jules-Veme, forcément intéressé par le foisonnement d’idées que l’on y rencontrera.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s