À Saint-Étienne, les bénévoles de l’Euro se déplaceront en Kiffy, un tricycle nouvelle génération


norbert_peytour_2016_1

Le Kiffy avec son inventeur, les entrepreneurs et le maire de la ville

La gloire du cycle est de retour à Saint-Étienne. Norbert Peytour a inventé un tricycle nouvelle génération qui se veut écologique, pratique et design. Fort de son succès auprès de la mairie stéphanoise, le Kiffy sera expérimenté par les bénévoles de l’Euro 2016 pour aller d’un site à un autre.

« Kiffy : outil pratique et malin utile dans toutes ses configurations d’usage. » Telle est la définition que se donne le tricycle dernière génération sur son site. Il semble avoir convaincu les élus locaux, puisque la municipalité et l’agglomération de Saint-Étienne en ont communément acheter une dizaine. Ils serviront notamment aux bénévoles de l’Euro 2016 pour se déplacer d’un site à l’autre.

Pour l’Euro 2016 à Saint-Étienne, les bénévoles ne peineront pas à marcher entre chaque site ! À leur secours viendra le Kiffy, un tricycle nouvelle génération et 100% ligérien. La municipalité en a commandé une dizaine : ils seront mis à disposition des bénévoles dès juin prochain. Jérémie Janot, ancien gardien emblématique de l’ASSE, est responsable de la coordination des bénévoles de l’Euro 2016, il est donc le premier concerné par cette nouvelle. Il se dit d’ailleurs très fier de cette acquisition.

Un Euro vert chez les Verts, Jérémie Janot, ancien gardien de l’ASSE

Il n’y aura que 500 bénévoles pour 800 candidatures à ce jour. Un conseil donc pour tous ceux qui se sont inscrits : remettez un coup de pédale ou ça pourrait vous être fatal lors des sélections.

norbert_peytour_2016_2

Christophe Rosentiel et son kiffy, à la mairie de Saint-Étienne

Un tricycle écologique 100% ligérien

Deux roues à l’avant, une à l’arrière, un cadre en aluminium mais ce n’est pas tout. L’atout séduction de ce tricycle, c’est son lieu de fabrication. Le Kiffy est presque entièrement produit dans la Loire, seules quelques pièces de transmission sont importées. L’aspect « made in France » du produit est une vraie fierté pour les entrepreneurs, mais aussi un élément de vente. En effet, avec ce projet, les responsables de Easy Design Technology, Christophe Rosentiel et Patrice Faivre-Duboz, ont obtenu de nombreux prix. Ils sont en charge du développement et de la commercialisation du produit.

Le Kiffy peut également se vanter d’être esthétique. Julien Primard, designer à l’Agence 360, s’est chargé de donner une vraie valeur ajoutée au produit. En somme, le Kiffy apparait comme « le bon élève du moyen de transport moderne ». C’est aussi ce qui explique le succès emporté auprès de la mairie de Saint-Étienne. L’investissement de l’équipe municipale, en collaboration avec l’agglomération, est un geste d’encouragement pour l’équipe d’Easy Design Technology mais aussi pour les productions locales et innovantes en règle générale.

Sur le long terme, les tricycles achetés par la mairie pourraient servir au personnel. Le porte-charge de 80 kilos à l’avant du modèle permet en effet de se déplacer avec du matériel comme le montre la vidéo promotionnelle du produit.

Des gammes variées

Le Kiffy se décline de plusieurs manières. Il existe une version pliable, la gamme Flash (pliable en un flash) et la gamme FIX (non pliable). Dans les deux cas, il est possible d’accrocher une batterie au tricycle… Design elle aussi, la batterie permet des efforts moins importants. Le tricycle est aussi conçu pour les personnes à mobilité réduite.

Seul hic notable : pour se procurer un tricycle ligérien, il faudra mettre la main au porte-monnaie. 2300 euros, c’est le prix conseillé à la vente par les entrepreneurs pour un Kiffy pliable mais non-éléctrique. Un prix qui est largement au-dessus du marché du tricycle. Cela n’empêche pas les responsables d’être ambitieux. Pour Christopher Rosentiel, directeur d’Easy Design Technology, c’est la qualité du produit qui fera son succès.

Un millier de modèles devrait être fabriqué en 2016, puis cinq mille d’ici 2 à 3 ans. Si la vente s’adresse particulièrement aux professionnels, certaines enseignes en vendront aussi à des particuliers. Dans la Loire, c’est Olympic cycle, une boutique spécialisée dans le vélo située à Saint-Romain-le-Puy, qui a été désignée comme point de vente.

Saint-Étienne est la première ville française à se procurer des Kiffy. Mais d’autres sont candidates. Nice est la prochaine sur la liste. À l’étranger, de nombreux distributeurs ont déjà investi sur ce modèle atypique.

Auteur : Mahauld Granier

Source : www.francebleu.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s