Mölkky, le jeu de quille finlandais qui fait de l’ombre à la pétanque


molkky_2015
Ce jeu de quilles en bois inventé en Finlande s’est imposé comme l’un des nouveaux loisirs de plein-air préféré des Français. Et cet incroyable succès a entraîné une bataille de marques entre son inventeur et Décathlon.

« Nous en avons reçu 200 la semaine dernière, ils sont déjà tous partis ». Voici ce que vous risquez de vous entendre répondre si vous cherchez à vous procurer ces jours-ci un Mölkky. Un quoi ? Vous en avez peut-être vu sur les terrains de pétanque, à côté des traditionnels boulistes. Le jeu est composé d’une douzaine de quilles en bois d’une vingtaine de centimètres chacune, numérotées de 1 à 12, accompagnée d’un manchon un peu plus épais que vous lancez sur les quilles.

Le principe : si vous faites tomber plusieurs quilles, vous gagnez autant de points que de bouts de bois à terre. Si vous n’en abattez qu’une seule, vous marquez le nombre de points inscrits sur la pointe biseautée de la quille. Le but est d’atteindre un total de 50 points, pas plus, sous peine de redescendre à la moitié de ce score.

Introduit en France en 2009, ce jeu de plein air a connu un tel succès qu’il est en passe de faire de l’ombre à la traditionnelle pétanque. Tactic, la multinationale finlandaise qui jouit de l’exclusivité mondiale pour exploiter la marque Mölkky, en cède quelques 200.000 exemplaires chaque année en France. Un nombre impressionnant pour un jeu d’extérieur très dépendant de la météo, comparé par exemple aux 500.000 ventes annuelles d’un jeu autrement plus renommé: le Monopoly.

« Nos ventes progressent d’année en année. Elles ont augmenté de 30% entre 2013 et 2014, et devraient encore croître d’autant, voire plus, en 2015 », se félicite Anne-Lise Hemet, responsable grand compte chez Tactic France. Un engouement d’autant plus impressionnant qu’on n’a jamais vu de campagne de publicité sur ce jeu.

« Le succès vient surtout du bouche-à-oreille », indique la responsable chez Tactic. La passion a commencé à gagner les cœurs dans l’Ouest -en Bretagne et en Vendée- avant de se propager en Ile-de-France et puis partout dans l’Hexagone. « Même le sud-ouest, pourtant réfractaire à la base, commence à s’y convertir », sourit Anne-Lise Hemet.

Il se vend même aujourd’hui davantage de Mölkky en France qu’en Finlande. Reste que le pays est nettement moins peuplé, et il se dit qu’un foyer finlandais sur deux a déjà la sien. Le triomphe de ce jeu dans l’Hexagone n’en est pas moins éclatant. Et avec la gloire, viennent les écueils.

Le premier : la rupture de stock. Actuellement, Tactic n’est pas en mesure de livrer les distributeurs avant deux semaines. « Le problème, c’est qu’on ne peut pas faire pousser les arbres plus vite », explique l’entreprise. Elle importe le jeu directement de Finlande, où il est produit par l’association Tuoterengas, qui fait travailler des individus en réinsertion. Or elle peine à suivre la demande.

L’autre inconvénient entraîné par le boum du jeu finlandais: la copie! La marque Mölkky a été déposée par l’association finlandaise à l’Organisation mondiale de la protection intellectuelle dès 2003, puis élargie à d’autres pays en 2010. En 2012, l’association a obtenu l’usage exclusif de la marque auprès de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (Ohmi) pour toutes sortes d’utilisations, pas seulement les jouets en bois.

Le brevet évoque en vrac des appareils scientifiques, des logiciels, des extincteurs, des parapluies et des fouets, des meubles, et que sais-je encore. Il mentionne évidement les produits en bois, mais aussi en liège, en roseau, en jonc, en corne, en os, en écaille… et la liste continue encore et encore.

Les tentatives de copie se multiplient. Et entre les menuisiers qui proposent de les fabriquer sur commande et les tutoriels pour les construire soi-même qui fleurissent sur la toile, « Tactic cherche à se protéger sur tous les secteurs », explique sa responsable.

Décathlon, lui, a développé sa propre version. Le leader de la distribution de matériel sportif le distribue sous la marque Geologic, et l’a appelé… les « quilles finlandaises ». Les règles sont légèrement différentes de celles du jeu vendu par Tactic (il faut atteindre 40 points au lieu de 50), et la taille des quilles à peine plus longues. Il vend son jeu à 19,90 euros.

Celui de Tactic, le seul homologué par la jeune Fédération française du Mölkky, coûte deux fois plus cher, soit 40 euros (ou 30 euros pour la version vendue dans une boîte en carton au lieu d’un cossu caisson en bois). La question du prix constituait justement un point d’achoppement entre Tactic et Décathlon, qui continue néanmoins de distribuer le Mölkky original.

Le distributeur « trouvait le jeu trop cher, mais Tactic refusait d’en baisser le prix », explique-t-on chez le géant de la distribution d’articles sportifs. La filiale française de l’entreprise finlandaise avance pour sa part des coûts de production importants, en raison de la sorte de bois particulière utilisée, qu’on ne trouve qu’en Finlande. Une essence imputrescible, choisie pour sa solidité, afin que les quilles ne se fendent pas en deux avant de nombreuses années, sans être trop lourdes pour autant. Tactic indique aussi que « dès qu’un arbre est coupé pour fabriquer un Mölkky, un autre est replanté ».

Tout cela n’empêche pas le succès des quilles finlandaises de Décathlon qui se vendent par centaines de milliers dans le monde entier, dont 80% en France. « A l’été 2014, on pensait en vendre 100% de plus qu’en 2013, on a fait 200%. Cette année on pensait faire +100% à nouveau, et on atteint encore une fois 200% de ventes supplémentaires », s’enthousiasme Thomas Schermann, de Geologic.

Comme Tactic, Décathlon est confronté à une rupture de stock. Le producteur « n’a même plus le temps de planter des arbres », souligne le représentant de Geologic. Les quilles finlandaises font désormais partie des dix plus grosses ventes à l’année chez Décathlon France. La marque, qui refuse de fournir des chiffres, concède seulement qu’elle en vend « autant que des paires de sandales en été ».

Il semblerait bien, en somme, qu’il y ait de la place pour tout le monde sur ce marché. La responsable grand compte de Tactic relativise d’ailleurs cette bataille de marques. « Pour nous les copies, c’est la rançon du succès. C’est comme pour les briques Lego, les imitations n’entament pas son leadership, car la qualité n’est pas la même », assure-t-elle.

Sur le plan juridique, le détenteur de la marque Mölkky n’a pas rendu les armes. Il a intenté une action en référé à Decathlon exigeant une interdiction de commercialisation de son jeu de quilles. Mais le 12 juillet 2013, le Tribunal de Grande instance de Paris l’a débouté de sa demande aux motifs que, selon Decathlon, « la société Tactic France ne justifiait pas de manière évidente de l’existence de quelconques droits d’auteurs pouvant justifier une quelconque protection ».

Une défaite juridique qui n’empêche pas Tuoterengas, l’entreprise de réinsertion finlandaise qui produit le Mölkky, de se réserver le droit d’attaquer sur le fond. En attendant, Tactic envoie parfois des clients mystères dans les magasins bleus et blancs. Et quand ils demandent à acheter un Mölkky, on les dirige vers les quilles finlandaises de Geologic……

Auteur : Nina GODART

Source : bfmbusiness.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s