Deux Français parmi les meilleurs inventeurs européens de l’année


L’équivalent européen de l’Inpi vient de dévoiler les noms des quinze finalistes du concours du meilleur inventeur d’Europe 2017, parmi lesquels deux Français. Cinq d’entre eux seulement seront primés.

L’Office européen des brevets, l’équivalent de notre INPI national, a dévoilé ce mercredi le nom des quinze finalistes parmi les 400 participants à son 12e prix de l’inventeur européen. Pour gagner ce concours, il faut avoir développé une invention qui améliore la vie quotidienne, mais pas uniquement. Il faut que cette innovation ait déjà un impact économique « remarquable ». C’est-à-dire qu’elle contribue à la croissance économique et à la création d’emplois en Europe, souligne l’organisme européen qui détient le monopole des brevets en trois langues depuis 40 ans.

Prochaine étape, le 15 juin, le jury de l’OEB récompensera cinq gagnants, un pour chaque catégorie : Industrie, PME, Recherche, Pays non membres de l’OEB et Œuvre d’une vie. Le public pourra également désigner son inventeur préféré en votant en ligne. Voici quelques traits saillants de la sélection 2017.

> Des inventeurs majoritairement allemands et italiens

Le jury a choisi quinze finalistes, dont certains travaillent en équipe. La sélection comprend ainsi 23 chercheurs. Aucun Grec, aucun Portugais, aucun Polonais ne figure parmi les nominés. Les pays les plus représentés dans la sélection sont : L’Allemagne et l’Italie (quatre chercheurs), les Pays-Bas (trois chercheurs), la France (deux chercheurs), la Suède, l’Autriche, la Belgique, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Suisse (un chercheur). Et aussi des pays non-membres de l’UE, dont les ressortissants concourent dans la catégorie hors OEB, à savoir deux Américains et un Marocain.

Sylviane_Muller_2017

> Deux Français dans la sélection

Deux Français figurent dans cette sélection. Sylviane Muller, une chercheuse au CNRS en immunologie, qui a développé un traitement contre le lupus, le Lupuzor. Un médicament révolutionnaire parce que contrairement aux traitements existants, il n’affaiblit pas le système immunitaire des malades pour lutter contre le virus. Cinq millions de personnes dans le monde sont atteintes.

Le second Français est Laurent Lestarquit, un ingénieur qui, avec son équipe européenne, a travaillé sur le système de navigation du satellite européen Galileo, pour le doter d’une précision sans équivalent, et lui permettre de communiquer avec tous les autres grands systèmes satellitaires, comme le GPS américain et le Glonass russe.

L’année dernière, c’est un Français, Thierry Mandon, qui avait été primé dans la catégorie Recherche, la plus prestigieuse, pour ses inventions contre la maladie de Parkinson. Et une franco-britannique, Hélène Lee, et son kit de diagnostic médical à bas coût, avait été récompensée par le public.

Elmar_Mock_2017

> L’inventeur de la Swatch parmi les finalistes

Le Suisse Elmar Mock est le co-inventeur de la montre la plus vendue au monde, la Swatch. Mais s’il est nominé dans la catégorie « Œuvre d’une vie », ce n’est pas seulement pour avoir révolutionné l’industrie de la trotteuse. Cet inventeur-entrepreneur a fondé en 1986 un think tank d’inventeurs, Creaholic, dont les multiples innovations dépassent largement le périmètre de l’industrie horlogère et dont les clients sont des géants industriels comme Ikea, Nestlé, Bosh ou BMW. Les projets scientifiques qu’il a menés ou auxquels il a participé ont donné lieu au dépôt de 178 familles de brevets, pour des inventions variées: de la technologie de soudage de plastiques par ultra-sons à un système de nettoyage des mains économe en eau et en savon.

> Beaucoup d’inventions dans le domaine médical

Les projets mis en lumière dans la sélection de l’OEB appartiennent à des secteurs très variés. Mais le jury semble avoir un attrait tout particulier pour le médical, particulièrement représenté avec huit projets sur quinze. Il y a donc l’anti-lupus de la chercheuse française, mais aussi une alternative à la dialyse pour les maladies rénales développée par une équipe italienne, un test anti-paludisme automatisé, des nouveaux médicaments anti-cancéreux d’un chercheur allemand, des vaccins italiens qui sont devenus un standard à travers le monde, des organes artificiels pour tester des médicaments, une nouvelle technologie d’imagerie médicale, un procédé d’allongement de durée de vie des organes pour la transplantation ou encore des antibiotiques marocains plus performants grâce aux huiles essentielles.

Auteur : Nina Godart – Source : bfmbusiness.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s