Tunisie / Zied Laadhari : Créer une osmose entre la recherche scientifique et l’industrie


zied_laadhari_2016

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Zied Laadhari, a indiqué que l’édification d’un modèle de développement à haut contenu technologique et l’impulsion de l’investissement et de l’économie figurent parmi les priorités du gouvernement.

Laadhari a souligné à l’ouverture des travaux des « journées nationales de transfert de technologie 2016 » à Tunis, mercredi 9 novembre, la nécessité de lier l’industrie à la recherche scientifique pour assurer le transfert de technologie et développer l’économie ainsi que pour consolider la compétitivité des entreprises.

« La Tunisie dispose d’un haut potentiel (centres techniques, pôles technologiques et industriels) et d’une infrastructure permettant de valoriser le système d’innovation et de développement technologique et impulser le système économique ».

Le ministre a évoqué les efforts déployés pour développer les industries de haute technologie de 15 à 20% et augmenter les exportations de 15 à 20% au cours des cinq prochaines années.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Slim Khalbous, a estimé que la participation à cette rencontre met en exergue l’importance du rapprochement entre l’environnement économique et les universités ainsi que l’impératif d’instaurer un partenariat stratégique, durable et institutionnel, lequel n’a pas encore acquis le niveau escompté.

La Tunisie compte actuellement 19.000 enseignants chercheurs et plus de 600 structures de recherche scientifique ainsi que 30 centres de recherche de pointe et plusieurs pôles technologiques, a-t-il précisé.

La rencontre a également comporté la distribution de prix au profit des lauréats du premier concours national de l’invention qui comporte deux prix: le prix de l’inventeur indépendant et celui de l’inventeur de l’entreprise.

L’enseignant universitaire spécialisé en robotique, Anis Sahbani, a remporté le premier prix dans la catégorie de l’ »inventeur de l’entreprise » pour la fabrication de la première voiture robot de surveillance des installations industrielles dotées de caméras thermiques, de micros et d’un système GPS, alors que le premier prix de l’ »inventeur indépendant » a été attribué à l’ingénieur dans le domaine de la pêche, Sami Ktari, qui a inventé un complément alimentaire composé d’huiles de thon.

Le directeur de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation, Samir Bachouel, a rappelé la détermination de l’agence à réaliser un taux de 100% des vingt projets d’invention sélectionnés par leur jury du concours pour les accompagner dans toutes les étapes de réalisation de leurs projets et ce en collaboration avec les institutions de financement et tous les intervenants.

Source : www.webmanagercenter.com

Top 10 des inventions modernes, 100% Tunisiennes


Dresser le bilan des inventions modernes tunisiennes n’était pas facile. Il fallait creuser pour trouver ses inventeurs et inventions inconnus par la majorité des tunisiens.

nawfel_bouakkez_2016

1 – L’invention d’une nouvelle technique de dialyse par Nawfel Bouakkez et son équipe : « Hémodialyse » sa spécificité réside dans le fait qu’elle résout une fois pour toutes les problèmes rencontrés lors de l’épuration du sang dans un circuit de circulation extra-corporelle.

anis_aouini_2016

2 – La « Saphonienne », inventée par Anis Aouini : elle offre la possibilité de générer une énergie propre, peu couteuse tout en exploitant efficacement l’énergie cinétique du vent.

the_buried_diffuser_2016

3 – Le « Diffuseur enterré » de Bellacheb Chahbani : est une nouvelle technique révolutionnaire pour une gestion optimale des eaux d’irrigation et une conservation de 100 % de cette eau. Le système d’irrigation utilise des diffuseurs d’eau en plastique qui sont enfouis sous terre. Il consiste à creuser quatre trous à la base d’un arbre et un diffuseur est enfoui dans chaque trou à une profondeur d’environ 50 à 70 cm au niveau de la racine.

Les diffuseurs en plastique sont connectés à un réseau de tubes enfouis sous terre et reliés à une conduite principale reliée elle-même à un réservoir surélevé. Lorsque l’eau est relâchée, les diffuseurs se remplissent d’eau. Un compteur enregistre le volume d’eau, en général 10 mètres cubes pour chaque arbre.

4 – Transformateur de gaz en oxygène par Rached Masmoudi : « inspirée de la photosynthèse de l’arbre. Elle permet d’absorber tous les gaz polluants et de les transformer en oxygène, grâce à un produit chimique top secret.

5 – Une batterie de téléphone portable rechargeable en 50 secondes par l’étudiant Akrem Mourad : l’invention a remporté le premier prix ALESCO en 2012.

6 – « Al- Chaahed » inventé par Dr Mohamed El Awsat Ayari : il s’agit d’un télescope destiné à détecter l’apparition du croissant en temps réel, quelles que soient les conditions météorologiques.

hayet_omri_2016

7 – Un Purificateur de l’acide phosphorique de Hayet Omri : la Tunisienne a à son actif quatre inventions dans le domaine de la chimie organique sanctionnées par des brevets d’invention. L’invention consiste en la purification de l’acide phosphorique de voie humide et elle a remporté le prix de la meilleure invention au cours des Olympiades des jeunes inventeurs en 2013.

mtuni_2016

8 – La voiture « MTuni » de Hichem Mandhour : c’est une auto hybride parallèle, à deux places. Elle est la première voiture hybride en Tunisie dont les deux moteurs fonctionnent individuellement l’un de l’autre et peuvent fournir à tour de rôle ou simultanément leur puissance à la transmission.

izis_ii_2016

9 – La voiture « Izis II » de Zied Guiga : les caractéristiques de ce modèle :

• SUV Coupé
• 3 portes
• Essence
• Boîte manuelle à 5 rapports
• Traction
• Dimensions : L3.9 x l1.7 x H1.65
• Vitesse maximale 158 Km / h
• Matière : fibre de verre
• Consommation urbaine : 5.8L / 100Km
• Consommation extra-urbaine : 4.1L / 100Km
• Consommation mixte : 4.8L / 100Km

hatem_guermazi_2016

10 – Le milice « Tunisie libre » de Hatem Guermazi : un engin en acier chargé d’explosifs, long de 1.5 m et dont la portée peut atteindre 5 Km.

Auteur : Nessma

Source : www.nessma.tv

Décès du mathématicien tunisien Abbas Bahri, inventeur du calcul des variations


Le mathématicien tunisien, Abbas Bahri n’est plus. Il est décédé, dimanche 10 janvier 2016, des suites d’une longue maladie, à l’âge de 61 ans.

abbas_bahri

Feu Abbas Bahri, après des études secondaires en Tunisie et supérieures en France, il intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1974, devenant l’un des deux premiers Tunisiens à l’intégrer dans la filière mathématiques.

Après une agrégation et un doctorat d’État en mathématiques (1981) à l’Université Pierre-et-Marie-Curie de Paris, il occupe plusieurs chaires universitaires : maître de conférences en mathématiques à l’Université de Tunis I, maître de conférences à l’École polytechnique, chercheur-visiteur à l’Université de Chicago et professeur à l’Université Rutgers1, aux États-Unis, pour diriger jusqu’en 2010 le Center for Nonlinear Analysis.

Chercheur, il traite le calcul des variations, les équations aux dérivées partielles et la géométrie différentielle. Il a introduit la méthode des points critiques à l’infini, qui constitue un progrès fondamental en calcul des variations. Ce travail lui vaut de remporter, en 1989, conjointement avec Kenneth Alan Ribet, le Prix Fermat de l’Institut de mathématiques de Toulouse, pour son Introduction de méthodes nouvelles en calcul des variations.

La même année, il remporte une autre distinction : le Prix Langevin de l’Académie des sciences de Paris la même année.

Qu’il repose en paix.

Source : www.tuniscope.com

Hatem Guermazi, l’inventeur de fusée, en grève de la faim


hatem_guermazi_2015

L’inventeur de la fusée à courte portée, Hatem Guermazi, arrêté à la suite de sa nouvelle invention consistant en cette petite fusée d’une portée de 5 km, est entré depuis mardi dans une grève de la faim, selon sa famille.

Guermazi, par ce geste, entend protester contre son arrestation, suite à l’émission par le tribunal de première instance de Kasserine d’un mandat de dépôt à son encontre pour délit de fabrication d’explosifs sans permission, selon une loi promulguée à cet effet en 1994.

Source : www.espacemanager.com

Deux jeunes Sfaxiens lancent le prototype d’une mini voiture électrique


Ils sont jeunes, entreprenants et achèvent leurs études d’ingénieur de la plus belle des manières. En effet, avec le soutien de leurs enseignants-encadreurs et celui de plusieurs ateliers industriels, Mejdi Drich et Abderraouf Gassara sont parvenus avec des moyens dérisoires à créer le prototype d’une mini voiture électrique.

automobilepassions

Photo d’illustration

Ce biplace d’une autonomie de deux heures a été testé avec succès dans le cadre de diverses foires et se caractérise par son faible prix de revient. Sa production pourrait en effet ne coûter que 2000 dinars alors que cette voiture électrique aurait une vitesse de croisière de 50km/h.

Pour le moment, les essais continuent et nos deux ingénieurs tentent de créer un système alterné qui pourrait faire aussi usage d’essence. En tout état de cause, voici une belle solution écologique et économique pour le transport de proximité.

Encore une fois, les compétences tunisiennes se distinguent tout en soulignant que la palme de l’ingéniosité continue à revenir à Sfax, notre capitale du sud et ses entrepreneurs dans tous les domaines.

Reste à savoir maintenant quel sera le suivi industriel de ces nombreuses inventions utiles, pratiques mais qui voient rarement le jour après les tests… Dans ce cas, après la joie de l’inventeur, c’est généralement le blues du promoteur…

Auteur : Hatem Bourial

Source : www.webdo.tn

Un Tunisien invente une application qui recharge le Smartphone sans chargeur


mohamed_zied_chaari_2014

Mohamed Zied Chaâri, un inventeur tunisien, vient de remporter le grand prix du Salon international des inventions du Proche-Orient dont la valeur s’élève à 15 mille dollars en créant une application qui permet de charger son téléphone sans chargeur.

En effet, lors de la 7ème édition du Salon, Mohamed Zied Chaâri a proposé une application qui permet de charger la batterie de son téléphone après seulement cinq minutes de communication. Ainsi plus un utilisateur communique avec son smartphone plus il augmente le volume de la charge de celui-ci et peut de ce fait se passer définitivement du chargeur.

Mohamed Zied Chaari avait déjà remporté une victoire à INPEX 2012 – Invention & New Product Exposition aux États-Unis. Le Projet gagnant était la conception et la réalisation d’un système de chargement sans fil des batteries d’un robot crawler “WIRELESS POWER CHARGING”.

Source : Tekiano

OMPIC : La propriété industrielle décortiquée à Tunis


Les deux offices ont effectué un tour d’horizon de leurs activités nationales et internationales relatives à la propriété industrielle.

Quelles possibilités s’offrent entre deux pays du bassin méditerranéen et d’Afrique du Nord lorsqu’il s’agit de coopérer en matière de propriété industrielle ? Ce fut la question récurrente posée lors de la 3ème commission mixte sur la propriété industrielle organisée à Tunis les 16 et 17 octobre par l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) et l’Institut national de la normalisation et de la propriété industrielle (INNORPI – Tunisie).

Lors de cette réunion, les deux offices ont effectué un tour d’horizon de leurs activités nationales et internationales relatives à la propriété industrielle. Ils ont passé en revue le bilan de leur programme de coopération qui porte notamment sur la coopération juridique, la formation et la promotion de l’innovation au Maroc et en Tunisie.

Plusieurs missions croisées sont d’ailleurs prévues pour offrir aux deux parties l’opportunité de prendre connaissance des activités liées à la propriété industrielle et les méthodologies de travail utilisées. Les deux offices ont pris part, en marge de cette commission, au Carrefour des affaires et des technologies, tenu du 16 au 18 octobre au Parc des expositions du Kram.

Rappelons que cette commission mixte fait suite à la signature du protocole de coopération en matière de propriété industrielle entre l’OMPIC et l’INNORPI, le 30 mai dernier.

Source : www.aujourdhui.ma