Les 10 inventions qui ont révolutionné le plein air


Voici le palmarès des 10 meilleures inventions sportives, selon le magazine Men’s Health.

1- La chaussure de course

En 1962, un entraîneur d’athlétisme de l’Université de l’Oregon, Bill Bowerman, a eu l’idée de verser du caoutchouc dans une poêle à gaufre. Son but était d’obtenir une semelle plus légère pour les chaussures d’athlétisme. Avec un ancien élève, Phil Knight, il en a produit 330 paires. Leur invention a connu un succès retentissant, et a donné naissance à la compagnie Nike.

2- Le Gore-Tex

Au départ, il s’agissait d’un polymère destiné à isoler les fils électriques. Son inventeur, un ingénieur de la compagnie Dupont appelé Bob Gore, ne parvenait pas à le rendre assez flexible. En désespoir de cause, il a essayé de le chauffer dans un four. C’était la bonne solution: sous la chaleur, le polymère s’est étiré, atteignant une porosité de neuf milliards de pores par pouce carré, une configuration idéale pour repousser les gouttes d’eau tout en laissant passer la vapeur. La première application de l’idée de M. Gore a été le téflon, et la seconde, en 1976, le manteau de Gore-Tex.

3- La poche d’hydratation

En 1987, un ambulancier californien, Michael Eidson, a participé à la course de vélo Hotter N Hell Hundred. La chaleur infernale du Texas l’a accablé. De retour au travail, il a eu une idée pour mieux supporter des conditions aussi éprouvantes: il a cousu un sac de solution intraveineuse (vide évidemment) et un tube chirurgical dans le dos de son chandail, afin de pouvoir le remplir d’eau. Le CamelBak était né.

4- Le dérailleur

En 1895, le Français Jean Loubeyre a déposé le brevet du premier dérailleur de bicyclette à vitesses. Il a fallu attendre qu’un compatriote, Joanny Panel, lance une version à trois vitesses en 1912 pour que le dérailleur acquière une popularité qui ne s’est depuis jamais démentie. Le dérailleur a été interdit au Tour de France jusque dans les années 30.

5- Le coinceur

Quand Ray Jardine, un alpiniste américain, a lancé le coinceur Friend, en 1978, de nombreux collègues ont dénoncé cette attaque à l’esprit chevaleresque de la montagne. Un coinceur permet, grâce à un ressort, de s’accrocher à une simple crevasse. Des versants jusque-là inaccessibles ne l’étaient plus, et la sécurité du sport devenait meilleure. Les coinceurs existaient déjà depuis quelques années, grâce à des alpinistes français, suisses, russes et américains, mais ce sont les Friend de Jardine qui ont vraiment établi leur popularité.

6- Le pneu de vélo gonflable

Le fils de John Dunlop, un vétérinaire écossais, se plaignait souvent que sa bicyclette lui faisait mal quand il parcourait la route cahoteuse jusqu’à l’école. M. Dunlop a décidé de mettre fin au calvaire de son fils, et en 1888, il a remplacé les pneus solides de son vélo par des pneus gonflables.

7- Le moniteur cardiaque sans fil

En 1976, l’entraîneur de l’équipe finlandaise de ski de fond a parlé à un ami ingénieur électronique d’une lubie qui l’avait pris: il était déterminé à trouver une manière de suivre le rythme cardiaque de ses protégés, afin de mieux calibrer leurs exercices. L’ami ingénieur, Seppo Säynäjäkangas, qui enseignait à l’Université d’Oulu, a pris le taureau par les cornes. En quelques mois, il a mis au point un moniteur cardiaque sans fil qui a révolutionné les entraînements. Depuis, la compagnie de M. Säynäjäkangas, Polar Electro, est un chef de file dans le domaine.

8- La suspension de vélo de montagne

Durant la saison 1990 de vélo de montagne, certains coureurs ont commencé à descendre les côtes à une vitesse jusqu’alors inédite. C’était grâce au RockShox, la première suspension destinée à ces vélos, inventée par un mécanicien de moto hors route et un fabriquant de cadres de vélos. Depuis, les bosses affectent beaucoup moins les coureurs.

9- La fixation de ski

En 1950, Mitch Cubberly et Earl Miller ont mis au point chacun de leur côté, respectivement au New Jersey et en Utah, une technologie qui permettait la séparation automatique de la botte et du ski en cas de chute. On ne réalise pas assez le nombre de fractures des jambes qu’ils ont permis d’éviter.

10- Le récepteur GPS

En 1983, le gouvernement américain a rendu accessible la technologie Global Positioning System (GPS), qui permet de connaître sa position exacte grâce à un réseau de satellites. Six ans plus tard, la compagnie Magellan a lancé le premier récepteur GPS commercial, à un coût de 3000$ US. Aujourd’hui, on peut en trouver à 200$ CAN, à la grande joie des randonneurs.

Auteur : Mathieu Perreault

Source : www.cyberpresse.ca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.