La maison qui s’autoconstruit sur mars


L’agence conseil en solutions d’impression 3D Fabulous, a imaginé un habitat martien, imprimable en 3D grâce aux matériaux indigènes présents sur la planète rouge.

La colonisation de mars, c’est un grand rêve que certains envisagent de concrétiser de leur vivant. Avec Mars One, les Néerlandais Bas Lansdorp et Paul Römer ont pour objectif de sélectionner, sur casting, quatre volontaires qui partiront pour mars –sans retour possible- en 2024. Alors que le projet semble avoir du plomb dans l’aile, la startup Fabulous planche déjà sur la conception d’un projet d’habitat en 3D, reproductible sur la planète rouge.

sfero_2015_1

Baptisé SFERO, pour Sphère, Fer et Eau, cette innovation répond à la consultation lancée en mai dernier par la NASA, avec pour challenge de construire des habitats en impression 3D avec les matériaux présents sur place afin de s’éviter la difficulté et le coût d’un transport lointain.

La startup française a décidé de relever le défi et a réuni une équipe d’experts (ingénieurs, scientifiques, architectes et designers) pour lancer son projet. La ressource indigène à utiliser : l’oxyde de fer, que l’on trouve en très forte concentration dans le sol martien (16,03 %2 ) ainsi que l’eau.

sfero_2015_2

Un mât central constitue la fondation de l’habitat. Une fois enfoui, le mât déploie deux bras robots. L’un aspire et trie la matière pour extraire le fer, l’autre construit l’habitat par impression 3D métallique. La technique d’impression 3D utilisée existe déjà sur Terre ; elle consiste à additionner des couches de matière par la fusion laser des particules de fer pulvérisées. Cette technique offre de nombreux bénéfices :

* une fabrication sans support et multidirectionnelle, qui permet notamment de construire des fondations solides en fusionnant la matière directement dans le sous-sol.

* La fabrication de coques de fer de forme sphérique avec une structure alvéolaire (nid d’abeilles) pour assurer une forte résistance aux pressurisations internes de l’habitat (l’atmosphère de Mars étant faible).

* Enfin, l’impression 3D couche par couche des éléments de vie constituant l’habitat (parois, planchers, placards, lits, etc.) construits en même temps que les coques, depuis le bas du mât jusqu’à son sommet. En fonction des missions, et selon les besoins des astronautes, la construction de chaque habitat SFERO peut être personnalisée (étages ou mobilier).

sfero_2015_3

« Grâce à SFERO, nous avons poussé très loin l’idée que l’habitat devait s’adapter à son milieu, aux ressources immédiatement présentes, sans sacrifier la sécurité ; c’est un concept qui doit nous inspirer à l’heure où l’impression 3D va révolutionner le marché immobilier. Avons-nous besoin d’importer des matériaux de construction ? De construire comme on l’a toujours fait ? Et ce, alors que les ressources sont plus rares et que le besoin immobilier s’accroît partout dans le monde ? », s’interroge Arnault Coulet, fondateur de Fabulous et initiateur du projet SFERO

Avant Mars, c’est peut-être effectivement sur Terre qu’il faudrait songer à bâtir des habitations de ce type. Il paraîtrait que Fabulous étudie la question.

Source : Maddyness

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s